TOC, impulsivité, suicide et automutilations

 

 

TOC, impulsivité, suicide et automutilations

22/02/2011
Auteur : M Trybou

Anxiété / TOC > Diagnostic

Les TOC sont une maladie qui va généralement seule. Quand un patient cumule dʼautres troubles, il convient de penser à une bipolarité sous-jacente.
Quand un patient souffrant de TOC cumule de la dépression, de l’impulsivité, des automutilations, des envies suicidaires, et surtout résiste aux antidépresseurs, il faut commencer à se poser la question du trouble bipolaire (cyclothymie) et rechercher systématiquement les éléments d’hypomanie. Quand on sait l’impact dangereux des antidépresseurs sur ce type de patients, il est crucial d’explorer sérieusement toutes les formes que peut revêtir les dérèglements de lʼhumeur et des niveaux dʼénergie et de la pensée.

 

Mademoiselle xxxx, 12 ans, consulte à ce jour pour des TOC, associés des automutilations et des envies suicidaires.

Elle décrit un état Dépressif de tout temps "j’ai l’impression d’être déprimée depuis l’âge de 6 ans quand j’ai fait ma première tentative de suicide par pendaison. Je me sens très oscillante, soit calme, soit très agitée. Je peux être très triste suite à une mauvaise nouvelle, ou très impulsive après un non". Des automutilations sont trouvées depuis l’âge de 6 ans suite à des conflits ou des contrariétés. Mademoiselle xxxx peut aussi se donner des coups ou se mordre.

Elle ne ressent ni tristesse ni anhédonie mais un ralentissement, de la fatigue, des difficultés de concentration, de l’autodévalorisation, des idées noires, de l’agitation, des épisodes mixtes, de l’irritabilité, des crises d’angoisse, une forte agressivité (violence verbale et physique) puis de l’isolement, des grattages importants. Mademoiselle xxxx a été hospitalisée 3 fois, une semaine à chaque fois, pour dépression (1, 2), et fugue (3ème hospitalisation).

Selon sa mère, Mademoiselle xxxx est une jeune attachante, avec une forte cyclicité d’humeur, une forte agressivité puis de la culpabilité : "Elle est hyper impulsive, agressive, insultante, puis elle culpabilise énormément".

 

Des phases d’hypomanie sont trouvées depuis l’âge de 6 ans, sans déclencheur, avec diminution du besoin de sommeil, augmentation du débit de parole, distractibilité, hyperactivité physique, augmentation des projets, irritabilité, épisodes mixtes, comportements à risque, violence verbale et physique. Ces phases d’hypomanie surviendraient deux fois par semaine, pendant quelques heures, ou tous les jours, le plus souvent sur un mode mixte plutôt que pures. Elles peuvent parfois durer plusieurs jours. Mademoiselle xxxx entend des insultes dans sa tête, qu’elle ne contrôle pas.

Un Trouble Cyclothymique est décrit avec hypersensibilité et hyperréactivité émotionnelles, hypersensibilité à la critique et au rejet, oscillations permanentes et brusques de l’humeur, sans déclencheur, même en EDM, avec impact sur les sphères motivationnelle, relationnelle et scolaire. Mademoiselle xxxx se dit impulsive et colérique, avec des oscillations d’humeur dans la journée et la semaine, principalement vers le mixte. Elle décrit une intolérance au vide et à l’inactivité. La baisse du Risperdal provoquerait une augmentation de l’impulsivité.

Des TOC sont trouvés depuis l’âge de 8 ans, avec le besoin de se laver les mains à cause des microbes. Mademoiselle xxxx lave parfois les objets ou les fait laver à sa mère, force ses amis à se laver les mains. Elle prend des douches longues, ne s’assoit pas dans le bus, doit se laver les mains avant d’aller au lit. Des TOC de symétrie sont aussi décrits. Traitements médicamenteux et psychothérapie auraient été sans effet (Zoloft, Prozac, Risperdal et Lepticure). Mademoiselle xxxx a vu 6 médecins pour ses TOC, sans aucune évolution. Les TOC se développeraient de manière lente et continue avec aggravation progressive.

La peur de ne pouvoir s’enfuir de lieux clos (ascenseur) se serait développée depuis l’âge de 10 ans, avec crises d’angoisse. Mademoiselle xxxx ressent un fond d’insécurité permanent, avec la peur d’être agressée, une peur pour sa famille et ses amis car elle s’attache très vite.



02/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek