Libertarianisme

Libertarianisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le libertarianisme est une philosophie politique prônant la liberté absolue des individus de faire ce que bon leur semble de leur personne et de leur propriété, ce qui implique qu'ils n'empiètent pas sur cette même liberté des autres. Les libertariens ont comme maxime fondamentale que toute interaction humaine doit être volontaire et consensuelle. Ils affirment que prendre l'initiative de la force physique contre une autre personne ou la propriété de cette personne, menacer de le faire, ou commettre une tromperie contre toute personne, constitue une violation de ce principe. La force utilisée contre les autres est considérée par les libertariens comme étant illégitime, sauf dans le cas de défense ou de réparation vis-à-vis d'une agression initiale (principe de non-agression).

Il existe au sein de la mouvance libertarienne deux grandes tendances, l'une minarchiste (qui s'apparente au libéralisme classique), qui considère que les pouvoirs de l'État devraient être extrêmement restreints, et l'autre anarcho-capitaliste, qui considère que les pouvoirs de l'État devraient être supprimés. Cependant, toutes deux s'accordent sur le principe fondamental de souveraineté individuelle qu'elles partagent également avec le courant de l'anarchisme individualiste.

"Ne me marche pas dessus"
"Ne me marche pas dessus"

Sommaire

[masquer]

Origine du terme [modifier]

Le mot « libertarien » est la translittération en français de l'anglais « libertarian », lui-même traduction anglaise du français « libertaire ».

De Liberal à Libertarian [modifier]

Au début du siècle dernier, le liberal party anglais, au pouvoir, pratiquait de plus en plus l'étatisme, et selon certains libéraux de moins en moins de libéralisme. Ce changement de cap fut entériné dans les années 1920, où l'économiste Keynes, qui symbolise tout un ensemble de rationalisations de l'étatisme, prétendait encore se réclamer du libéralisme politique. Dans les années 1950, suite à la répression du Maccarthysme, les socialistes américains, dans la tradition de la social-démocratie, se sont massivement réclamés comme liberals, reprenant la tradition keynésienne. Le mot liberal, aux États-Unis en étant venu à dire socialiste, certains libéraux américains (au sens original du terme) ont repris à leur compte le mot libertarian, qui aux États-Unis n'avait pas la même connotation que libertaire en France (originellement, ce terme a été forgé par opposition au terme "libéral" par Joseph Déjacque). Le mot libertarian s'est depuis implanté en Grande-Bretagne (où il avait des connotations d'anarchisme socialiste, comme en France le mot "libertaire"), fort de toute la littérature libertarian déjà existante.

De Libertarian à Libertarien [modifier]

Dans les années 1970, Henri Lepage, en traduisant le terme libertarian, et en l'absence de littérature libertarian francophone, n'a pas voulu risquer l'amalgame avec les anarchistes socialistes, et a donc préféré utiliser « libertarien » plutôt que « libertaire ». Les libertarian francophones du Québec ont repris le terme « libertarien », phonétiquement proche de l'américain libertarian.

Certains libéraux/libertariens considèrent l'usage du terme comme un anglicisme et une erreur, puisqu'en France, le terme "libéral" ne prête pas à confusion (même s'il a pris un sens plus large) puisque ceux qui s'en réclament défendent bien le libre-échange et ceux qui s'y opposent le reprochent à ses partisans. Ils relèvent notamment la tradition de libéraux comme Frédéric Bastiat dont les idées leur conviennent parfaitement. Ils préfèrent donc se dire tout simplement libéraux.

Autres traductions [modifier]

Bien qu'elle soit la plus utilisée, la traduction de « libertarian » par « libertarien » n'est reconnue ni par tous les libertaires (certains préférant utiliser le terme « libéral-libertaire »), ni par tous les libéraux (quelques-uns revendiquant le mot « libertaire »).

Le mot « libertarien » donne également lieu au néologisme « libertarianisme », mais ce mot quelque peu compliqué est peu utilisé, les « libertariens » préfèrant eux-même parler de libéralisme pour nommer leur philosophie (ce en quoi certains libéraux non libertariens sont en désaccord). Certains utilisent aussi le terme « libertarisme » (mais ce dernier est également utilisé par les libertaires).

Le libéralisme selon les libertariens [modifier]

Diagramme de Nolan
Diagramme de Nolan

Doctrine [modifier]

Le libéralisme libertarien échappe à un positionnement politique classique (français/européen) de par ses thèses qui le situent à la fois à gauche au plan des libertés individuelles (non répression des drogues par l'État, liberté d'expression, liberté d'immigration, liberté sexuelle...) et à droite au plan des libertés économiques (respect de la propriété privée, libre-échange, suppression ou diminution drastique de la fiscalité, refus des politiques étatistes de redistribution...).

David Nolan a fondé le parti libertarien américain en 1971. Il a créé un diagramme pour montrer que sa doctrine est supérieure aux autres, diagramme largement critiqué par les non-libertariens parce qu'il ne montre que les thèmes que défendent les libertariens (libéralisme économique et libertés individuelles au sens libéral), sans prendre en compte les idées défendues par les autres courants politiques.

Existence politique [modifier]

Le libertarianisme a une existence politique dans des pays comme les États-Unis (Parti libertarien), le Canada (Parti libertarien du Canada), la Nouvelle-Zélande (Libertarianz et ACT New Zealand), la Pologne (UPR), le Costa Rica (Movimiento Libertario) et les Pays-Bas (Parti libertarien des Pays-Bas), ainsi qu'un début d'existence en Australie (Parti libertarien d'Australie).

Critiques [modifier]

Le libertarianisme est l'objet de nombreuses critiques, soit par les conservateurs, soit par les socialistes et/ou anarchistes anticapitalistes. Une des critiques fréquentes accuse le libertarianisme d'être une liberté faussée en particulier par l'argent. Ainsi seuls les riches auraient une réelle liberté puisque dans une société libertarienne tout se paye et rien n'est financé par l'impôt. les pauvres n'auraient pas librement accès à la santé, l'éducation... Ils seraient donc condamnés à rester pauvres puisqu'ils n'auraient pas les capacités d'entreprendre, ou d'etres employés. (analphabétisme, mauvaise santé...)[réf. nécessaire]. Cette critique est généralement rejetée à la lumière des importantes contributions des fonds privés de charité qui financent l'éducation et la santé des démunis partout dans le monde, avec comme exemples courants le Carnegie Fund ou la Bill & Melinda Gates Foundation. Un autre argument des libertariens à cet effet est que la charité privée est réduite d'autant qu'augmente la redistribution publique, et réciproquement.[1]

Libertariens célèbres [modifier]

Références [modifier]

Liens externes [modifier]

Positions libertariennes [modifier]

Critiques [modifier]



31/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek