Anxiété, dépression : et si cela vous empèchait de tomber enceinte ?

 

Anxiété, dépression : et si cela vous empèchait de tomber enceinte ?

Anxiété, dépression : et si cela vous empèchait de tomber enceinte ?

Il semblait acquis que le stress, l'anxiété et la dépression diminuent les chances de tomber enceinte. Une nouvelle étude sème le doute, au moins en cas de procréation médicalement assistée

Anxiété et dépression ne diminueraient pas les chances de tomber enceinte

Dans le British Medical Journal, une méta-étude (analyse de 14 études scientifiques) s'est penchée sur l'influence des émotions sur la fertilité. Elle montre que l'anxiété ou la dépression des femmes avant une tentative de procréation médicalement assistée (PMA) n'a pas d'impact sur la réussite de l'essai en question. "Les conclusions de cette méta-étude devraient rassurer les femmes et les médecins : la détresse émotionnelle causée par les problèmes de fertilité ou d'autres événements de vie qui adviennent pendant le traitement ne compromettent pas les chances de tomber enceinte" ont déclaré les auteurs.

Influence de l'anxiété et de la dépression sur la fertilité : une étude qui ne fait pas l'unanimité

D'autres chercheurs contredisent cette conclusion, ou la trouvent en tout cas un peu trop catégorique. En effet, jusqu'ici les études dans le domaine pointaient plutôt une responsabilité des difficultés émotionnelles dans les conceptions difficiles. Et comme toutes les études scientifiques, celle-ci a ses défauts, notamment la méthode utilisée pour déterminer le niveau d'anxiété de la future mère. Les scientifiques ont en effet demandé aux mères si elles se sentaient angoissées ou déprimées juste à l'instant de l'enquête. C'est une approximation pour leur état des jours qui précèdent et qui suivent, mais pas une mesure exacte

Anxiété et dépression sont tout de même à combattre pour tomber enceinte

Soulignons que si, d'après cette étude, l'anxiété ou la dépression n'ont pas d'influence sur la réussite d'un cycle de procréation médicalement assistée. Elles restent des facteurs importants dans le processus qui mène à devenir parents, selon les auteurs eux-mêmes. Le parcours des parents qui bénéficient de la PMA est en effet contraignant et stressant. S'ils sont déjà angoissés ou dépressifs, ils courent plus de risques de laisser tomber avant d'avoir eu toutes leurs chances. Par ailleurs, cette étude ne contredit pas celles qui ont démontré les conséquences du stress sur les chances de tomber enceinte quand les parents ne sont pas suivis pour une PMA. C'est pourquoi la qualité de vie et l'état d'esprit des candidats à la conception restent très importants.

Article publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 17/11/2011

Sources : Boivin, J., British Medical Journal, février 2011, BMJ 2011;342:d223



29/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek