Metropolis (film, 1927)

Metropolis (film, 1927)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes?, voir Metropolis.
Titre original :
Metropolis
Première sortie
mondiale :
10 janvier 1927
Pays d'origine : Allemagne Allemagne
Réalisation : Fritz Lang
Langue originale : Allemand
Durée : 210 minutes

Metropolis est un film de science-fiction produit pendant la courte période de la République de Weimar. Réalisé en 1927 par le réalisateur autrichien Fritz Lang, le film est muet et en noir et blanc.

Sommaire

[masquer]

Synopsis [modifier]

L'androïde, « Maria »
L'androïde, « Maria »

Metropolis est une mégalopole divisée en deux : la ville haute, où vivent les familles dirigeantes, dans l'oisiveté, le luxe et le divertissement, et la ville basse, où les travailleurs font fonctionner la ville.

Maria (Brigitte Helm), une femme de la ville basse, essaie de promouvoir l'entente entre les classes, et emmène clandestinement des enfants d'ouvriers visiter la ville haute ; le groupe se fait repousser par les forces de l'ordre, mais Freder Fredersen (Gustav Fröhlich), le fils du dirigeant de Metropolis, tombe amoureux d'elle. En descendant dans la ville basse pour la retrouver, il voit un ouvrier épuisé défaillir à son poste de travail, le rythme imposé par les machines étant trop important, une explosion se produit ; le monstre machine dévore les ouvriers.

Freder va voir son père, Johhan « Joh » Fredersen (Alfred Abel), pour l'alerter sur les conditions extrêmement pénibles dans lesquelles travaillent les ouvriers et lui demande d'améliorer cela. Johhan, voyant qu'il ne peut convaincre son fils des bienfaits de cette société ségrégatrice, le fait suivre par un espion.

Freder retourne dans la ville basse où, voyant un ouvrier au bord de l'épuisement, il décide de le remplacer. Après une journée pénible de travail, il se rend à une réunion secrète dans un souterrain en suivant un plan qu'il a trouvé dans la poche du vêtement qu'il a échangé avec l'ouvrier qu'il a remplacé. Là, il découvre Maria en train de s'adresser aux ouvriers et d'annoncer l'arrivée d'un messie qui apportera l'égalité entre les habitants de la ville haute et basse.

Entre temps, Joh reçoit des plans trouvés dans les poches de certains ouvriers. Il se rend chez Rotwang, l'inventeur du monstre machine qui fait fonctionner toute la ville : celui-ci lui indique qu'il s'agit du plan qui mène aux catacombes où se tient la réunion secrète. Joh surprend la réunion sans pour autant reconnaître son fils parmi la foule. Sentant la menace venir, Joh ordonne à Rotwang de donner le visage de Maria à un robot pour qu'il détruise l'œuvre de la vraie Maria. Mais ce que Joh ne sait pas, c'est que Rotwang a d'autres plans…

Fiche technique [modifier]

Effets spéciaux [modifier]

  • Prise de vue spéciales : Konstantin Tschetwerikoff
  • Peintures : Erich Kettelhut
  • Sculpture : Walter Schultze-Mittendorf
  • Effets combinés : Eugen Schüfftan
  • Trucages photos : Günther Rittau
  • Assistant trucages photos : H.O. Schulze
  • Décors : Otto Hunte, Erich Kettelhut, Karl Vollbrecht

Distribution [modifier]

Autour du film [modifier]

La tour de Babel de MetropolisSource : UNESCO
La tour de Babel de Metropolis
Source : UNESCO

Le film connut de nombreux problèmes. Thea von Harbou, la femme de Fritz Lang et co-scénariste, était déjà proche des nazis et influença le scénario, notamment en l'orientant plus vers une « collaboration de classes » que vers une « lutte des classes ». Puis, le film subit diverses censures selon les pays. De 210 minutes initialement (3h40), il ne restait plus que 80 minutes (1h20) lorsque le compositeur Giorgio Moroder décida de le ressortir colorisé avec une nouvelle bande son (et notamment des morceaux de Queen) en 1984 ; certains crièrent au scandale devant ce « massacre » de l'« œuvre » et même si cette version a malgré tout le mérite de rendre le film moins austère, et donc plus accessible à un public large. Cela dit,il est vrai que l'œuvre perd une grande partie de sa force.

Un grand travail de recherche fut fait, en rassemblant les diverses versions (dont certaines retrouvées dans des collections particulières), et une version noir et blanc rénovée de 153 minutes (2h33), avec une bande son neuve mais plus classique, sortie en 1995 pour les cent ans du cinéma. Cette version contient quelque photographies de tournage recadrées pour combler quelques scènes manquantes.

Suite à une nouvelle restauration du film en 2001, initié par la Fondation Friedrich Wilhelm Murnau, Metropolis fut le premier film inscrit sur le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO.

Metropolis : une superproduction [modifier]

  • Environ 7 million de Marks soit 15 millions de francs (valeur en francs 1926) furent nécessaire pour réaliser Metropolis.
  • Environ 620 kilomètres de pellicule furent utilisés.
  • Une cinquantaine d'automobiles
  • 25 000 hommes
  • 11 000 femmes
  • 250 enfants

Le nombre de figurants est énorme. La plupart d'entre eux étaient des chômeurs.

Influences... [modifier]

Metropolis est un des premiers films de science-fiction, dont l'histoire et les images ont influencé toute la production ultérieure.

  • Le commissariat de Blade Runner est la copie conforme (angle de vue compris) d'une des tours de Metropolis
  • Le dessin animé Le Roi et l'Oiseau fourmille de référence à Metropolis, notamment l'oppression du peuple de la ville basse et la présence d'un robot.
  • On reconnaîtra les ouvriers descendant vers les machines dans les écoliers à la chaîne de Pink Floyd The Wall
  • Fritz Lang représente des voitures volantes (bien avant Retour vers le futur ou Le Cinquième Élément), ainsi qu'un androïde (robot humanoïde) dont le design de Z6PO constitue un troublant rappel.
  • De même la séquence où Rotwang, l'inventeur, donne au robot l'apparence de Marie a été recyclée par le Rocky Horror Picture Show.
  • La scène de fin au sommet de la cathédrale a été reprise par Tim Burton pour son premier Batman avec le combat entre le Héros et le Joker.


  • Pour la petite histoire, Fritz Lang s'est lui-même inspiré du film soviétique de science-fiction Aelita de Yakov Protazanov, sorti en 1924, qui n'est autre que l'adaptation d'un roman d'Alexei Tolstoï.

... et différences [modifier]

  • Ne pas confondre avec Metropolis, film d'animation japonais de Rintaro, adapté d'un manga d'Ozamu Tezuka, qui se veut un hommage à l'œuvre de Fritz Lang. Pour réaliser son manga, Tezuka s'inspirera directement des photogrammes du film.

Bandes originales [modifier]

Nonobstant la musique originale de Gottfried Huppertz, de nombreux artistes ont voulu donner leur propre vision musicale de Metropolis. Ces bandes originales alternatives peuvent être jouées live ou enregistrées et diffusées avec une édition spéciale du film :

Bibliographie [modifier]

  • DVD Metropolis (MK2 éditions)

Médias [modifier]

Extraits vidéos: (en)

Liens externes [modifier]



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek