Institut Émilie du Châtelet

 

 

 

C'est à Koening et à Emilie du châtelet (dont nous avons fait l'éloge) que l'on doit la relation faite entre la force vive de Leibniz et les expérience qui démontrère que contrairement à ce que pensait Newton, l'énergie d'un corps mouvement n'est pas le produit de la sa masse et de sa vitesse, mais

énergie d'un mouvement = masse d'un corps x vitesse au carré de ce corps

Ainsi est renvoyé aux oubliettes, le paradoxe de Zénon d'Elée selon leuqel l'être du mouvement (c'est le paradoxe du lière et de la tortue ou d'Achille terrassé par l'infini du mouvement). Car depuis Scopenhauer, qui développait Kant et Newton sur ce point, on sait que la substance d'une chose si on peut la nommer ainsi est avant tout la force qu'elle est capable de développer. Si un corps en mouvement a une énergie finie, comme l'accorde sa masse et sa vitesse, l'énergie même du mouvment et sa "substance" sont finies. Achille ne s'en sort qu'en renonçant à l'immobilité de l'être, à la procrastination et l'engourdissement qu'engendre une telle conception du monde, et ainsi se rapproche du fini-illimité qui constitue tout mouvement que peut se réenclencher de manière illimitée, dès lors qu'il n'est pas séparé de source d'énergie (force motrice, attraction ou inertie). Ceci sonne une belle débandade pour tous les prêtres abstraits qui s'amusent à soutenir que l'Etre du mouvement est infini et immobile car l'être, cette conception inerte et morale des choses n'a aujourd'hui guère d'imortance (dans leurs propres termes, l'être inconsiste, c'est à dire est) un concept sans référent, un concept creux). La dynamique : une manière donc de sortir de la maladie de l'Etre et de la vita contemplativa.
par Anthony publié dans : Physique quantique

 

émilie se jette à corps perdu dans la science. Elle intervient avec brio dans un duel entre les tenants de Newton et ceux de Leibniz. Ce contemporain de Newton, né à Leipzig (Saxe), a conçu comme son homologue anglais une oeuvre immense.

Il a notamment formulé l'hypothèse que l'énergie d'un objet, longtemps nommée«force vive» avant de s'appeler «énergie cinétique», était proportionnelle à sa masse... et au carré de sa vitesse.

émilie en fait la démonstration expérimentale dans son château de Cirey en faisant tomber une bille de plomb dans de l'argile molle à partir de hauteurs variables.

En 1748, la marquise rencontre le jeune et beau chevalier de Saint-Lambert, poète à ses heures, de dix ans son cadet. Cela se passe à Lunéville, à la cour du duc de Lorraine. Elle en tombe amoureuse... et enceinte.

Nourrie d'un terrible pressentiment, elle se hâte de terminer son oeuvre clé, la traduction et le commentaire du latin en français du premier livre des Principes mathématiques de la philosophie naturelle d'Isaac Newton, communément appelés les Principia. Elle accouche d'une fillette le 5 septembre 1749, dans des conditions difficiles.

Elle n'a que le temps de boucler son manuscrit et de le faire envoyer à la bibliothèque du roi avant de rendre l'âme quatre jours plus tard. «Le caractère de Madame du Châtelet était d'être extrême en tout», dira fort justement d'elle l'abbé Raynal.

Voltaire, très affecté par sa disparition, choisit de quitter la France pour le château de Sans-Souci, à Potsdam, où l'a invité le roi de Prusse Frédéric II. Mais il s'occupe par ailleurs de faire publier le manuscrit d'émilie. Ses Principes resteront jusqu'à la fin du XIXe siècle un manuel de référence.

 

----------------------------------------------------------------

 

Institut émilie du Châtelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Institut émilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre doit son nom à Gabrielle émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise du Châtelet. Il est présidé depuis sa création, en novembre 2006, par la professeure Françoise Barret-Ducrocq.

Il fait partie des départements de recherches « Hommes, natures, sociétés » du Musée de l'Homme à Paris.

Il a été institué fin 2006. Le budget de l'IEC « prévoit notamment le financement d’allocations doctorales et post-doctorales et d’une chaire d’enseignement et de recherche à destination d’une chercheuse ou d’un chercheur étranger. »

Le Conseil Régional d'île-de-France ayant labellisé les problématiques du genre comme « Domaine d'Intérêt Majeur » (DIM), il a chargé l'institut de lancer un « appel à manifestations scientifiques » sur ces problématiques.

L'institut organise des séminaires interdisciplinaires mais aussi des conférences dites « grand public » permettant aux participants de rencontrer des chercheuses et chercheurs mais aussi des personnalités (ainsi, fin 2007, Huguette Bouchardeau, personnalité féministe, ancienne ministre et éditrice qui a fondé HB éditions).

Le comité de direction se compose de Michel Bozon (Ined) ; Laura Downs (EHESS) ; Gabrielle Houbre (Paris-VII-Denis-Diderot) ; Jacqueline Laufer (HEC-Paris) ; Catherine Louveau (Paris-Sud-XI) ; Catherine Marry (CNRS) ; Nicole Mosconi (Paris-X-Nanterre) ; évelyne Peyre (CNRS-MNHN) ; Mariette Sineau (CNRS/Cevipof) ; éliane Viennot (Institut universitaire de France) ; Françoise Vouillot (Cnam) et Joëlle Wiels (CNRS).

lien externe [modifier]

www.emilieduchatelet.org

 
-------------------------------------------------------------------------------
 

--------------------------------------------------------------------------------
 


27/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek