CAUSE possible refus solaire : Dépression anxieuse chez l'enfant et l'adulte : séparation et performance‏

 

Dépression anxieuse

90 % des adultes anxieux sont ou seront en dépression.

Il existe de nombreuses formes de dépression avec des troubles spécifiques apparentés :

Dépression anxieuse enfant : séparation et performance

L'enfant anxieux a un risque de dépression élevé à l'âge adulte.
Il semble que l'anxiété de l'enfant se cristallise autour de deux pôles :

  • l'angoisse de séparation : se manifeste chez l'enfant qui redoute de passer quelques jours sans ses parents et pour qui toute séparation est une déchirure,
  • l'angoisse de performance : concerne des enfants qui redoutent le jugement négatif des autres et de leurs parents en particulier.

Les enfants anxieux ou angoissés exacerbent la peur de leur propre incompétence et vivent très mal les périodes d'évaluation.
Un enfant anxieux est sujet à la somatisation :

  • maux de ventre,
  • insomnies,
  • eczémas, etc.

En savoir plus : dépression enfant

Adulte et dépression anxieuse : crises de spasmophilie

L'adulte anxieux a souvent été un enfant anxieux, car ce mode de fonctionnement psychique s'installe souvent de manière pérenne.
Les troubles anxieux développés par l'adulte peuvent le conduire à faire une dépression.
La peur et l'angoisse prennent des formes variées.
Les troubles anxieux se manifestent chez l'adulte par :

  • des attaques d'angoisse,
  • ou des crises de spasmophilie.

Distinguer peur normale et pathologique

Il faut distinguer des réactions de peur normale et des réactions inappropriées et qui débordent les ressources de l'organisme et du psychisme.

Quand la peur et la tristesse deviennent pathologiques

La peur comme la tristesse sont des émotions normales, indispensables à la survie de l'être humain.
Selon les circonstances, elles se manifestent de manière plus ou moins forte, de la simple inquiétude à la véritable angoisse, en passant par la détresse ou la peur.
La peur pathologique s'exprime par une attaque de panique :

  • elle se manifeste sous forme d'une crise d'angoisse aiguë, insupportable,
  • on la confond souvent avec une crise cardiaque ou une crise de spasmophilie.

Au cours d'une telle crise, la personne est persuadée qu'elle va mourir ou qu'elle est en train de faire un malaise.

Une réaction d'alarme de l'organisme

La crise de panique ou crise d'angoisse est la conséquence d'une réaction d'alarme de l'organisme.
Il s'agit d'un mécanisme biologique normal lorsque l'organisme doit faire face à une situation d'agression par exemple.
Au cours de l'attaque de panique ou crise d'angoisse, ce système d'alarme s'active sans objet :

  • un état de tension, un mauvais souvenir, une sensation physique désagréable mettent en alerte l'organisme,
  • l'adrénaline est libérée dans le cerveau avec pour conséquences : des bouffées de chaleur, une accélération du pouls, des sueurs, tremblements, etc.
  • la peur de faire un malaise, la sensation de devenir fou sont fréquentes.

Ces attaques de panique peuvent se répéter et devenir handicapantes en développant des phobies : la crainte d'un accès de panique peut conduire les personnes à se replier sur elles-mêmes, ne plus sortir, etc.
Cette peur d'avoir peur qui s'installe peut mener à la dépression.

De l'anxiété à la dépression anxieuse

Lorsque l'anxiété devient omniprésente, que la peur se manifeste à tout propos y compris pour des situations anodines, elle devient pathologique et constitue une maladie.
Les formes pathologiques de l'anxiété peuvent être :

  • le trouble anxieux généralisé,
  • le trouble panique,
  • la phobie sociale,
  • l'état de stress post-traumatique,
  • ou encore les troubles obsessionnels compulsifs.

Soigner l'anxiété et prévenir la dépression anxieuse

Pour soigner les troubles anxieux, et du même coup prévenir une dépression, les thérapies comportementales sont les plus indiquées.
Elles ne nécessitent pas forcément la prise de médicaments.

En savoir plus : thérapie dépression

 

-------------------------------------------

 

Guérir une dépression

On connaît désormais plusieurs moyens, souvent complémentaires, pour guérir une dépression :

  • traitements médicamenteux,
  • thérapies,
  • médecines douces,
  • ou encore soins longs.

Peut-on guérir de la dépression ?

Si les dépressions sont de plus en plus fréquentes, au point que certains chercheurs parlent d'épidémie, les moyens de lutte sont également nombreux.
Les psychothérapies sont un moyen de lutte efficace contre la dépression.
Cependant, les psychothérapies ont leurs limites et elles ne doivent pas se substituer à la prise de médicaments lorsque c'est nécessaire.

Guérir une dépression : psychothérapies

Les psychothérapies sont bien sûr utiles contre la dépression.

Psychothérapies : un bataillon de thérapies efficaces, mais limitées

Aujourd'hui, il existe une grande diversité de traitements contre la dépression.
La psychothérapie est un des traitements psychologiques de la dépression.
Parmi les psychothérapies, il faut distinguer :

  • la psychanalyse (freudienne ou lacanienne),
  • les approches cognitive-comportementales,
  • les thérapies familiales et systémiques,
  • la Gestalt-thérapie,
  • les thérapies interpersonnelles,
  • la programmation neurolinguistique,
  • l'hypnose éricksonnienne.

Attention ! Toutes ces thérapies ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale : seules les thérapies effectuées avec un médecin psychiatre ou un psychologue agréé sont prises en charge et remboursées.

Guérir une dépression : coût moyen d'une séance chez un psychiatre

Chez un médecin psychiatre, le coût moyen de la consultation se situe aux environs de 50 € par séance.
La plupart des thérapeutes, qu'il s'agisse de psychiatres ou non, adaptent leurs tarifs au niveau de vie de leurs patients.
La Sécurité sociale ne rembourse que les thérapies effectuées chez un médecin psychiatre ou psychologue agréé.

Psychothérapie pour guérir une dépression : de 2 à 10 ans

Une psychanalyse ou psychothérapie analytique est un traitement long qui dure en général plusieurs années, de 2 à 10 ans, à raison d'une à deux séances par semaine.
Une psychothérapie a une durée moyenne de 6 mois à 1 an.
Les autres thérapies ont une durée qui s'étale sur une dizaine de séances, pour les thérapies courtes.

En savoir plus : thérapie dépression

Guérir dépression endogène : recours aux médicaments

Les dépressions dites endogènes, c'est-à-dire qui ne dépendent pas d'événements extérieurs de type deuil ou perte, nécessitent une prise en charge globale, à la fois physique et psychique.
Dans les cas de dépressions de type mélancoliques ou bipolaires maniaco-dépressives, les thérapies ne suffisent pas et doivent être associées à la prise de médicaments.
Ils sont alors traités par des médicaments du type :

  • anxiolytiques,
  • somnifères,
  • antidépresseurs,
  • thymorégulateurs,
  • neuroleptiques,
  • lithium.

En prise seule ou associée, ces médicaments sont préconisés pour :

  • libérer les patients de leurs symptômes invalidants,
  • et leur permettre l'accès à une psychothérapie.

Dans le cas de dépressions graves et récalcitrantes aux traitements médicamenteux, une cure d'électrochocs ou sismothérapie peut s'avérer efficace.

Guérir une dépression événementielle : plus léger

Il arrive de faire une dépression événementielle à la suite d'évènements comme :

  • un deuil, la perte de l'être aimé,
  • des difficultés professionnelles,
  • la suite d'une longue maladie, etc.

Dans ce cas, la thérapie seule peut être suffisante.
Le patient aura le choix, selon ses affinités et son passif dépressif, entre :

La dépression peut parfois être une chance

La dépression est une rupture radicale, qui procède souvent d'une remise en cause totale de l'existence.
Questionnement sur le sens de la vie, sur la qualité de ses attachements affectifs, sur son environnement professionnel, sur son passé et son présent, elle peut être vue comme l'occasion douloureuse, mais nécessaire, de se remettre en question.
Certains parlent de « chance », dans la mesure où la dépression peut permettre d'ouvrir les yeux sur sa vie et de poser la question des conditions de son bonheur.
Quoi qu'il en soit, une dépression, qu'elle touche l'enfant ou la personne âgée, ne doit jamais être prise à la légère et doit toujours faire l'objet d'un diagnostic et d'un traitement.
 



28/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek