Jacques Martin (animateur)

Jacques Martin (animateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes?, voir Jacques Martin (homonymie).
Cet article ou cette section traite d'un décès récent  (14 septembre 2007).
Le texte peut changer fréquemment, et n’est peut-être pas à jour. N’hésitez pas à participer et à citer vos sources.

Jacques Martin était un comédien, journaliste et animateur de radio et télévision français né le 22 juin 1933 à Lyon 4e (Rhône) et décédé le 14 septembre 2007 des suites d'un cancer à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques)[1]. Après avoir débuté par le théâtre en 1949, il a produit et animé entre les années 1970 et 1990 de nombreuses émissions de divertissement comme Le Petit Rapporteur, L'École des fans ou Dimanche Martin.

Sommaire

[masquer]

Un homme de télévision [modifier]

Les premiers pas [modifier]

Fils de Joannès Martin, industriel, et de Germaine Ducerf, Jacques Martin est élevé chez les jésuites. Il s'oriente d'abord vers le théâtre et suit à partir de 1949 les cours de Charles Dullin. Il débute sa carrière à la télévision sous le pseudonyme de Ducerf à Télé-Strasbourg, devenue France 3 Alsace, où il anime dans les années 1950 l'émission Pas très show. Repéré par Pierre Tchernia, il rejoint l'ORTF et crée avec Jean Yanne l'émission 1 = 3 qui connaîtra un grand succès populaire. Il y interprète notamment des parodies de grands événements historiques. Son sketch représentant Napoléon et ses maréchaux sous forme de cyclistes du Tour de France lui vaudra d'ailleurs un procès et des menaces de licenciement.

En 1969, il présente la cérémonie de remise des prix du festival de Cannes, puis anime Midi-Magazine avec Danièle Gilbert, de 1969 à 1975. Au cours d'une de ces émissions, il invite le ministre des finances de l'époque, Valéry Giscard d'Estaing qui accepte de jouer de l'accordéon.

Les passions d'un saltimbanque [modifier]

Jacques Martin se produit aussi comme chanteur, assurant notamment la première partie de Jacques Brel à l'Olympia, montant un spectacle associant chansons et parodies à Bobino et participant à l'émission Le Palmarès des chansons. Il compose des chansons, écrit une comédie musicale, Petitpatapon, en 1968, avant de s'essayer à la réalisation de films avec Na ! en 1973. Il fait aussi l'acteur dans Erotissimo (1968), Sex-shop (1972) et La Passante du Sans-Souci (1982). En 1978, il enregistre avec Jane Rhodes et Rémy Corazza une version de l'opérette La Belle Hélène sous la direction d'Alain Lombard.

L'animateur insolent et populaire [modifier]

En 1975, Jacques Martin lance l'émission satirique Le Petit Rapporteur une parodie de journal télévisé programmée chaque dimanche sur TF1. L'humour décalé et la liberté de ton des chroniqueurs Pierre Desproges, Stéphane Collaro et Daniel Prévost déplaît à la direction qui décide d'interrompre l'émission au bout d'un an. Jacques Martin renouvelle alors l'expérience sur Antenne 2 avec La Lorgnette (1976 - 1977). Parallèlement, il anime avec Jean Yanne une émission radiophonique quotidienne sur RTL.

Habitué des émissions de variétés comme Les Grands Enfants ou Top à (de Maritie et Gilbert Carpentier), Jacques Martin s'impose progressivement comme l'animateur vedette de la télévision publique. Pendant plus de 20 ans, entre 1976 et 1998, il reste fidèle au poste, imaginant des concepts d'émissions qui deviennent des rendez-vous familiaux pour des millions de téléspectateurs.

Son programme Dimanche Martin, enregistré en public chaque samedi au théâtre de l'Empire à Paris et diffusé chaque dimanche après-midi sur Antenne 2 (devenue France 2), mélange humour, variétés, spectacles et reportages dans plusieurs émissions comme Incroyable mais vrai, L'École des fans, Thé dansant, Le monde est à vous ou encore Ainsi font, font, font, qui vit l'éclosion de jeunes talents tels Laurent Gerra, Virginie Lemoine, Laurent Ruquier, Julien Courbet ou encore Laurent Baffie.

L'émission dominicale la plus renommée de Jacques Martin était L'École des fans, créée en novembre 1977 avec pour marraine Chantal Goya, et dans laquelle des enfants venaient interpréter les chansons d'un invité. Les passages obligés de cette émission ont marqué les esprits et les caricaturistes : les enfants notant leur prestation et Jacques Martin interpelant les parents dans la salle, dont le père souvent armé d'un caméscope. Pour l'anecdote, on notera que Vanessa Paradis est passée dans cette émission lorsqu'elle était enfant (en 1981 à 8 ans).

Fin de carrière [modifier]

Parallèlement, Jacques Martin participe régulièrement, en compagnie de son vieux complice Jean Yanne, aux Grosses Têtes, l'émission de Philippe Bouvard sur RTL, puis à l'émission On va s'gêner de Laurent Ruquier sur Europe 1.

En 1998, averti sans ambages de l'arrêt de Sous vos applaudissements, Jacques Martin est victime dans la nuit d'un accident vasculaire cérébral qui le laisse partiellement paralysé et l'oblige à interrompre ses émissions. Jean-Claude Brialy le remplace alors au pied levé jusqu'à la fin de la saison. Les émissions ne seront pas reconduites.

Après avoir participé épisodiquement à des émissions de radio et de télévision, il se retire dans sa maison à Neuilly, puis sa santé se dégradant, dans une résidence médicalisée à Courbevoie. Il avait décidé en novembre 2006 de rejoindre l'hôtel du Palais à Biarritz[2], ville où il est mort le 14 septembre 2007 des suites d'un cancer généralisé[3].

Ses obsèques sont célébrées le 20 septembre 2007 en la cathédrale Saint-Jean de Lyon, en présence de ses proches et de nombreuses personnalités. Le gouvernement était représenté par les ministres Rachida Dati, Christine Albanel, Rama Yade et Christine Boutin, le maire de Lyon Gérard Collomb, des personnalités du monde de la télévision, le PDG de France Télévisions, Patrick de Carolis, les journalistes Stéphane Collaro et Pierre Bonte, l'animatrice Danièle Gilbert, l'humoriste Laurent Gerra, le dessinateur Piem, les chanteurs Chantal Goya et Enrico Macias et le cuisinier Paul Bocuse.

Vie privée [modifier]

Fin cuisinier, Jacques Martin était le petit-fils de Joannès Ducerf, chef de cuisine du tsar Nicolas II de Russie, qui tenait également le célèbre restaurant de Lyon L'Universel.

Jacques Martin était père de huit enfants. Il s'est marié trois fois et a vécu en union libre avec la comédienne Danièle Évenou.

  • Avec sa première épouse, Anne Lefèvre, il a eu deux enfants : David Martin, cuisinier et présentateur d'émissions télévisées, et Élise.
  • Il a ensuite vécu avec la comédienne Danièle Évenou, avec laquelle il eut deux fils : Frédéric (né en 1973), animateur de radio, et Jean-Baptiste Martin (né en 1976), comédien et musicien.
  • Il a épousé le 10 août 1984 Cécilia Ciganer-Albeniz[4] (future Cécilia Sarkozy) avec laquelle il a eu deux filles : Judith (née en 1984) et Jeanne-Marie (née en 1987).
  • Il épouse le 20 avril 1992 sa dernière compagne, Céline Boisson, rencontrée sur le plateau du Monde est à vous dont elle était l'une des hôtesses. Elle est la mère de ses deux derniers enfants, Juliette et Clovis, nés en 1994 et 1999.

Les réactions à sa mort [modifier]

  • Stéphane Collaro : « Jacques a été l'une des rencontres les plus importantes de ma vie. Malgré l'affection de ses proches, sa vie était devenue un calvaire et il ne le méritait pas (...) On est parti de l'amitié et de ce goût commun pour la farce et la dérision et cela a donné naissance au Petit Rapporteur. On y retrouvait cet esprit bon enfant, l'envie de rire de tout. C'était sa nature qui contrebalançait un déchirement profond. Il était très introspectif et inquiet. Jacques avait un talent extravagant. C'était un être complexe et attachant. Le Petit Rapporteur a été l'invention d'un ton nouveau à la télévision. »
  • Danièle Gilbert : « À la télé, nous sommes tous des enfants de Jacques Martin (...) J'ai été connue avec et grâce lui. Il m'a tout appris : il improvisait et il fallait réagir au quart de tour (...) Il avait le sens du mot "populaire". J'aime les êtres hors du commun et il en était un ... Il était incroyablement culotté. La télé l'est beaucoup moins aujourd'hui. Il osait tout alors qu'aujourd'hui la soi-disant audace devient formatée. »
  • Philippe Bouvard  : « Jacques Martin, c'était une impertinence totale, une grande imagination. Il a inventé des concepts d'émissions. C'est très rare. La preuve, aujourd'hui, on va chercher nos concepts à l'étranger. C'était un artiste complet. Il savait tout faire et avait tous les dons : il savait danser, faire des claquettes, jouer la comédie, chanter, écrire... C'était le roi de l'improvisation. Je me demande ce qu'il ne savait pas faire. Il ne savait pas être heureux. »
  • Jean-Pierre Foucault : « Jacques Martin était une référence. Il savait tout faire. C'était un showman idéal doté d'une culture exceptionnelle. Quels que soient les domaines, il excellait... Jacques Martin était l'incarnation de la télévision, avec l'impertinence en plus, à une époque où elle n'avait pas lieu d'être sur la télévision d'Etat Il avait un pouvoir et un culot immenses. Il est toujours resté un artisan. »
  • La plupart des grandes chaînes de radio et de télévision françaises ont, dès l'annonce de sa mort, modifié leur programme du jour ou du week-end pour rendre hommage et évoquer la carrière de l'animateur[5].

Lien externe [modifier]

Notes et références [modifier]

n:

Wikinews propose des actualités concernant « Jacques Martin  ».

  1. « Décès de Jacques Martin, animateur de télévision populaire et insolent », dépêche de l'AFP.
  2. « À Biarritz, Jacques Martin reçoit ses proches et ses amis », Le Parisien, 20 août 2007 (Résumé en ligne)
  3. Dépêche de LCI
  4. Le mariage de Jacques Martin et Cécilia Ciganer-Albeniz eut lieu le 10 août 1984, à la mairie de Neuilly-sur-Seine, et a été célébré par son maire de l'époque, Nicolas Sarkozy.
  5. « Télévisions et radios rendent hommage à Jacques Martin », dépêche AFP, 14 septembre 2007.


20/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek