Ésotérisme

Ésotérisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'ésotérisme est, littéralement, la doctrine des choses cachées. Le mot vient du grec εσώτερος "intérieur" (comparatif de έσω "la-dedans").

Est ésotérique une doctrine ou un dogme qui, s'appuyant sur la conception du monde d'un système religieux ou laïque donné, en propose une lecture particulière réservée à un nombre restreint d'« initiés ».

L'ésotérisme est un enseignement qui permet à l'homme de s'initier à des domaines cachés, illustrés par des symboles. Il se caractérise avant tout par une connaissance initiatique, mais souvent également par des techniques spirituelles destinées à une transformation de soi (méditation, concentration, jeûne…), le rattachement à une école de pensée au sein de laquelle l'initié peut progresser et à des pratiques rituelles individuelles ou collectives. Quand l'aspect pratique devient prédominant dans l'ésotérisme, on parle plutôt de magie. Par ailleurs, certains mouvements sectaires s'appuient sur des textes à teneur ésotérique .

Sommaire

[masquer]

Ésotérisme et Exotérisme [modifier]

À l’origine, l'ésotérisme désigne un enseignement professé soit à l'intérieur d'une « école des mystères », soit dans une relation particulière avec un maître spirituel.

Il est de fait réservé respectivement aux membres initiés au sein de l'école ou par le maître. Communément, le terme d'ésotérisme désigne une connaissance réservée à quelques-uns et se comprend essentiellement par rapport à son contraire, l'exotérisme, qui correspond quant à lui aux croyances, rites et enseignements véhiculés par les religions et traditions et qui s'adressent indifféremment à tous les membres d'une communauté. L'ésotérisme n'est pas à confondre avec le paranormal et l'occultisme.

Des auteurs des XIXe et XXe siècles (Eliphas Lévi, Papus, Riffard) ont tenté de rationaliser la différence entre les deux branches étymologiquement si proches.

doctrines
Ésotérisme Occultisme
Herméneutique, symbolisme, gnose, numérologie Arts occultes, Sciences occultes

L'ésotérisme désigne plus précisément la partie secrète d'un enseignement donné, en général métaphysique ou religieux, partie à laquelle accède l'étudiant qui a reçu la partie exotérique (publique) de l'enseignement, suite à une initiation. Certaines traditions ésotériques requièrent que cet enseignement demeure secret, et créent ainsi des statuts d'initiés, ces derniers pouvant obéir à de véritables hiérarchies (par exemple dans la franc-maçonnerie).

En résumé, tout enseignement provenant de ce qu'on appelle une « école des mystères », comme par exemple celles des légendaires Rose-Croix, des Cathares ou de la Gnose, comporte une partie exotérique (pour le profane) et une partie ésotérique (pour l'initié).

En principe, la partie de cet enseignement "cachée" au profane, n'est pas en contradiction avec l'enseignement donné au public. Il apporte en général un "deuxième sens" aux aspects de l'enseignement exotérique.

L'enseignement ésotérique comporte toujours deux types de connaissances : la théorie et l'étude, ou encore : l'intériorisation et la pratique (par exemple, méditation, invocation, magie, etc.).

Cette dualité de la connaissance explique la nécessité pour cet enseignement de se transmettre dans le cadre de la relation de maître à élève. Il s'accompagne de degrés ésotériques.

L'enseignement ésotérique s'asseoit avant tout sur une cosmologie, une anthropologie et une théosophie. Par « cosmologie » on entend, la connaissance des phénomènes et causes de la création, et ce qui en découle particulièrement sur l'origine et le devenir de l'humanité et de la création. Par « anthropologie », on entend la découverte de son origine et du rôle de l'humanité dans la création… Par « théosophie », on entend, la perception de la sagesse et du plan qui est derrière tout cela, le désir de participer à son achèvement.

Par conséquent, dans le cadre occidental, il requiert invariablement quatre critères fondamentaux établis par le Professeur Antoine Faivre :

  • les correspondances entre les mondes célestes et la terre
  • la nature conçue comme un être vivant
  • le rôle essentiel de l’imagination et des méditations
  • l’expérience de la transmutation

À ces critères s’ajoutent des éléments secondaires (non fondamentaux aux yeux de Antoine Faivre) qui sont :

  • la pratique de la concordance
  • la nature de la transmission (de maître à disciple)

Il est à préciser qu'il n'existe pas d' unanimité entre les différentes écoles. Les avis peuvent diverger sur la cosmologie, l'anthropologie, ou la théosophie et les modes d'accès à la connaissance.

L'enseignement religieux insiste sur les principes moraux, l'adoration d'un maître ou d'un dieu présenté comme exemple et sur la nécessité d'une évolution située dans le temps (paradis ou vies futures selon les cas). Il insiste sur l'acquisition de qualités morales liées à tout un code de châtiments ou de récompenses.

L'utilisation des symboles dans l'ésotérisme [modifier]

L'ésotérisme fait usage de symboles. Ces derniers peuvent être empruntés aux sciences (physique, chimie, biologie ou mathématiques) ou au monde réel. Le rôle du symbole dans l'ésotérisme est de signifier autre chose que la lecture traditionnelle du concept utilisé comme symbole (voir les deux points de vue ci-dessous), soit un sens caché accessible à la raison, soit une représentation approximative d'une expérience spirituelle.

On pourra citer comme symboles fréquemment utilisés dans diverses traditions ésotériques, le pentagramme ou l'Hexagramme sacré, empruntés à la géométrie, le nombre d'or aux vertus magiques et mystérieuses ou le nombre Pi, emprunté aux mathématiques, mais aussi les animaux comme le serpent, la tortue, le crapaud ou le bouc, ou des fleurs comme les lotus ou les roses.

Points de vue [modifier]

L'ésotérisme, point de vue critique [modifier]

Jorge Luis Borges, dans sa nouvelle La secte du Phénix, entreprend une lecture ironique et intellectuelle du secret ésotérique en mettant en scène une secte qui protège un secret comme un trésor, ce secret étant une trivialité bien connue de tous. Plus que de railler la mécanique des sociétés secrètes et de leur soi-disant secret, c'est à une histoire elle-même symbolique d'un autre message que Borges nous convie.

Dans Le Pendule de Foucault, Umberto Eco, s'inspirant de Borges, présente et raille un modèle de l'occultisme reposant sur la notion de secret : le plus grand secret est celui qui ne cache que lui-même, un peu comme un oignon qui au fil des peaux que l'on ôte ne révèle rien d'autre qu'un oignon ; cependant, plus on l'épluche, plus cela fait pleurer les yeux.

Toujours d'après Eco, professeur de sémiologie et satrape du collège de 'Pataphysique, là où l'ésotérisme prend tout un sens réside dans ce système de connaissance qui fait appel à lui-même avec une grande richesse de sens. Parmi ces systèmes « complets », on trouve le Tarot de Marseille.

L'ésotérisme, point de vue spirituel [modifier]

Les lectures ésotériques du monde ou des textes saints (Bible, Coran) sont nées de la nécessité d'exprimer des sentiments d'ordre spirituel avec des mots. Aucun mot du vocabulaire courant ne correspondant à cette tâche, la lecture ésotérique fait appel à des paraboles, à des images ou à des symboles, plus qu'à la culture religieuse, et plus par obligation que par volonté de cacher les choses. Il résulte de ce vocabulaire une impression de mystère chez les non-initiés, alors que l'usage du symbolisme est inévitable, et consubstantiel avec l'expression parlée ou écrite de la spiritualité.

Ainsi, l’alchimie n’aurait pour but de changer le plomb en or mais pour objectif d'afficher une symbolique recherche de richesse spirituelle. Le plomb et l'or sont alors respectivement les symboles de l'homme brut et de l'homme révélé. Le fait que ces symboles soient liés à la sphère matérielle et bassement pécuniaire du monde était un moyen pour les alchimistes d'estimer les personnes venant les voir. Une personne étant attirée par l'appât du gain ne pouvait prétendre au savoir spirituel, tandis qu'une autre, à qui l'image symbolique parlait, pouvait entrer dans l'enseignement du maître. La lecture, et le niveau de compréhension des symboles détermine alors la maturité spirituelle d'une personne, et par conséquent sa capacité à comprendre la tradition ésotérique dans laquelle elle s'inscrit.

Cependant une autre partie des alchimistes usait de cette même prétention pour s'attirer les bonnes grâces du Prince, s'ouvrant ainsi leur cour. Au XVème siècle, la richesse de Gilles de Rais y passa.

L'ésotérisme, point de vue politique [modifier]

Les groupes pratiquant l'ésotérisme ont souvent été accusés d'influencer la politique d'un pays ou d'une région du monde. Souvent renforcées par les multiples théorie du complot, ces accusations sont souvent émises par les adversaires de l'ésotérisme. On peut citer par exemple les rumeurs sur les Illuminés de Bavière ou celles des protocoles des Sages de Sion.

Cependant, de nombreux groupes ésotériques ont eu une influence politique dans l'histoire. De nombreux groupes, plus ou moins occultes (mais pas forcément ésotériques) se constituaient donc pour exprimer des opinions politiques. Par ailleurs, certains groupes ésotériques, tels la Franc-Maçonnerie encouragent l'action publique de leurs membres, sans que le savoir ésotérique ait, en lui-même, une influence politique.

Certains occultistes ont aussi développé des concepts de politique ésotérique, comme par exemple Jacques Sourmail.

Exemples d'ouvrages pouvant offrir une lecture ésotérique [modifier]

La Bible [modifier]

Les lectures ésotériques de la Bible sont et ont toujours été très critiquées par les théologiens, notamment dans le christianisme. Si la Kabbale juive propose une exégèse ésotérique licite de la Torah, soit des cinq livres de Moïse (extraits de l'Ancien Testament) au travers du Zohar, il n'en est pas de même des lectures ésotériques du Nouveau Testament qui ont toujours été critiquées comme des contre-sens. Jean-Pierre Sonnet, jésuite et professeur à l'Institut d'études théologiques de Bruxelles, par exemple, citant l'Evangile selon Saint-Marc, « Rien n’est caché, sinon afin qu’il soit manifesté » (Mc 4,22), indique que « Loin donc de faire le jeu de logiques ésotériques, l’évangile de Marc mise sur les capacités du lecteur de faire surgir l’identité de Jésus de la narration tout entière »[1]. Cette vision est contestée par les ésotéristes, comme les soufis et les anthroposophes, qui voient dans la Passion de Jésus le symbole d'un chemin mystique personnel vers Dieu. « Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu ».

Le Coran [modifier]

Selon les mystiques soufis, adeptes d'une lecture ésotérique de l'islam, Le Coran peut être lu de plusieurs manières différentes : on parle dans la tradition de sept lectures différentes du Coran, mais certains soufis laissent entrevoir la possibilité d'un plus grand nombre de ces lectures. Pour les chiites, l'Irfan est la discipline ésotérique conduisant à la connaissance mystique.

Notes et références [modifier]

Remarques [modifier]

  • Le mot « ésotérisme » a été défini par les occultistes et les ésotéristes au XIXe siècle.
  • L’adjectif « ésotérique » désigne aussi, dans le langage courant, un avis, une doctrine, une pensée obscure.
  • Il s'agit d'une démarche individuelle de « recherche initiatique » fondée sur des connaissances transmises de générations en générations. (source : GERP)

Bibliographie [modifier]

  • Jean Servier (sous la direction de), Dictionnaire critique de l'ésotérisme, Presses Universitaires de France, Paris 1998
  • Accès de l'ésotérisme occidental Antoine Faivre. - Paris : Gallimard,(Bibliothèque des sciences humaines) Résumé : Chacune des trois séries d'études aborde un aspect particulièrement représentatif du domaine : histoire de la théosophie, les divers modes d'application de la notion d'imagination créatrice, la Tradition (Tomberg, Abellio) dans l'ésotérisme occidental. Précédé d'une réflexion sur la recherche universitaire sur l'ésotérisme et suivi d'un guide bibliographique avec références commentées.
  • L'ésotérisme, par Antoine faivre, aux Presses Universitaires de France (1031).
  • Luc Benoist.– L'ésotérisme– Paris, 1975.
  • L'ésotérisme, ainsi que Esotérismes d'ailleurs, par Pierre A.Riffard, collection BOUQUINS chez Robert Laffont.
  • Anthologie de l'occultisme, 1922, éd. Veyrier, par Grillot de Givry.
  • Dictionnaire initiatique, 1970, par Masson H, éd. J.C. Godefroy.
  • Histoire de la philosophie occulte, par Alexandrian, éd. Seghers, 1982.
  • Histoire de l'ésotérisme et des sciences occultes, par Corsetti J.-P, Larousse, coll "références", 1992.
  • L'ésotérisme contemporain et ses lecteurs. Entre savoirs, croyances et fictions Pierre Lagrange, Claudie Voisenat ; Editions Bpi-Centre Pompidou (collection Études et recherche, décembre 2005)
  • Quarante siècles d'ésotérisme, Gérald Messadié, Editions Presse Châtelet, novembre 2006
  • Introduction à l'ésotérisme chrétien - Abbé Henri Stéphane, Editions Dervy
  • L'Esotérisme chrétien en France au XIXe siècle, Jean-Pierre Laurant, Lausanne, l'Âge homme, 1992, Préf. Emile Poulat collection Politica Hermética)
  • Alain Mercier.Les sources ésotériques et occultes de la poésie symboliste (1870-1914) Vol. I. Le symbolisme français.– Paris, 1969, Vol. II. Le symbolisme européen.– Paris, 1974.

Liens internes [modifier]

Liens externes [modifier]

wikt:

Le Wiktionnaire possède une entrée pour « ésotérisme ».



08/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek