Kirk Douglas

Kirk Douglas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kirk Douglas dans La Vallée des géants
Kirk Douglas dans La Vallée des géants

Kirk Douglas, de son vrai nom Issur Danielovitch Demsky, est un acteur, producteur, réalisateur et écrivain américain d'origine ukrainienne qui est né le 9 décembre 1916 à Amsterdam (état de New York). C'est le père du comédien et producteur Michael Douglas.

Sommaire

[masquer]

Biographie [modifier]

Lauren Bacall a aidé Kirk Douglas à obtenir son premier rôle en 1946 dans le film de Hal B. Wallis, L'Emprise du crime (The Strange Love of Martha Ivers) avec Barbara Stanwyck.

Kirk Douglas a reçu quatre nominations de l'Academy Award pour son travail dans Le Champion (Champion), Les Ensorcelés (The Bad and the Beautiful) et La Vie passionnée de Vincent Van Gogh (Lust for Life) dans le rôle de Vincent Van Gogh. Douglas a remporté en 1996 un Oscar pour « 50 ans de force créative et morale dans la communauté cinématographique ».

Véritable legende de Hollywood, sa carrière est l'une des plus riche de l'industrie du cinéma Américain. Il tourna avec Stanley Kubrick, Vincente Minnelli, John Huston, Otto Preminger, Joseph Leo Mankiewicz, Elia Kazan, Billy Wilder et King Vidor...

Sa société de production portait le nom de sa mère adorée : Bryna. Grand séducteur, mythomane et mégalomane notoire, il fut aussi un grand démocrate en produisant des œuvres très à gauche. Fait rarissime à Hollywood.

Il prit la défense des Indiens avec un western pro-indien magnifique La Rivière de nos amours (La Rivière de nos amours) d'André de Toth en 1955, fustigea l'imbécillité meurtrière des militaires avec Les sentiers de la gloire de Stanley Kubrick en 1958, produisit une satire du Maccarthysme avec Spartacus de Stanley Kubrick en 1961 et dénonça le rêve américain avec un western moderne et ascétique de David Miller : Seuls sont les indomptés (Lonely Are The Brave) en 1962. Ce dernier film est le préféré de Kirk Douglas.

Il produisit aussi un thriller visionnaire avec Seven Days In May en 1964. Quelques temps avant l'assassinat de Kennedy, le film racontait le coup d'état d'un général d'extrême droite afin de renverser le gouvernement démocrate américain.

Sa collaboration avec le scénariste Dalton Trumbo (victime de la liste noire) s'étendit sur trois film : Spartacus, El Perdido (The Last Sunset) et Seuls sont les indomptés. Contrairement à la légende, (propos des historiens et de Kirk Douglas lui même), ce n'est pas Douglas qui, le premier, rendit le droit à Trumbo d'apparaitre au générique d'un film. C'est Otto Preminger qui brisa le premier l'affreuse liste noire an autorisant Trumbo à signer le script d'Exodus.

Douglas s'est marié deux fois : la première fois avec Diana Dill (née le 22 janvier 1923, divorcée en 1951) avec qui il a eu deux fils, l'acteur Michael Douglas et le producteur Joel Douglas ; la seconde fois en 1954 avec Anne Buydens avec qui il a eu également deux fils, le producteur Peter Vincent Douglas né le 23 novembre 1955 et l'acteur Eric Douglas né en juin 1958 et mort le 6 juillet 2004 d'une overdose.

Kirk Douglas avec le président Jimmy Carter dans le bureau ovale
Kirk Douglas avec le président Jimmy Carter dans le bureau ovale

Populaire aux États-Unis et dans le monde entier, Kirk Douglas a reçu la médaille présidentielle de la Liberté américaine (Presidential Medal of Freedom, récompense civile la plus élevée) en 1981 et la Légion d'honneur française en 1985.

En 1996 Kirk Douglas a été victime d'un accident cérébro-vasculaire qui a amoindri sa capacité d'élocution.

En 2003, il donne pour la première fois la réplique à son fils Michael, et à son petit fils Cameron au cinéma. Trois générations de Douglas sont réunies dans Une si belle famille.

Une carrière de cinéaste avortée [modifier]

Après une remarquable carrière de producteur, il passera à la réalisation dans les années 1970. Malheureusement, avec beaucoup moins de succès...

Scalawag en 1973, librement adapté de L'Île au trésor de Robert Louis Stevenson, et le western Posse en 1975. Scalawag, film de Pirates avec chansons et un Kirk Douglas barbu et unijambiste, sera un echec commercial tonitruant. Produit par la première femme de l'acteur, Diana Douglas, le film sera tourné dans de très grandes difficultés en Yougoslavie. Ce premier long métrage n'aura même pas droit à une distribution Française. On trouvera (en cherchant bien) une vieille copie VHS distribuée illégalement dans les années 80. Copie pirate, bien sur.

Posse en 1975, un autre echec, dénoncera les malversations frauduleuses d'un homme politique durant la conquête de l'ouest.

Ses deux echecs commerçiaux le détourneront définitivement de la réalisation de film.

Une Star Sadomasochiste ? [modifier]

Plus que tout autre star masculine de Hollywood, Kirk Douglas cultiva un gout démesuré pour les morts violentes à l'écran.

Durant sa longue carrière, il connut (presque) tous les décès : Suicidé dans Lust For Life, Transpercé à l'épée dans The Vikings, Tuberculosé dans Gunfight At OK Corral, crucifié dans Spartacus, tué par balle dans El Perdido, écrasé par un camion transportant des cabinets dans Lonely Are The Brave, empalé vivant sur une vieille charrue dans The List Of Adrian Messenger, Tué à bout portant (mais par accident) dans Cast of a Giant Shadow, Piqué par un redoutable reptile dans There Was A Crooked Man et choisit, à la fin de The Fury, de se jeter par la fenêtre d'une maison.

Notons, pour conclure cette suite macabre non exhaustive, que le rôle qui fit de Kirk Douglas une star est celui d'un boxeur arriviste ivre de victoires (et de femmes) dans Champion en 1949. Il finira tout de même par mourir... battu à mort sur le ring...

Un écrivain sincère et touchant [modifier]

De toutes les stars de Hollywood, Kirk Douglas est le seul à avoir écrit une autobiographie aussi riche et complète.

Outre quelques romans de fiction (The Gift, Last tango in Brooklyn, Dance with the Devil) il publie la première partie de son histoire avec : The Ragman's Son, 1988. Proche du roman, le livre est l'un des meilleurs ouvrages jamais écrit par une star de Hollywood. Malgré quelques complaisances et informations quelque peu mystificatrices, c'est une introspection sans fard et souvent poignante sur le parcours du petit Issur. Petit enfant étouffé par une multitudes de grandes sœurs et en quête pathétique de reconnaissance vis à vis d'un père indifférent. Le ton, souvent critique et caustique envers lui même, est un régal et l'ouvrage sera un succès mondial lors de sa sortie.

La deuxième partie Climbing The Mountain : My Search For Meaning en 2000 est un texte passionnant sur la découverte de la propre judéité de l'acteur.

La troisième partie : My Stroke Of Luck en 2002 raconte de manière intime (et toujours drôle) le très grave accident cérébral dont fut victime l'interprète de Spartacus en 1996. Diminué et incapable d'émettre le moindre mot, Kirk Douglas raconte la violente dépression qui suivit et la redécouverte de l'amour de la vie et des siens. Le livre se clôture avec un hilarant "Manuel de survie".

La sérénité, enfin atteinte, il publie (à 90 ans !) le dernier tome de son œuvre imposante avec Let's Face It: 90 Years of Living, Loving, and Learning en 2006. Il y parle de l'équilibre et de la quiétude avec laquelle il aborde désormais l'existence et parle pour la première fois de la disparition tragique de son plus jeune fils, Eric.

Filmographie [modifier]

acteurs et actrices

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Lien externe [modifier]

commons:Accueil

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur Kirk Douglas.



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek