Dieu

Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans les diverses religions, Dieu est une entité généralement suprême, parfois seulement supérieure, unique ou multiple, dotée d'une puissance surnaturelle et omnipotente.[1]

Dieu prend une majuscule lorsqu'il désigne le principe de l'univers et/ou le démiurge, c'est-à-dire le créateur du monde[2].

On distingue deux principaux types de conceptions : monothéistes et polythéistes. Dans ce dernier cas, on consultera l'article dieux ou Noms de Dieu.

Sommaire

[masquer]

Étymologie [modifier]

Le mot Dieu vient du latin deus, lui même issu d'une racine indo-européenne *deiwos, « une divinité », de la base*dei-, « lueur, briller ». (Webster's New World Dictionary)

Principales conceptions [modifier]

Suivant les cultures, le terme Dieu peut avoir différentes significations. C'est ainsi que :

  • Pour les religions monothéistes, entre autres les trois religions dites du Livre, ou abrahamiques, le terme Dieu désigne un être suprême, créateur de notre univers et doué de la perfection absolue.
  • Pour les religions polythéistes, il n'existe pas un Dieu, mais plusieurs dieux dont les rôles dans l'Univers sont variables selon les croyances.
  • Pour les religions animistes, Dieu est associé à l'esprit supérieur commandant et ordonnant les autres esprits.

Qualités divines [modifier]

Il existe probablement autant de notions de la divinité qu'il existe de cultures ou d'individus; et les qualités qui lui sont prêtées varient tout autant pour chacun, selon sa position aussi bien sociale, hiérarchique, divine ou spirituelle.

En philosophie, dans une perspective croyante, Dieu est l' Être par excellence ; on parle aussi en métaphysique de cause première et/ou finale. En théologie il reçoit traditionnellement les attributs suivants : pour l'existence : infinité, immuabilité et perfection ; pour la volonté et l'entendement : toute-puissance, sagesse, justice et bonté. Dans l'acception judéo-chrétienne et islamique il est omniscient, omnipotent, omniprésent.


Plusieurs très grands chercheurs et scientifiques tels Einstein se sont longtemps interrogés et émerveillés, demandés par quelles forces l'Univers, le mouvement stellaire, le mouvement constant, perpétuel de l'Univers l'expansion de l'Univers, la Gravitation, les trous noirs et de verre, à quoi tout cela était du, par quelles forces physiques ou métaphysiques étaient dûs ces faits observables mais inquantifiables car en perpétuelle évolution (physique Quantique, Théorie des Quantas).


Dieu peut être compris comme étant personnel, tel Dieu le Père, Yahvé, Ishvara, Mahadevi, ou comme impersonnel tel le Tao, le Brahman, l'Esprit, * ALLAH (swt) * [réf. nécessaire], Chamanisme, Ayahuasca, Chakruna . Il peut être conçu comme transcendant (donnant naissance a un fils élu) ou immanent éternel, c'est-à-dire qu'il est hors de et à la fois il transcende l'Univers, ou dans, avec, avant, et après, au-delà de la Création de notre Univers. Souvent il est un dieu anhistorique et n'intervient pas séculairement, ou il peut être un dieu historique comme le Christ /!!!\ Attention !! Jésus n'est pas un Dieu mais un prophète, bien qu'il ait été décrit pas les écritures de manière ambigüe comme un Messie ou encore par l'expression "Seigneur notre Dieu", "Le Seigneur" "Seigneur Jésus". Il peut être assujetti au destin (voir Buddha, Jésus, Wyrd et Moïra), régentant le destin de tout, Allah, Dieu, ou n'y participant pas (Fatum).

Il peut y avoir une Antithèse, sous les formes du mauvais démiurge des gnostiques, du Jumeau principe du mal comme Ahriman, d'une divinité du chaos voir le livre de la Génèse, d'une divinité chtonienne telle qu'Apophis, ou peut-être l'Homme lui-même qui serait le seul repsonsable des malheurs, des guerres du monde, certaines théories tendent à penser ou à supposer que l'homme aurait créé Dieu afin de succomber au manque de son propre entendement sur l'Univers et de ce qui le dépasse, ou une envie de se rassurer sur l'immensité de l'Univers et sur sa Création. Ou même des ensembles antithétiques: titans, géants, asura Grèce, Irlande (La Chaussée des Géants, Giants Causeway), Japon, nagas, les démons, Shakras, Djinns, esprits malins, Lepreshauns. On associe parfois l'Ange déchu (Lucifer, Satan), à l'antithèse de Dieu, mais il s'agit d'une simplification populaire car dans la religion chrétienne, Lucifer (qui était le plus beau des anges a été déchu par Dieu et a été condamné a mourir en enfer) est et reste une création de Dieu, pas son opposé. Ce qui vodrait supposer que selon la Bible, Dieu serait en quelque sorte ni bon ni mauvais, mais qu'il pourrait y avoir au dessus de lui des pouvoirs qui le dépassent.

Il peut avoir un nom (Yahvé, Allah), /!\ Attention !, dans l'Islam, il n'est pas conseillé de prononcer le nom que les mortels lui ont donné. il convient d'employer des métaphores telles que le grand, l'imperceptible, celui que nul ne peut toucher ou entendre, ou uniquement des surnoms ou attributs qui approximent son ineffabilité. Il peut disposer d'une Armée (anges, saints, esprits) Ancien Testament, l'Armée des Morts ou des Vivants, ce qui peut être recoupé au chaos, au géants, destructeurs du monde terrestre. Il peut être anthropomorphe Judaïsme lorsque Dieu s'est présenté à Moïse (Mosché, Moussah) sur le Mont Sinaï, ou sous forme animale ou mixte Hindouïsme (Ganesh), Egypte (Apis, Ibis, Osiris), Grèce (le Minotaure). Il peut être (sexué/asexué ??) Jésus ou hermaphrodite Grèce (Aphrodite), Inde Ganesh, Shiva (la Destruction).

Il peut être unique (mono-théisme), multi-partite (Jésus/Dieu/Saint Esprit), omniscient (Allah, partout ou nulle part, en chacun de nous, au-delà de nous, avant après ailleurs, au-delà), composé de plusieurs entités (??) esprits, anges, fantomes, entités surnaturelles, comme la Sainte-Trinité des Chrétiens. Pour les Catholiques en particulier, l'une des personnes de la Trinité est présente (??) lors de l'eucharistie, par la transsubstantiation du pain et du vin, devenus le corps et le sang de Jésus le Christ lors de l'Eucharistie ou Communion des Saints pour revivre sa Résurrection à chaque Messe, comme lors de la Cène qui a précédé sa Crucifixion et son Ascenscion pour rejoindre son père dans l'au-delà.

Croyances et doctrines [modifier]

Le croyant reconnaît l'existence de Dieu/dieux, à l'inverse des athées, parfois qualifiés d'antithéistes (inusité). Au sein même d'une religion, de nombreuses tendances coexistent. Ainsi on rencontre des courants conservateurs, des courants fondamentalistes et des courants progressistes. Certains courants peuvent se voir excommuniés par d'autres ou déclarés anathèmes, et qualifiés d'hérétiques, surtout dans les religions dogmatiques.

Pour les agnostiques, un être ou un fait divin est indémontrable ou inconnaissable, alors que pour les mystiques et certains gnostiques, on peut en avoir une « connaissance » expérientielle. Les théistes y ajoutent l'obligation de lui rendre un culte, d'obéir à la « loi naturelle », à la différence des déistes qui se contentent de croire à l'existence d'un Dieu.

Representation du Dieu des catholiques et de la création d'Adam par Michel-Ange sur le plafond de la Chapelle Sixtine du Vatican de Rome
Representation du Dieu des catholiques et de la création d'Adam par Michel-Ange sur le plafond de la Chapelle Sixtine du Vatican de Rome

typologie [modifier]

Toutefois la description de la nature et de la substance [3] divine est le propre d'un Occident qui, sous cet aspect inclut le Moyen-Orient. La description des attributs de Dieu sous une forme détaillée se nomme cataphatisme, parfois théosophie, tandis que le refus de se prononcer sur l'ontologie divine se nomme apophatisme. Toutes les religions connaissent un développement de ces deux courants. D'un point de vue général, l'apophatisme est fréquemment combattu ou réservé à des initiés tandis que dans d'autres cas, plus minoritaires, décrire "Dieu" constitue le commencement de l'idolâtrie. On parle alors de courant ésotérique [4]par opposition au courant exotérique qui représente les enseignements sur Dieu (ou D. ou dieu ou dieux...) d'une religion donnée quand ils sont ouverts à tous,y compris, parfois aux étrangers à cette religion.

Outre la théologie de Jehan Eckhart, l'apophatisme peut être illustré à défaut d'être défini par cette citation du théologien juif Marc-Alain Ouaknine qui exprime dans une boutade quelque chose qui pourrait être plus aisement compréhensible par nos contemporains que la langue symbolique du mystique médiéval : Marc-Alain Ouaknine, Dieu et l'art de la pêche à la ligne, Bayard, 2002, p. 12

Dieu en cent pages. Voilà, j'ai accepté le défi. Mon premier mouvement est d'offrir à l'éditeur cent pages vides. Non par jeu mais par respect. La seule chose qu'on puisse vraiment dire sur Dieu, c'est rien. Ne rien dire ! Théologie négative radicale. Ne rien dire mais le dire bien! Je renonce à cette possibilité. Non parce que cela aurait pu être interprété comme une facilité, mais parce que l'idée n'est pas originale. Je retrouve un livre sur les rayons de ma bibliothèque : « tout ce que les hommes savent sur les femmes ». 200 pages blanches ! Lucide !

La « mort de Dieu » [modifier]

En Occident, à partir de Descartes et Pascal notamment, l'existence de Dieu est devenue sujette à la démonstration, et de plus en plus exposée à la critique concomitante à la crise de la religion chrétienne et l'apparition du protestantisme.

On doit à Friedrich Nietzsche la formule célèbre « Dieu est mort », qui fait écho aux mutations de la société occidentale moderne : le scientisme, la théorie de l'évolution de Darwin, le socialisme, la psychanalyse, entre autres, ont en commun une critique des dogmes religieux qui ouvre la voie à l'athéisme qui considère la notion de Dieu comme un construit social étranger à la réalité.

Au XXe siècle, une part importante d'intellectuels ont revendiqué leur athéisme. La loi de 1905, en France, officialise la séparation du pouvoir politique et celui du pouvoir religieux, au nom de la libre conscience des individus, instaurant ainsi le premier État laïc moderne.

L'URSS et ses États satellites ont également fait de l'athéisme l'un des fondements de leur idéologie, où la religion et l'existence de Dieu sont vues comme des reliquats d'instruments d'oppression. On remarque un regain d'activité religieuse dans les États issus de la chute des États marxistes-léninistes, avec certes des courants athées, mais aussi avec un afflux considérable de jeunes en comparaison à la France.

La croyance en l'existence de Dieu et l'activisme politique ont parfois été liés, comme le montrent la vie de Gandhi, les premiers militants socialiste chrétiens, ou encore la théologie de la libération dans les pays du tiers monde. La référence à Dieu reste un sujet sensible notamment en Europe, où l'affirmation des origines chrétiennes de l'Union européenne a provoqué des débats houleux lors de la rédaction de la Constitution européenne.

Même si la laïcité est un principe de gouvernement fortement ancré en France, et même si l'Europe semble compter la plus forte proportion d'athées dans le monde, rares sont les pays qui ne possèdent pas une religion nationale (Angleterre, Danemark, Finlande, Grèce, Islande, Malte, Norvège, etc...) ou ont passé des accords de concordat avec une ou plusieurs instances religieuses (Italie, Allemagne, Portugal...), aussi le principe de séparation de l'Église et de l'État "à la française" reste parmi les exceptions.

Approches contemporaines [modifier]

A côté du renouveau de la philosophie thomiste s'est développé au tout début du 20ème siècle une métaphysique contemporaine qui tient compte du progrès scientifique tels que le représentent la physique quantique, les théories de l'évolution, la psychanalyse.

Théologie du process [modifier]

La théologie du process est le nom sous lequel on rassemble les oeuvres des penseurs de cette métaphysique pour notre temps. Cette métaphysique, au contraire des précédentes transcende les frontières des dénominations religieuses. Même si les penseurs chrétiens (protestants avec Charles Hartshorne, John B. Cobb ou catholiques avec, d'une certaine façon, Pierre Teilhard de Chardin et Jean-Luc Marion, ou encore laïc avec Louis Bergson) ont publié plus d'ouvrages, on trouve des penseurs du process aussi dans le judaïsme, dans l'hindouisme et dans une moindre mesure dans l'Islam. Elle s'est développée autour de deux pôles :

  • la critique du cataphatisme par une distinction entre la représentation du Dieu et sa nature ontologiqque. Ainsi Paul Tillich invite à penser la distance entre les représentations de Dieu (transcendant, donc au delà des possibilités d'expressions humaines) et la réalité de Dieu. La maxime qui résumerait cet aspect de la pensée de Tillich serait "Dieu est autre chose que ce qu'on en dit". Dans Dieu au delà de Dieu[5], Il invite donc à une extrême prudence dans l'affirmation que telle doctrine serait la vérité ultime et par là poursuit une réflexion déjà entamée par Maïmonide dans son Guide des Egarés, et dans une moindre mesure sous certains aspects par Ibn Arabi et Mollah Sadra.
  • la critique du thomisme des sept attributs, en particulier l'omnipotence, l'omniscience, l'immuabilité, l'ubiquité qui a fait la célébrité dans le monde anglo-saxon du livre de Charles Hartrshorne (mort à 104 ans en 2000) "Omnipotence and other theological mistakes"[6]. Quoique ce livre date des années 1980, la version Anglaise n'a pas été traduite en français; on trouve des echos cette critique chez un théologien français bien antérieur Wilfred Monod, dans ses conférences "aux croyants et aux athées" [7]données autour de 1926.

Toutefois, le chef de file de cette théologie est le mathématicien Alfred North Whitehead dont le livre Process and Theology [8] pourrait bien constituer la théologie systématique. Une introduction aux diverses théologies du Proces (qu'il serait préférable de traduire par Théologies du dynamisme) a été donnée en 1975 par André Gounelle sous le titre "le dynamisme créateur de Dieu" réédité par Van Dieren dans une édition augmentée vers 2000.

On pourrait résumer de façon schématique ce courant de pensée en disant qu'à côté des croyants pour lesquels Dieu existe ou de ceux pour lesquels il est, se fait jour une métaphysique dans laquelle Dieu advient. Cette idée peut parfaitement s'enraciner dans la Bible aussi bien dans une méditation sur le repos du Shabbat que sur un développement sur Exode 3:14 dont les traductions française à l'aide d'un présent d'éternité (donc immuable, dans une pensée modelée par l'aristotélisme) ne rend pas compte du caractère potentiel de l'inaccompli utilisé dans le verbe hébreu.

Approche apologétique contemporaine [modifier]

Le philosophe Michel Henry définit Dieu d’un point de vue phénoménologique, dans son livre C'est moi la Vérité, pour une philosophie du christianisme, Éditions du Seuil, 1996, p. 40 :

« Dieu est Vie, il est l’essence de la Vie, ou, si l’on préfère, l’essence de la vie est Dieu. Disant cela nous savons déjà ce qu’est Dieu, nous ne le savons pas par l’effet d’un savoir ou d’une connaissance quelconque, nous ne le savons pas par la pensée, sur le fond de la vérité du monde ; nous le savons et ne pouvons le savoir que dans et par la Vie elle-même. Nous ne pouvons le savoir qu’en Dieu.  »

Toutefois, le fait que cette approche s'exprime dans les seuls termes du christianisme et à partir des écritures chrétiennes (Cf. à la fin de ce paragraphe) qui ne sauraient rendre compte de ce que chacun nomme Dieu dans d'autres religions, conduit à requalifier l'approche de Michel Henry en "apologétique contemporaine". La phénoménologie, quant à elle, eut été pluraliste[9].

La Vie dont il est question ici n’est pas la vie au sens biologique du terme définie par des propriétés objectives et extérieures, ni un concept philosophique abstrait et vide, mais la vie phénoménologique absolue, une vie radicalement immanente qui porte en elle le pouvoir de se manifester en elle-même sans distance, une vie qui se révèle elle-même à chaque instant. Une manifestation de soi et une auto-révélation qui ne consiste pas dans le fait de voir hors de soi ou de percevoir le monde extérieur, mais dans le fait de sentir et de se sentir soi-même, d’éprouver en soi sa propre réalité intérieure et affective.

Comme le dit également Michel Henry dans ce même livre, « Dieu est cette Révélation pure qui ne révèle rien d’autre que soi, Dieu se révèle. La Révélation de Dieu est son auto-révélation ». Dieu est en lui-même révélation, il est la Révélation primordiale qui arrache toute chose au néant, une révélation qui est l’auto-révélation pathétique et l’auto-jouissance absolue de la Vie. Comme dit Jean, Dieu est amour, parce que la Vie s’aime elle-même d’un amour infini et éternel.

Michel Henry oppose à la notion de création, qui est la création du monde, la notion de génération de la Vie. La création du monde consiste dans l’ouverture de cet horizon d’extériorité où toute chose devient visible. Alors que la Vie ne cesse de s’engendrer elle-même et d’engendrer tous les vivants dans son immanence radicale, dans son intériorité phénoménologique absolue qui est sans écart ni distance.

Puisque nous sommes vivants et donc engendrés à chaque instant par la Vie infinie de Dieu, puisqu’il ne cesse de nous donner la vie, et puisque nous ne cessons de naître dans le présent éternel de la vie par l’action en nous de cette Vie absolue, Dieu est aux yeux du christianisme notre Père et nous sommes ses Fils bien aimés, les Fils du Dieu vivant. Ce qui ne veut pas seulement dire qu’il nous a créés au moment de notre conception ou au commencement du monde, mais qu’il ne cesse de nous générer en permanence dans la Vie, qu’il est toujours à l’œuvre en nous jusque dans la moindre de nos impressions subjectives.

Citations [modifier]

  • « Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. » 1Jn 4:16
  • « Dieu est lumière, et il n’y a point en lui de ténèbres. » 1Jn 1:5
  • « Je suis celui qui est.» ou « Je suis qui je suis. » ou encore « Je suis: Je suis celui que je serai, celui qui donne l'existence.»; le Dieu YHWH biblique parlant à Moïse dans l'épisode dit du Buisson ardent.Ex 3:13-14
  • «Il n’y a de dieu qu' Allah, et Mahomet est son prophète » profession de foi du musulman.
  • « Dieu est le point tangent de zéro et de l'infini. » (Alfred Jarry, Gestes et Opinions du Docteur Faustroll, pataphysicien — Conclusion d'une suite d'équations mathématiques visant à définir la surface de Dieu)

Notes [modifier]

  1. Omnipotente ne va pas de soi dans tous les monothéismes. Pendant un certain temps, des puissances intermédiaires sont sollicitées par les croyants, comme les anges chez Pseudo-Denys ou précédemment, la reflexion qui mène à la construction dogmatique de la Trinité. Toutefois, cet attribut d'omnipotence s'installe fermement à compter du 12ème siècle, après la relance de la pensée aristotélicienne tant par Averroès qu'avec Thomas d'Aquin..
  2. Dictionnaire Littré
  3. concepts philosophiques développés par Platon, suivi d'Aristote et critiqués par Spinoza
  4. se méfier des acceptions ambigües du mot ésotérisme en ce sens que l'astrologie, les voyants ou autres deviens à caractère commercial s'en sont emparé pour hausser leur activité à la dimension spirituelle.
  5. # Edition originale 1955, réédition en français les Bergers et les mages ( 1997) ISBN: 2853041271
  6. State University of New York Pr (juin 1984) ISBN-10: 0873957709>
  7. première édition chez Fishbacher en 1930, réédition chez Phenix Editions (2004) ISBN:745806564. Extrait Dieu n'est pas
  8. première édition en anglais en 1929 ISBN: 0029345707, traduit en français chez Gallimard sous le titre Procès et réalité ISBN 2070729079 dans les années 2000
  9. Peter L. Berger, The Heretical Imperative : contemporary possibilities of religious affirmation, New York, Anchor Press/Doubleday, 1979, traduit en français chez Van Dieren en 2005 sous le titre "l'impératif hérétique". Elle pourrait entrer dans sa typologie sous la rubrique "approche réductive" (les 2 autres phases sont déductive et inductive)

Voir aussi [modifier]

Voir aussi sur Wikiquote les citations « Dieu ».

Articles connexes [modifier]

Bibliographie [modifier]

Liens externes [modifier]



24/08/2007
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek