Ménopause

Ménopause

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ménopause
CIM-10 : E28.3, N95.1

La ménopause, du grec méno, règles et pause, arrêt, appelée aussi âge climatérique, est l'arrêt des règles.Lors de la ménopause la femme ne possède plus suffisamment de follicules car ceux-ci ont été soit utilisés pour le cycle ovarien soit les cellules folliculaires ont dégénéré par le phénomène d'atrésie folliculaire. On la divise en plusieurs étapes :

  • périménopause : période d'irrégularités des cycles menstruels précédant la ménopause et l'année qui suit l'arrêt apparent des règles ;
  • post-ménopause (ménopause confirmée)

Sommaire

[masquer]

Périménopause [modifier]

Les oestrogènes et la progestérone sont des hormones stéroides dérivés du choléstérol qui possèdent des récepteurs cellulaires, situés à la surface des cellules hypophysaires notamment, et qui réagissent par rétrocontrôles pour maintenir le taux d'hormones ovariennes autour d'une valeur stable. C'est une période de dépression des ovaires qui entraîne soit une insuffisance en progestérone seule soit accompagnée d'une insuffisance en œstrogènes. Dans ce dernier cas il existe une aménorrhée (absence de règles)ou diminution des celles-ci avec des bouffées de chaleur ; si par contre il y a encore une sécrétion œstrogénique, les troubles sont :

  • Troubles du cycle menstruel :

Post-ménopause [modifier]

Elle se définit comme l'absence de règles depuis plus d'un an.

L'insuffisance en œstrogènes entraîne d'abord :

  • sécheresse vaginale
  • troubles psychologiques mineurs (dépression, asthénie, insomnie, diminution de la libido, etc.)
  • bouffées de chaleurs et sueurs nocturnes
  • aménorrhée définitive ( arrêt définitif d'écoulement sanguin )

Plus tard, les organes génitaux (vagin, vulve, utérus) s'atrophient, ainsi que les glandes mammaires, avec accentuation du prolapsus.

Tous ces symptômes ne sont que des inconvénients. Les risques sont l'ostéoporose ( diminution de la densité osseuse : risque de fracture plus important et donc répartion plus difficile et plus longue; la perte osseuse s'accentue à la ménopause) et l'augmentation des maladies cardio-vasculaires.

Il faut noter que la prise de poids n'est pas due à la ménopause proprement dite mais à la baisse importante du métabolisme de base qui intervient à peu près à la même période

Traitement [modifier]

Depuis une trentaine d'années, il existe un traitement hormonal substitutif de la ménopause. Ce traitement permet de compenser l'insuffisance des sécrétions ovariennes d'œstrogènes et de progestérone responsables de troubles à court et à long terme. Il est efficace sur les symptômes de la ménopause et sur la prévention de l'ostéoporose. Théoriquement les oestrogènes ont également un rôle protecteur sur le cœur.

Utilisée largement auparavant, il l'est nettement, notament aux États-Unis depuis la publication d'une étude en 2002 mettant en avant l'absence de bénéfice en terme de maladies cardio-vasculaires et une augmentation du risque de certains cancers, de survenue d' embolie pulmonaire et d'accidents vasculaires cérébraux, dépassant le bénéfice d'un taux moindre de fracture du col du fémur[1]. Cette étude a fait l'objet d'un large débat et il n'est pas clair si elle est applicable à toute forme de traitement substitutif ou seulement à celle qui a cours le plus souvent aux États-Unis. La population étudiée est, par ailleurs, particulièrement âgée (jusqu'à 80 ans).

Chez les femmes plus jeunes (la cinquantaine), le risque de maladie cardio-vasculaire semble, au contraire, équivalent ou plus faible[2]. De même, les artères coronaires (irriguant le cœur) seraient moins calcifiées chez ces dernières[3], ce qui est indice favorable.

L'ensemble de ces éléments plaide pour une durée limitée du traitement hormonal mais la durée optimale reste encore à déterminer.

Voir aussi [modifier]

Articles connexes [modifier]

Notes et références [modifier]

  1. Women's Health Initiative Investigators ,Risks and benefits of estrogen plus progestin in healthy postmenopausal women, JAMA, 2002;288:321-333
  2. Roussouw JE, Prentice RL, Manson JE, et als. Postmenopausal hormone therapy and risk of cardiovascular disease by age and years since menopause, JAMA, 2007;297:1465-77
  3. Manson JE, Allison MA, Rossouw, et als. Oestrogen therapy and coronary-artery calcification, N Engl J Med 2007;356:2591-602

Liens externes [modifier]



31/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek