Trouble de la personnalité limite (borderline): mécanismes cérébraux impliqués

 

 

Trouble de la personnalité limite (borderline): mécanismes cérébraux impliqués

 

 

                               
       
Des chercheurs ont observé des différences chez les gens souffrant du trouble de la personnalité borderline (ou limite) dans l'activité de zones clés du cerveau pour le contrôle des comportements dans des circonstances émotives.

Ce trouble est caractérisé par une impulsivité,  une instabilité émotive, des difficultés interpersonnelles et une prépondérance  des émotions négatives telle que la colère.    


  
    
                    Dr. David A. Silbersweig du Weill Cornell Medical Center (New York) et ses  collaborateurs ont examiné l'activité du cerveau impliquée dans l'interaction  entre les états émotifs négatifs et la désinhibition des comportements chez 16 personnes souffrant du trouble de personnalité  borderline et 14 autres personnes.

"Des travaux précédents ont déjà suggéré qu'une région à la base du cerveau,  dans le cortex préfrontal ventromédian, joue un rôle clé dans la capacité de  contrôler les comportements en présence d'émotions négatives",  explique le Dr. Silbersweig. 

Dans une tâche d'auto-contrôle sur ordinateur, les participants ayant le  trouble de personnalité borderline performaient moins bien lorsque des mots  avec une charge émotive négative (selon la psychologie borderline) étaient  impliqués.

Et la région du cortex préfrontal ventromédian était effectivement moins active  chez ces participants que chez ceux du groupe de comparaison.

En même temps, d'autres régions reliées aux émotions, telles que l'amygdale et  certaines autres régions du système limbique, étaient plus activées. 

Les chercheurs croient qu'une sous-performance de cette région du cerveau  pourrait expliquer la désinhibition souvent observée dans les comportements des  gens souffrant de ce trouble.

Ils planifient de tester des hypothèses sur les changements dans ces  régions du cerveau associés à différents types de traitements.

La recherche est publiée dans l'American Journal of Psychiatry.


04/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek