Carrie au bal du diable

Carrie au bal du diable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carrie au bal du diable (Carrie) est un film américain de Brian De Palma sorti en 1976.

Sommaire

[masquer]

Synopsis [modifier]

Le film de Brian de Palma reprend l'intrigue du roman Carrie de Stephen King mais s'en éloigne parfois ostensiblement, alternant ellipses et ajouts dans l'histoire.

Carrieta White est une jeune fille de seize ans, présentée dès la scène d'ouverture comme une fille solitaire et au physique disgracieux. Lors de la douche qui suit le cours de sport, elle remarque des saignements, ne se les explique pas et est humiliée par ses camarades qui lui crient qu'elle a ses règles. Finalemement, la professeur de sport vient la consoler puis la renvoie chez elle pour la journée. Carrie montre dans le bureau du directeur un avant-goût de ses pouvoirs télékinétiques, en renversant brutalement son cendrier.

Margaret White, mère de Carrie, est ensuite présentée comme une extrémiste religieuse, tentant de convertir à sa foi la famille de Sue, camarade de classe de Carrie. Rentrant chez elle, elle a une conversation avec sa fille, la dispute violemment, prétendant que ce sont les pêchés de Carrie qui ont conduit à ce qu'elle devienne une femme. Carrie, en pleurs, est ensuite enfermée dans un placard obscur et lugubre, où elle doit prier pour expier ses fautes.

La vie reprend au lycée où Carrie étudie. Celle-ci s'intéresse à la télékinésie tandis que les autres filles sont au préparatif de la fête de fin d'année. A la demande de sa petite amie Sue, Tommy Ross accepte d'inviter Carrie au bal de fin d'année. Celle-ci est étonnée, pense qu'on se moque une nouvelle fois d'elle mais accepte finalement devant la sincérité de Tommy. Une violente dispute avec sa mère contraint Carrie à user de ses dons. Terrifiée, Margaret ne parvient pas à retenir sa fille. Le bal peut commencer ...

Carrie est très anxieuse mais parvient à profiter de la soirée, rassurée par Tommy, qu'elle finit par embrasser sur scène. Elle se croit dans un rêve, ou sur Mars comme elle le confie à la prof de sport. Mais Chris, une autre camarade de classe de Carrie et qui déteste cette dernière, a préparé un piège, avec l'aide de son petit ami Billy Nolan. Du sang de porc a été recueilli dans un seau puis disposé au dessus de l'estrade de la salle de danse. Les résultats ayant été truqués, Carrie gagne le concours de la reine de la soirée. Elle monte sur scène ; son cauchemar commence quand Chris tire sur la corde, déversant le sang de porc sur Carrie.

Horrifiée, Carrie utilise ses pouvoirs pour faire le plus de mal possible à ceux qui se sont une nouvelle fois moqué d'elle. Elle tue la prof de sport, scelle les portes et provoque de nombreux incendies. Finalement elle sort du gymnase, enfermant ses camarades dans le gymnase en feu. Carrie revient chez elle, prend une douche puis supplie sa mère de la réconforter. Elle se morfond de ne pas l'avoir écouté. Margaret tente alors de tuer sa fille, avec un couteau de cuisine, mais elle échoue. C'est Carrie qui la tuera de plusieurs coups de couteau, utilisant une nouvelle fois ses pouvoirs. La maison s'écroule ensuite, laissant au spectateur supposer que Carrie est morte.

La mère de Sue veille ensuite sur sa fille, une des seules survivantes du drame du gymnase. Dans l'un de ses rêves, Sue vient déposer des fleurs sur les débris de la maison de Carrie. La main ensanglantée de celle-ci en sort ; Sue est en fait bien allongée dans son lit mais elle ne semble pas pouvoir se défaire de son cauchemar.

Fiche technique [modifier]

Distribution [modifier]

Récompenses [modifier]

Différences film/livre [modifier]

La structure même adoptée par Stephen King dans son livre - alternance entre récit, coupures de presse et extraits de thèses relatant le cas « Carrieta White » - était impossible à adapter au cinéma.

Concernant le contenu, certaines scènes sont identiques à celles du roman, tandis que d'autres sont spécifiques au film. Ainsi, la scène initiale de la douche, celle dans le bureau du directeur ou celles du bal sont très proches du livre. En revanche, le professeur de sport occupe un rôle plus important dans le film et certaines scènes avec elle apparaissent uniquement dans le livre.

Les deux œuvres diffèrent essentiellement sur leurs fins. Dans le livre, Carrie détruit le gymnase puis utilise ses pouvoirs dans la ville, brûlant et ravageant tout sur son passage. Il s'agit d'une fin beaucoup plus apocalyptique que dans le film, où seul les lycéens subissent la vengeance de Carrie. La mort de la mère diffère également : Carrie arrête son cœur par la pensée dans le livre, alors qu'elle la tue à coups de couteau dans le film. Enfin dans le livre Carrie ne meurt pas dans l'effondrement de sa maison mais dans la rue, succombant à la blessure provoquée par le couteau de sa mère.

Temps forts [modifier]

De nombreuses scènes du film peuvent s'apparenter au suspense hitchcockien. Il est d'ailleurs à noter que la petite musique utilisée lorsque Carrie est le siège d'une émotion intense est la même que celle de Psychose, quand Norman Bates s'apprête à tuer Marion Crane, dans la célèbre scène de la douche.

Lors de la scène du bal, l'écran est séparé en deux. On peut ainsi voir Carrie et en même temps les portes se refermer ou le gymnase s'embraser. L'interprétation de Sissy Spacek est alors particulièrement remarquable. Sa place sur la scène lui permet de dominer les autres ; elle est une déesse, capable de tout, surtout du pire.

À remarquer aussi la pose finale de la mère de Carrie, littéralement crucifiée par sa fille. Sa posture et les coups de couteau reçus par Margaret sont similaires à celles de Saint Sébastien. Cette statue, mise en lumière de manière inquiétante dans un long plan fixe, est une signature caractéristique des œuvres de Stephen King.

Autour du film [modifier]

Voir aussi [modifier]



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek