James Bond - Partie 1

James Bond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article concerne le personnage imaginaire. Pour les autres significations, voir James Bond (homonymie).

James Bond, également connu par son matricule 007, est un personnage de fiction créé par l'auteur britannique Ian Fleming (1908-1964). Espion des services secrets britanniques, le double-zéro de son matricule signifie qu'il est autorisé à tuer en toute circonstance. Bond est commander dans la marine britannique, c'est-à-dire capitaine de frégate, mal traduit dans la VF des films par « commandeur ». Il est le fils d'un écossais et d'une suissesse (Martine Delacroix).

James Bond est rapidement devenu en littérature un personnage célèbre et apprécié du public. Au début des années 1960, John F. Kennedy, alors nouveau président des États-Unis, nomme Échec à l'Orient-Express (correspondant à l'histoire du film Bons Baisers de Russie) comme un de ses 10 livres préférés[1]. Le succès en librairie explose aux États-Unis.

Depuis 1962, l'agent 007 a fait l'objet de nombreuses adaptations cinématographiques. Avec plus de vingt films en plus de quarante ans, il constitue aujourd'hui une des plus longues saga cinématographique. James Bond est entre temps devenu un authentique mythe contemporain, décliné en littérature et au cinéma, mais également en bandes dessinées, en jeux vidéo, en jeux de rôle, en jouets

Pour baptiser son personnage, Ian Fleming a repris le nom d'un ornithologue, James Bond (1900-1989), dont il lisait l'ouvrage Birds of the West Indies. Ce livre apparaît dans le film Meurs un autre jour en clin d'œil.

Après la mort de Fleming, les aventures de Bond ont été écrites par Robert Markham puis John Gardner et enfin Raymond Benson. Depuis 2005, Charlie Higson rédige des aventures du jeune James Bond, encore adolescent, étudiant au collège d'Eton.

Signalons également que John Pearson a écrit une biographie imaginaire de James Bond et que, comme John Gardner et Raymond Benson, Christopher Wood a rédigé les novélisations de ses propres scénarios de films de James Bond.

Sommaire

[masquer]

L'univers de James Bond [modifier]

Les adversaires [modifier]

Dans les premiers romans, l'ennemi est le SMERSH, organisation criminelle soviétique. Ian Fleming crée dès le début des années 1960 le SPECTRE, que l'on retrouvera par la suite d'une manière directe ou non chez les autres auteurs, tels que John Gardner ou Raymond Benson. Régulièrement, l'agent 007 aura à affronter des organisations secrètes ennemies, telles BAST et le Syndicat.

Au cours des premiers films (jusqu'à Vivre et laisser mourir), l'ennemi principal de James Bond est le SPECTRE, un réseau criminel d'envergure, avec à sa tête Ernst Stavro Blofeld.

Article détaillé : Liste des méchants de James Bond.

Les alliés [modifier]

James Bond dispose de nombreux alliés lors de ses missions tant littéraires que cinématographiques. Ceux-ci le soutiennent, l'aident, voire le sauvent lors de situations délicates. Certains d'entre eux en pâtissent, punis par le méchant.

Souvent, ces alliés sont des femmes qui sont dès le début du côté de James Bond. Parfois, elles sont dans le camp de l'adversaire et, séduites par le héros, se retournent contre leur allié.

Article détaillé : Liste des alliés de James Bond.

Gadgets [modifier]

Article détaillé : Liste des gadgets de James Bond.

Voitures [modifier]

Article détaillé : Liste des voitures de James Bond.

Œuvres composant l'univers de fiction [modifier]

Œuvres écrites [modifier]

Romans de Ian Fleming [modifier]

  • Espions faites vos jeux [Presses Internationales, 1960] (Casino Royale, 1953) réédité chez Plon en 1964 sous le titre Casino Royal (sans « e » final) et chez Bragelonne en 2006 sous le titre Casino Royale (cette fois-ci avec un "e" final)
  • Requins et services secrets [Presses Internationales, 1959] (Live and Let Die, 1954) réédité chez Plon en 1964 sous le titre Vivre et laisser mourir
  • Entourloupe dans l'azimut [Gallimard, 1958] (Moonraker, 1955) réédité chez Gallimard en 2002 sous le titre Moonraker
  • Chauds les glaçons ! [Gallimard, 1957] (Diamonds Are Forever, 1956) réédité chez Gallimard en 1973 sous le titre Les Diamants sont éternels
  • Échec à l'Orient-Express [Presses Internationales, 1960] (From Russia With Love, 1957) réédité chez Plon en 1964 sous le titre Bons baisers de Russie
  • Docteur No [Presses Internationales, 1960] (Dr. No, 1958) réédité chez Plon en 1964 sous le titre James Bond contre Dr No
  • Opération Chloroforme [Presses Internationales, 1960] (Goldfinger, 1959) réédité chez Plon en 1964 sous le titre Goldfinger
  • Opération Tonnerre [Plon, 1962] (Thunderball, 1961)
  • Motel 007 [Plon, 1966] (The Spy Who Loved Me, 1962)
  • Au service secret de Sa Majesté [Plon, 1964] (On Her Majesty's Secret Service, 1963)
  • On ne vit que deux fois [Plon, 1965] (You Only Live Twice, 1964)
  • L'Homme au pistolet d'or [Plon, 1965] (The Man With the Golden Gun, 1965)

Recueils de nouvelles de Ian Fleming [modifier]

Roman de Robert Markham [modifier]

Roman de John Pearson [modifier]

Novélisations de Christopher Wood [modifier]

Romans et novélisations de John Gardner [modifier]

Romans et novélisations de Raymond Benson [modifier]

Romans de Charlie Higson [modifier]

Les romans de Charlie Higson racontent les aventures du jeune James Bond alors adolescent

Films [modifier]

Pays dans lesquels s'est rendu James Bond au cours de ses films
Pays dans lesquels s'est rendu James Bond au cours de ses films
Films de la série produite par EON

Ces films ont été tournés aux studios Pinewood, près de Londres.

Interprété par Sean Connery [modifier]

  1. James Bond 007 contre Dr. No de Terence Young (1962)
  2. Bons baisers de Russie de Terence Young (1963)
  3. Goldfinger de Guy Hamilton (1964)
  4. Opération Tonnerre de Terence Young (1965)
  5. On ne vit que deux fois de Lewis Gilbert (1967)
  6. Les Diamants sont éternels de Guy Hamilton (1971)
  7. Jamais plus jamais de Irvin Kershner (1983). Il s'agit d'un remake de Opération Tonnerre qui n'a pas été produit par la même société de production que la plupart des autres films mettant en scène James Bond, EON (donc, sans l'habituel générique à rond blanc sur fond noir, la fameuse mélodie (James Bond theme) de Monty Norman, le 007 terminé par un pistolet (gun logo symbol), ...) Le film est sorti en 1983. Sean Connery y interprétait une dernière fois le rôle de James Bond.

Interprété par George Lazenby [modifier]

  1. Au service secret de Sa Majesté de Peter Roger Hunt (1969)

Interprété par Roger Moore [modifier]

  1. Vivre et laisser mourir de Guy Hamilton (1973)
  2. L'Homme au pistolet d'or de Guy Hamilton (1974)
  3. L'Espion qui m'aimait de Lewis Gilbert (1977)
  4. Moonraker de Lewis Gilbert (1979)
  5. Rien que pour vos yeux de John Glen (1981)
  6. Octopussy de John Glen (1983)
  7. Dangereusement vôtre de John Glen (1985)

Interprété par Timothy Dalton [modifier]

  1. Tuer n'est pas jouer de John Glen (1987)
  2. Permis de tuer de John Glen (1989)

Interprété par Pierce Brosnan [modifier]

  1. GoldenEye de Martin Campbell (1995)
  2. Demain ne meurt jamais de Roger Spottiswoode (1997)
  3. Le monde ne suffit pas de Michael Apted (1999)
  4. Meurs un autre jour de Lee Tamahori (2002)

Interprété par Daniel Craig [modifier]

  1. Casino Royale de Martin Campbell (2006)
  2. Bond 22 (2008)
Films qui ne sont pas produits par EON (donc, sans le fameux générique à rond blanc sur fond noir, la fameuse mélodie (James Bond theme) de Monty Norman, le 007 terminé par un pistolet (gun logo symbol), ...)

Téléfilm [modifier]

  1. Casino Royale de William H. Brown Jr. avec Barry Nelson (1954)

Films « hors série » [modifier]

  1. Casino Royale de John Huston, Ken Hughes, Val Guest, Robert Parrish, Joseph McGrath avec David Niven (1967)
  2. Jamais plus jamais de Irvin Kershner avec Sean Connery (1983)

Génériques des films et interprètes [modifier]

Musique [modifier]

Le célèbre générique présent dans tous les "James Bond" d'EON Productions a été composé par Monty Norman en 1960 puis réorchestré par John Barry. La paternité de cette musique a été la source d'un long procès entre les deux auteurs mais Monty Norman a finalement eu gain de cause en 2001.

Jeux vidéo [modifier]

Article détaillé : Jeux vidéo de James Bond.

Jeux de rôle [modifier]



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek