Modèle cognitif de l'intuition

 

Modèle cognitif de l'intuition

L'intuition, aussi appelée connaissance tacite (1), est définie en psychologie cognitive comme étant une forme de connaissance basée sur l'expérience.

Une thèse de doctorat (2) revisant les études sur ce thème, recense des recherches des années 1980 et 1990 qui désignaient par le terme d' "habileté intuitive", la capacité de professionnels d'expérience (infirmières, médecins, gens d'affaires) de porter plus rapidement de meilleurs jugements sur des situations rencontrées.

Comment l'intuition est-elle comprise par les chercheurs en neuropsychologie? Les recherches des dernières années ont appuyé un modèle selon lequel le cerveau a deux systèmes pour recevoir et analyser les informations sensorielles, un système conscient et un système inconscient.
 
Dans le système inconscient, celui des connaissances tacites, les impressions sensorielles sont comparées aux images précédemment encodées en mémoire. Avec l'aide de ces impressions sensorielles stockées, la personne évalue inconsciemment les situations rencontrées et peut en prédire l'issue, bonne ou mauvaise. Cette capacité est particulièrement utile dans des situations complexes, riches en informations pertinentes et non pertinentes.

Plus il y a de variations d'une situation qui ont été vécues, plus les images stockées sont riches et plus elles permettent de reconnaître les nouvelles situations rencontrées.

"Cela peut être une question d'odeurs, de gestes. Nous avons une mémoire qui a besoin d'être remplies d'impressions sensorielles, dit Lars-Erik Björklund.

Ces impressions ne seraient toutefois encodées que si elles affectent la personne. Autrement dit, l'expérience ne se construirait qu'avec un engagement.

Cette analyse fait dire au chercheur, qu'il est impossible d'acquérir toute les connaissances requises pour l'exercice d'une profession en étudiant ou lisant seulement. L'expérience pratique est nécessaire et sa valeur devrait être ré-évaluée dit-il.

Une autre analyse de recherches sur l'intuition a été publiée il y a quelque mois. Les auteurs concluaient que l'intuition est le résultat d'un traitement d'informations provenant d'expériences passées et d'indices externes qui se produit si vite qu'il demeure en dehors de la conscience. Les gens utilisent habituellement l'intuition, expliquaient-ils, dans des situations où ils disposent d'un temps limité ou ont une surcharge d'informations de telle sorte que l'analyse consciente de la situation peut être difficile ou impossible. Les humains, précisaient-ils, ont besoin des deux formes de processus de pensée
 
------------------------------
 

Nature et rôle de l'intuition

En analysant les études publiées sur l'intuition, Gerard Hodgkinson de l'Université Leeds et son équipe concluent que l'intuition est le résultat d'un traitement d'informations provenant d'expériences passées et d'indices externes qui se produit si vite qu'il demeure en dehors de la conscience. Tout ce dont la personne a conscience c'est d'un sentiment que quelque chose est vrai ou faux.

Plusieurs incidences de pensée intuitive prévenant des catastrophes ou amenant de résultats remarquables ont été rapportées. Mais la science a historiquement ridiculisé le concept d'intuition en l'associant à la parapsychologie et autres pratiques pseudoscientifiques, commentent les chercheurs.
 
Les gens utilisent habituellement l'intuition dans des situations où ils disposent d'un temps limité ou ont une surcharge d'informations de telle sorte que l'analyse consciente de la situation peut être difficile ou impossible, explique Hodgkinson.

Il cite le cas d'un coureur automobile qui a freiné brutalement, sans savoir pourquoi, en arrivant à un virage, ce qui lui a permis d'éviter un carambolage.

"Le conducteur était incapable d'expliquer pourquoi il avait freiné, explique le professeur. On lui a plus tard montré un vidéo de l'événement, ce qui lui a permis de réaliser que la foule regardait au-delà du virage d'une façon statique et figée. Cela avait été l'indice l'incitant à arrêter même s'il était incapable de le dire sur le coup.

Hodgkinson croit que toutes les expériences intuitives sont basées sur une évaluation instantanée d'indices internes et externes. Ce qui ne veut pas dire que toutes les décisions intuitives sont bonnes.

"Les humains ont besoin des deux formes de processus de pensée, dit-il. Ce n'est pas qu'il y en a un meilleur que l'autre."

Il étudie particulièrement les processus de pensée dans le domaine des affaires où plusieurs décideurs affirment utiliser l'intuition plutôt que l'analyse délibérée quand une décision rapide est requise. "Nous aimerions identifier quand les gens d'affaires choisissent de passer d'un mode de pensée à l'autre et pourquoi et analyser quand cette décision est la bonne. En comprenant ce phénomène, il serait possible d'aider les organisations à exploiter et aiguiser les habiletés intuitives des preneurs de décisions et gestionnaires."

Cette étude est publiée dans le British Journal of Psychology.

Voyez également:

Modèle cognitif de l'intuition
Activité cérébrale différente chez les gens créatifs même au repos
Les perceptions extrasensorielles existent-elles?
Les émotions aident à prendre de bonnes décisions, même à la bourse
Vendre grâce à des messages subliminaux, est-ce possible?

Psychomédia avec source:
University of Leed, Communiqué


22/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek