Info à la famille et aux amis

 

Info à la famille et aux amis

 

Il est souvent très difficile pour les membres de la famille et les amis d’aider quelqu’un qui souffre d’un trouble de l’humeur. Même si vous êtes préoccupé par l’état de votre proche, vous pouvez aussi vous sentir frustré, avoir peur et même ressentir de la colère. Ce sont des réactions émotionnelles normales dans un moment qui peut être extrêmement stressant et redoutable dans votre vie.

Nous savons à quel point cela peut être pénible et nous voulons que vous sachiez que vous n’êtes pas seul. Il est important de vous rappeler que vous devez chercher du soutien pour vous-même pendant que vous vous occupez d’un proche.

 

Dix points à ne pas oublier :

Voici quelques points importants à vous rappeler quand vous prenez soin de quelqu’un à qui on a diagnostiqué un trouble de l’humeur ou qui est en traitement :
1. Vous n’êtes pas responsable.
Ce n’est pas vous qui avez causé la maladie de votre proche et vous n’êtes pas en mesure de le guérir. Un trouble de l’humeur est tout simplement une maladie.

2. Vous n’êtes pas seul.
Des millions de familles s’occupent d’une personne qui souffre d’un trouble de l’humeur. Vous pouvez rencontrer d’autres personnes comme vous si vous fréquentez un groupe d’entraide. L’Association ontarienne des troubles de l’humeur (AOTH) dispose d’une liste de groupes de soutien destinés exclusivement aux familles.

 

Témoignages
« Quand un de nos proches souffre d’une maladie mentale sévère, il ne réalise  habituellement pas à quel point il est perturbé et peut être très blessant envers la personne qui lui suggère de chercher de l’aide. Dans ces périodes difficiles, nous devons essayer de nous concentrer sur l’angoisse qu’il y a derrière les mots. Si nous sentons plutôt l’angoisse, les mots offensants s’effaceront. Quand la tempête sera passée, notre amour inébranlable sera l’un des soutiens les plus solides que la personne malade aura pour l’aider dans son processus de rétablissement. »
(Sara,
parente d’une personne souffrant d’un trouble de l’humeur)

3. Vos émotions et vos réactions sont normales.
Vous pouvez ressentir toute une gamme d’émotions allant de la compassion ou la compréhension à la frustration, la colère et même la rage ou la haine. Si on peut s’attendre à éprouver ces sentiments et comprendre qu’ils sont normaux, ils ne devraient cependant pas nuire à votre relation. Son comportement inconvenant ne constitue pas une attaque envers vous, c’est plutôt la maladie qui le pousse à agir de cette façon.

4. Prenez soin de vous.
Établissez des frontières saines et des limites quant à votre engagement. Assurez-vous de réserver du temps uniquement pour vous et de pratiquer des activités plaisantes loin de la personne malade. N’oubliez pas que vous ne serez pas en mesure d’aider si vous êtes malade aussi.

5. Trouvez du soutien social.
Faire face à un trouble de l’humeur dans une famille peut favoriser l’isolement et la solitude. Plusieurs de vos amis ne comprendront simplement pas l’épreuve que vous traversez. Cherchez du soutien dans votre quartier. Nous vous recommandons  les groupes d’entraide de l’Association ontarienne des troubles de l’humeur ou un des organismes voués à la famille dont la liste apparaît sur cette page.

6. Savoir, c’est pouvoir.
Informez-vous le mieux possible au sujet de la maladie de votre parent ou ami et des options de traitement. N’ayez pas peur de réclamer les meilleurs soins pour lui.

7. Rappelez-vous que la vie est un marathon, non un sprint.
Le progrès se mesure par de petites étapes franchies et parfois il peut sembler ne pas y avoir de progrès du tout. Applaudissez toute amélioration et prodiguez de l’encouragement durant les moments plus sombres.

8. Rappelez-vous que vous êtes humain.
Vous n’avez pas le pouvoir de modifier les composantes neurochimiques dans le cerveau de la personne que vous aimez. Vous pouvez seulement faire de votre mieux.

9. Établissez un plan pour les situations de crise.
Dites à votre proche ce qui arrivera si une crise se produit. Élaborez différents scénarios et mettez votre plan par écrit.

10. Ne perdez jamais espoir.
Rappelez-vous que les troubles de l’humeur sont des maladies traitables. Elles peuvent être cycliques ; il pourra donc y avoir des moments vraiment éprouvants. Parfois, vous vous sentirez dépassé. Mais souvenez-vous que le bon traitement est à portée de main. Et gardez votre optimisme, pour vous et pour votre proche.

Et n’oubliez pas, vous n’êtes pas seul.

Ressources imprimées

  1. All Together Now: How Families Are Affected by Depression and Manic Depression. Health Canada, CMHA, 1999.
  2. Family Healing: Strategies for Hope and Understanding de Salvador Minuchin et Michael P. Nichols. Touchstone, 1993.
  3. My Sister's Keeper: Learning to Cope With a Sibling's Mental Illness de Margaret Moorman. Penguin Books, 1993.
  4. Nothing to Be Ashamed Of: Growing Up with Mental Illness in Your Family de Sherry H. Dinner. Lothrop, Lee & Shepard Books, 1989.

Ressources en ligne

Canadian Mental Health Association
www.cmha.ca

Family Association for Mental Health Everywhere (FAME)
www.fameforfamilies.com

Families for Depression Awareness
www.familyaware.org

National Family Caregivers Association
www.nfcacares.org

Depression and Bipolar Support Alliance
www.dbsalliance.org

National Alliance for the Mentally Ill (NAMI)
www.nami.org

Mental Health Minute
(click here to read their treatment guidelines on panic/anxiety, depression, psychosis/schizophrenia, bipolar, achieving mental health or to review a summary of the project)



22/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek