1 personne sur 20 a déjà vécu un ou des symptômes psychotiques

 

 

1 personne sur 20 a déjà vécu un ou des symptômes psychotiques

                               
       

Dans une étude menée avec 8580 personnes de 16 à 74 ans, 5.5% d'entre elles avaient déjà vécu des symptômes psychotiques tels que des pensées paranoïdes, des hallucinations, l'impression que les pensées subissent une interférence extérieure ou l’impression de vivre une expérience étrange.

Les facteurs qui ont été identifiés comme étant liés à ces symptômes étaient la dépendance à l'alcool ou aux drogues, des événements stressants récents et des habiletés intellectuelles moins développées. Pour ce qui est de la dépendance aux drogues, les symptômes psychotiques étaient le plus souvent liés au cannabis.



  
    

Cette étude, publiée dans le British Journal of Psychiatry, montre selon l'auteure que les symptômes psychotiques existent dans la population comme un continuum plutôt que comme un critère de diagnostic catégorique. Les personnes rapportant de tels symptômes ont été examinées et seulement une sur 250 a reçu un diagnostic de maladie mentale comme la schizophrénie ou la maniaco-dépression. Ce qui signifie que la plupart des gens qui rapportent un ou des symptômes psychotiques ne sont pas cliniquement malades mentalement.

 

Quels sont les troubles psychotiques? (Selon le DSM-IV)

                               
       
Les troubles psychotiques sont caractérisés par l'existence de symptômes psychotiques (1) à la base de leur définition (à la différence d'autres troubles, tels que la dépression, où ces symptômes peuvent être présents mais ne sont pas essentiels au diagnostic). Ils incluent, selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, le DSM-IV (2), les troubles suivants:

La schizophrénie

    La schizophrénie dure au moins 6 mois et inclut au moins 1 mois de    symptômes de la phase active, c'est-à-dire deux (ou plus)    des manifestations suivantes: idées délirantes,    hallucinations, discours désorganisé, comportement grossièrement    désorganisé ou catatonique et symptômes négatifs (ex.    émoussement affectif, appauvrissement du discours, perte de    volonté).

    Voyez:


  
    

Le trouble schizophréniforme

    Les critères du trouble schizophréniforme sont les mêmes que la schizophrénie à    l'exception de deux différences:
- la durée (1 à 6 mois) est intermédiaire entre celle du    trouble psychotique bref ( 1 mois, voir plus bas) et la    schizophrénie (au moins 6 mois).
- l'absence d'exigence d'une dégradation du fonctionnement pour poser le diagnostic    (bien qu'il puisse se produire).

Le trouble    schizo-affectif

Dans le trouble schizo-affectif, un épisode de trouble de l'humeur  (dépressif ou    maniaque) et les symptômes de la phase active de la    schizophrénie (voir plus haut) surviennent simultanément et    sont précédés ou suivis pendant au moins 2 semaines par    des idées délirantes ou des hallucinations sans symptômes    thymiques (i.e. d'un trouble de l'humeur) prononcés.    Autrement dit, les symptômes psychotiques durent plus    longtemps que les symptômes du trouble de l'humeur. C'est ce    qui permet la distinction avec un trouble de l'humeur    (épisode dépressif ou maniaque) accompagné de symptômes    psychotiques. Dans la schizophrénie, des symptômes d'un    trouble de l'humeur peuvent aussi être présents mais ils    demeurent moins importants.

Le trouble    délirant

    Le trouble délirant est caractérisé par la présence pendant au moins 1 mois    d'idées délirantes non bizarres (i.e. plus cohérentes et    plausibles que dans la schizophrénie) sans autres symptômes    de la phase active de la schizophrénie. 

Voyez:

Le trouble    psychotique bref

        Le trouble psychotique bref est caractérisé par la présence (non expliquée par un trouble de l'humeur ou un    trouble schizophréniforme ou une schizophrénie    pré-existents), pendant plus d'un jour mais moins d'un mois,    d'un (ou plus) des symptômes suivants: idées délirantes,    hallucinations, discours désorganisé, comportement    grossièrement désorganisé ou catatonique. 

Le trouble    psychotique partagé

    Le trouble psychotique partagé se développe chez un sujet sous l'influence d'une personne    qui présente des idées délirantes de contenu similaire. 

Le trouble    psychotique dû à une affection médicale générale

    Des hallucinations ou des idées délirantes sont    considérées comme dues aux effets physiologiques directs    d'une affection médicale générale (ex. lésion    cérébrale, épilepsie, migraine, hyper- et hypothyroïdie,    insuffisance surrénale, hypoglycémie, maladies hépatiques    ou rénales, etc.). Si le sujet garde une bonne appréhension    de la réalité et reconnaît que ses hallucinations sont le    résultat de son affection médicale, on ne porte pas ce    diagnostic. 

Le trouble    psychotique induit par une substance (psychose toxique)

    Des hallucinations (dont le sujet n'est pas conscient    qu'elles sont induites par une substance) ou des idées    délirantes sont considérées comme dues aux effets    physiologiques directs d'une substance donnant lieu à un    abus, d'un médicament, ou de l'exposition à un toxique. 

Symptômes psychotiques dans d'autres troubles mentaux

Des symptômes psychotiques    peuvent aussi être présents dans d'autres troubles (par    exemple dans la dépression) mais ils ne sont pas à la base    de la définition de ces troubles.  
 
 

Définition: Psychotique (symptôme, épisode)

                               
         
              Terme: 
                    Psychotique (symptôme, épisode)       
              Synonymes: 
                    Symptôme psychotique       
              Synonymes: 
                    Épisode psychotique       

Le terme psychotique a reçu plusieurs définitions. La définition la plus étroite se limite à l'existence d'idées délirantes ou d'hallucinations prononcées, ces dernières survenant en l'absence de reconnaissance de leur caractère pathologique.

Une définition légèrement moins restrictive inclurait également des hallucinations prononcées, la personne se rendant compte qu'il s'agit d'expérience hallucinatoires.

Une définition encore plus large inclut également d'autres symptômes positifs de la schizophrénie (p.ex. discours désorganisé, comportement grossièrement désorganisé ou catatonique).

Des définitions plus anciennes étaient, selon le DSM-IV (1), beaucoup trop inclusives, si bien qu'un trouble mental était qualifié de psychotique s'il interférait de façon marquée avec la capacité à répondre aux exigences ordinaires de la vie.

 
 
 
 


03/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek