Trouble obsessionnel-compulsif: la stimulation cérébrale testée en France

 

 

Trouble obsessionnel-compulsif: la stimulation cérébrale testée en France

 

 

                               
       
Des chercheurs de l'Inserm ont testé la stimulation cérébrale profonde pour le  traitement du trouble obsessionnel compulsif (TOC) chez des personnes atteintes sévèrement de la maladie et non soulagées par les autres formes de traitement (antidépresseurs et  psychothérapie comportementale). Les résultats de cet essai sont publiés dans le New England Journal of Medicine.

Le trouble obsessionnel compulsif, qui fait partie des troubles anxieuxet est  caractérisé par des rituels de rangement, de lavage ou de vérification, toucherait 2 %  de la population.    


  
    


La stimulation cérébrale profonde est un traitement neurochirurgical qui  consiste à stimuler certaines régions du cerveau au moyen de deux électrodes très fines implantées dans le cerveau. Ces électrodes traversent une partie de l'encéphale pour atteindre des zones cérébrales ciblées plus profondes, les noyaux  sous-thalamiques. Elles sont reliées à un stimulateur implanté sous la peau qui émet de faibles impulsions électriques. 

L’équipe de Luc Mallet (Inserm, Pitié-Salpêtrière) a suivi un groupe de 16 patients  traités dans 10 CHU de France par électro stimulation cérébrale. 

L'essai clinique était mené en double aveugle, c'est-à-dire que les participants recevaient pendant 3 mois une stimulation active et pendant 3 mois ils n'en recevaient pas. Ni les patients, ni les soignants ne savaient quand chacun recevait le traitement effectif.

Le traitement a eu une efficace relative pour 7 participants sur 10, leurs symptômes ayant été réduits de 25%; 6 sur 10 ont retrouvé la capacité de mener une vie familiale ou professionnelle. Dans la période placebo, un participant sur 10 a vu une amélioration.

Le traitement nécessite de plus amples essais afin d'affiner les réglages et diminuer les risques. Parmi les effets secondaires sérieux figurent deux infections liées à l’implantation des électrodes et une hémorragie cérébrale. 

L'équipe a également testé ce traitement sur trois personnes atteintes du syndrome Gilles de la Tourette, en stimulant une autre partie du cerveau, le "globus  pallidus interne". Ces personnes ont connu une amélioration de 70 % des symptômes et un  retour à une vie normale. Le suivi prolongé des patients (6 ans de recul pour le premier patient opéré) montre le maintien de l'effet au cours du temps. 

L'électrostimulation est utilisée depuis plusieurs années pour des personnes atteintes de la maladie de Parkinson. 

PsychoMédia avec sources:
Inserm
Le Nouvel Observateur


05/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek