Le Silence des agneaux

Le Silence des agneaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Silence des agneaux (The Silence of the Lambs) est un film américain, réalisé par Jonathan Demme en 1990 et sorti en 1991. Le film est l'adaptation du deuxième opus d'une trilogie écrite par Thomas Harris, les deux autres romans ayant aussi été transposés au cinéma : Dragon rouge (Red Dragon) se déroule avant Le Silence des agneaux, Hannibal en est la suite. En 1986, une première adaptation de Dragon rouge fut distribuée sous le titre Le Sixième Sens (Manhunter).

Sommaire

[masquer]

Synopsis [modifier]

Ce qui suit dévoile des moments clefs de l’intrigue.

Clarice Starling est une jeune et brilliante stagiaire du FBI à Quantico en Virginie. Ses compétences sont repérées par Jack Crawford, chef du département des sciences du comportement. Le département est sur la brèche dans le cadre de l'enquête sur Buffalo Bill, tueur en série qui découpe la peau du dos de ses victimes.

Jack Crawford envoie Clarice auprès du Dr Hannibal Lecter alias « Hannibal le Cannibale », éminent psychiatre emprisonné depuis 8 ans dans une cellule de très haute sécurité de l'hôpital psychiatrique de Baltimore dirigé par le Dr Chilton. Jack Crawford espère que Clarice pourra en retirer des informations capitales sur Buffalo Bill.

Hannibal l'oriente d'abord vers un entrepôt où elle découvre la tête de Benjamin Raspail, première victime de Buffalo Bill (en dehors des meurtriers de sa soeur). Hannibal connaît l'identité de Buffalo Bill qui lui avait été présenté par Benjamin Raspail, qui était l'un de ses patients. Il marchande des indices à Clarice à condition qu'elle accepte de se prêter à des séances d'analyse. Bien qu’on l’ait mise en garde de ne rien révéler de personnel à Hannibal, Clarice se prête à ces délicates séances en échange du jeu de pistes communiqué par Lecter...

Pendant ce temps Buffalo Bill a kidnappé la fille du sénateur Martin. Dans l'urgence, afin qu'Hannibal lui révèle enfin l'identité du tueur, Clarice lui fait une offre bidon au nom du sénateur (une cellule avec une vue au lieu de son cachot de Baltimore avec le droit de se promener et de se baigner sous haute surveillance, une semaine par an, sur une plage). Mais le docteur Chilton, qui espionne jalousement les conversations de Clarice et de Lecter, en fait part au sénateur qui fait une contre-proposition à Hannibal. Il est alors transféré à Memphis où il donne de fausses informations au sénateur. Clarice parvient à l'approcher à Memphis et il lui fournit de précieux indices à l'issue de « son analyse » qui semble la valoriser à son regard de psychiatre. Puis Lecter parvient à s'échapper de sa nouvelle prison après avoir massacré ses deux gardiens.

Les indices du Dr Lecter permettront à Clarice de trouver Buffalo Bill (qui utilisait la peau de ses victimes pour se confectionner des vêtements), de l'abattre en sauvant ainsi Catherine Martin alors que Jack Crawford et son équipe étaient sur une mauvaise piste.

Pendant ce temps le Dr Lecter est parti aux Bahamas où il a suivi son ennemi juré, le Dr Chilton, son prochain repas...

Commentaire [modifier]

Seize ans après sa sortie, l’œuvre a gardé toute la puissance de ses effets ou plutôt de son atmosphère angoissante qui va crescendo. Jonathan Demme a pris le parti de suivre de très près le roman de Thomas Harris et de n’y rien rajouter sinon son talent de cinéaste. Donc pas d’histoire d’amour collée susceptible de nous distraire de cette plongée dans les abysses de l’âme humaine recelant autant de traumas que de terreurs et d’autres monstruosités.
Demme se concentre sur le face à face Starling / Lecter, pierre angulaire du film. Comme dans les contes de notre enfance, Clarice va devoir affronter des monstres. Ce ne sont plus ces ogres fantasmagoriques de la littérature enfantine mais des êtres de chair et de sang bien plus terrifiants comme le sont aussi les cauchemars de son enfance toujours bien vivants. Comme le Petit Poucet qui retrouvait son chemin en suivant ses petits cailloux, Clarice va suivre les indices de « l’ogre Hannibal » en même temps qu’il va « évaluer » si elle est digne de la psychanalyse qu’il lui « offre », ce cadeau pouvant aussi bien se révéler empoisonné comme la pomme de la sorcière ou bénéfique comme la citrouille de la fée en fonction de la spiritualité (ou de la dignité) de l’héroïne. Toujours comme dans les contes, Clarice va devoir passer des épreuves qui décideront de son sort… Savoir si elle sera dévorée ou bien si elle deviendra princesse… Au final, on comprend qu’elle a gagné l’estime de l’ogre parce qu’elle a réussi les épreuves qu’il lui imposait et qu’il « sent littéralement » (et il la touche du doigt au travers des barreaux) qu’elle est à présent devenue assez forte pour (enfin) affronter cet autre monstre qui a pour surnom Buffalo Bill
Le soin qui a été apporté à la photo volontairement sous-exposée, comme celui s’astreignant à éradiquer costumes ou fioritures risquant de nous égayer un instant, sont remarquables (Clarice-Foster est constamment habillée couleur vert-de-gris et on a assombri sa chevelure afin qu'elle ne soit pas trop lumineuse). Tout à été conçu par Demme pour descendre toujours plus profondément dans un monde où suinte l’ennui comme à « Belvédère » dans l’Ohio… C’est la morose accalmie annonciatrice, comme l’est le silence avant la tempête, de l’épreuve finale. Clarice va, au sens propre comme au figuré, s’enfoncer dans les tréfonds d’une cave symbolisant cette âme humaine cachant dans ses coins et recoins autant d’horreurs et de peurs que notre cerveau a de neurones…
Clarice devient elle-même un peu monstrueuse, comme si elle héritait des dons d’Hannibal. Lorsqu’il s’échappe de sa prison, elle « sait déjà », et elle le confie à son amie Ardelia, qu’elle n’a rien à craindre de lui… Lors des toutes dernières séquences, elle garde pour elle-seule son entretien téléphonique avec Hannibal en regardant s’éloigner Crawford, son supérieur, qui l’a déçue à plusieurs reprises et elle sait qu’elle doit sa promotion plus à Hannibal qu’à son patron, son estime ne peut donc aller qu’à une seule personne…
Les deux acteurs, justement récompensés, tiennent de bout en bout le film sur leurs épaules… Qu’ils aient eu, chacun à leur façon, la préscience de ce qu’il fallait faire appartient au mystérieux sixième sens du comédien. On sait combien Jodie Foster s’est battue pour le rôle et que c’est elle qui a convaincu Demme d’ajouter cette séquence d’entraînement au début du film, comme si Clarice était soit « poursuivie », soit la « poursuivante » de quelque chose… Déjà, le début du conte… On se souviendra longtemps d’Anthony Hopkins, toutes babines retroussées, et de ses « ssssllluppps » d’ogre destinés à tester Clarice de l’autre côté de la paroi de plexiglas et de leurs reflets juxtaposés sur les invisibles murailles de l’indicible…

Fin des révélations

Fiche technique [modifier]

  • Titre : Le Silence des agneaux
  • Titre original : The Silence of the Lambs
  • Réalisation : Jonathan Demme
  • Scénario : Ted Tally, d'après le roman de Thomas Harris
  • Directeur de la photographie : Tak Fujimoto
  • Opérateurs : Tony C. Jannelli, Bruce MacCallum
  • Musique : Howard Shore
  • Décors : Kristi Rea, Karen O'Hara
  • Direction artistique : Tim Galvin
  • Ingénieurs du son : John Fundus, Skip Lievsay
  • Assistants réalisateurs : Ronald M. Bozman, Gina Leonetti, Kyle McCarthy, Steve Rose
  • Costumes : Colleen Atwood
  • Maquilleurs : Carl Fullerton, Neal Martz, Allen Weisinger
  • Coiffeur : Alan D'Angerio
  • Photographe de plateau : Ken Regan
  • Montage : Craig McKay
  • Pays d'origine : États-Unis États-Unis
  • Producteurs : Kenneth Utt, Edward Saxon, Ronald M. Bozman
  • Société de production : Orion Pictures Corporation (États-Unis)

Distribution [modifier]

Récompenses [modifier]

Autour du film [modifier]

  • Pour le rôle de Clarice Starling, Jonathan Demme avait d'abord pensé à Michelle Pfeiffer avec laquelle il venait de tourner Veuve mais pas trop (Married to the Mob) (1988). Mais elle a refusé à cause de la violence du film. Jodie Foster, s'étant déjà rapprochée du scénariste Ted Tally qui lui a dit « Je suis en train d'écrire un rôle pour vous », est allée voir Jonathan Demme pour le convaincre de lui donner le rôle. Demme, voyant venir vers lui sa petite silhouette farouchement déterminée, a confié à Tally : « Clarice, c'est elle. » (Sources : reportage « Dans le labyrinthe » sur le tournage du film, 2001).
  • La tête de mort qui figure sur le dos du fameux papillon de l'affiche est tirée de la photographie de Philippe Halsman représentant Salvador Dalí devant une tête de mort faite de corps de femmes. Image

Bibliographie [modifier]

  • Jean Desobrie : Rencontre avec des films remarquables, Roger Éditeur, Viroflay, 1994, ISBN 2903880034

Article connexe [modifier]

Voir aussi [modifier]

Liens externes [modifier]


Hannibal Lecter

Le Sixième Sens (1986) | Le Silence des agneaux (1991)
Hannibal (2001) | Dragon rouge (2002) | Hannibal Lecter : les origines du mal (2006)



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek