Ado et porno : des liaisons vraiment dangereuses ?

Ado et porno : des liaisons vraiment dangereuses ?
Regarder un film pornographique est devenu, pour beaucoup de jeunes, le premier rite de passage vers la sexualité. Quel impact peut avoir sur l’ado cette représentation des rapports sexuels ?
 
Capucine Junguenet
 
Page
1 2 3 4   Cet article me parle Augmentez la taille du texte Diminuez la taille du texte Réagissez à cet article Citez sur votre blog Imprimez cet article Emailez cet article
« J’avais 15 ans lorsque j’ai vu mon premier film porno, chez une copine qui avait piqué une cassette vidéo à son père, raconte Eléonore, 22 ans. J’avais déjà regardé des films dits érotiques, mais je n’oublierai jamais la fascination qu’a exercée sur moi cette vision, en gros plan, de la sexualité. On avait beau échanger des rires gênés, on était scotchées à l’écran : on comprenait enfin comment “ça” marchait ! ».

Jusqu’en 2002, l’âge moyen de visionnage du premier film X se situait autour de 13 ans, indique la philosophe et sociologue Michela Marzano. Cet âge n’a pu aujourd’hui que baisser, notamment parce qu’Internet a mis le porno à la portée de tous… « Je ne connais personne autour de moi qui n’ait jamais regardé un film porno à l’adolescence », confirme Pierre, 26 ans. Et cela, bien avant d’avoir eu une expérience sexuelle.
  Réagir à cet article
Passer à l’âge adulte
Pour le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron, ce visionnage de films porno est une nouvelle forme de rite du passage à l’âge adulte. Les jeunes gens, surprotégés par leurs parents, sont adolescents de plus en plus longtemps. Pour tracer leur frontière entre hier et demain, ils ont adopté des comportements tournant essentiellement autour de la violence et de la sexualité. Or, la pornographie est au croisement des deux. Le visionnage de ces images permet aux ados de se dire qu’ils sont devenus « grands », tout simplement parce que, initialement interdites aux mineurs, elles mettent en scène des comportements sexuels supposés être adultes.

Mais ce rituel de l’image pornographique par lequel passe une grande majorité des jeunes d’aujourd’hui comporte en réalité deux niveaux. Le premier, lorsque le jeune a regardé un film X, le second lorsqu’il est en position de reproduire ce qu’il a vu. Le véritable risque de la pornographie étant alors de croire que la sexualité se passe comme dans ces films.
Ado et porno : des liaisons vraiment dangereuses ?
 
Page
1 2 3 4   Cet article me parle Augmentez la taille du texte Diminuez la taille du texte Réagissez à cet article Citez sur votre blog Imprimez cet article Emailez cet article
Le risque d’y croire
Lorsque Jean-Claude, 27 ans, a eu ses premiers rapports sexuels, il s’est heurté à cette différence entre ce qu’il avait vu et ce qu’il vivait : « J’étais désemparé. Ce que je faisais à mes partenaires n’entraînait pas les mêmes effets que dans les films que j’avais vus : elles étaient loin de jouir de façon aussi automatique ! Evidemment, j’ai commencé par croire que c’était de ma faute. » Il
a alors vécu une période pendant laquelle il s’est « complètement remis en question ». Il admet avoir longtemps manqué de confiance sexuelle. C’est le dialogue entretenu avec ses partenaires qui a réussi à lui redonner une sécurité.

« Les recettes que donnent ces films sur la manière d’obtenir du plaisir ont pour conséquence de nier la spécificité des individus, en ne prenant pas en considération leurs sentiments et leurs particularités », décrypte Michela Marzano. Sexologue et médecin de l’Education nationale, Claude Rozier renchérit : « Le gros problème avec le porno, c’est qu’il y a une mécanisation des relations sexuelles et que cela donne une vision technique et génitale de la sexualité. De plus, les rapports entre hommes et femmes y sont faussés : les hommes sont des dominateurs toujours capables de donner du plaisir et les femmes des créatures toujours prêtes à dire oui ! »
  Réagir à cet article
Un tombeau de l’imaginaire
« Quand on est ado, les films porno apprennent des choses sur le corps humain et sur certaines pratiques, mais c’est surtout très excitant », reconnaît Jean-Claude, qui explique en avoir regardé « régulièrement » à partir de l’âge de 12 ans. En effet, si les ados regardent des films X, c’est moins pour s’initier à la sexualité que pour enrichir un imaginaire masturbatoire. « Le but premier de la pornographie est de donner aux gens un plaisir immédiat autour de la représentation sexuelle, analyse le psychanalyste Gérard Bonnet. C’est une sorte de raccourci qui permet d’extraire des images ce qu’il y a de plus sexuel sans en passer par la relation. » Les sentiments, tout comme les rapports de séduction préludant à la rencontre, sont absents des scénarios des films pornographiques. Le passage à l’acte se fait directement, sans discussion, sans préliminaires et, surtout, sans amour.

« Pour certains, explique Serge Tisseron, le porno est un tombeau de l’imaginaire et de l’imagination de ses spectateurs. Alors que les métaphores de la sexualité sont riches et que l’imagination prend, habituellement, une grande place dans les rapports sexuels entre individus, la pornographie réduit la sexualité à des images stéréotypées qui prétendent rendre compte de l’intégralité de ce qui se passe dans la rencontre amoureuse ». Claude Rozier, elle, n’est pas entièrement d’accord : « Si les garçons et les filles baignent dans ces stéréotypes vers l’âge de 14 ans, ils en sortent en général vers 15-16 ans. Entre-temps, ils se sont renseignés et ont appris en lisant, en discutant avec leur entourage. Le problème de croire ou non à ce qu’ils voient dans les films X relève ainsi, en grande partie, de la possibilité qu’ils ont de parler. C’est lorsque les jeunes ne peuvent pas confronter leurs points de vue avec des amis ou avec des adultes qu’ils risquent de rester sur leurs convictions. »

Une étape pas toujours dangereuse
Margot, 17 ans, n’a encore jamais eu de relations sexuelles mais, comme la majorité des ados de son âge, a déjà vu un film X. Pour elle, les choses sont claires : « Ces films sont tournés avec des acteurs et tout est basé sur le sexe, alors qu’un rapport sexuel engage les sentiments amoureux. » Margot a pleinement conscience que tout cela reste du cinéma. Pour Serge Tisseron, ce témoignage illustre parfaitement la certitude qu’il entretient : « Le grand risque de la pornographie est derrière nous. » Parce que les enfants sont devenus des producteurs ayant eux-mêmes expérimenté la fabrication d’images via leur téléphone portable, leur appareil photo numérique ou leur caméra, ils se rendent bien compte que les films porno sont truqués. Le psychanalyste affirme ainsi qu’« ils sont moins portés à y croire et prennent plus de distance vis-à-vis de ces films ». Ce que confirme Richard. A 18 ans, encore vierge, il pense que « même si l’on peut faire l’amour sur une pulsion, sans préliminaires, la sexualité est initialement basée sur l’amour,
et le but n’est pas de battre des records de performance comme dans ces films ».
Marie-Noëlle, éducatrice de jeunes en banlieue sensible, établit cependant une distinction : « Dans les cités où je travaille, les ados prennent les films porno au premier degré. Mais c’est parce qu’il n’y a aucun adulte qui soit en position de confiance pour les aider à faire la part des choses. Ces jeunes, totalement ignorants des choses du sexe puisque personne ne leur en parle, pensent que les films X sont une référence. Et là, on peut s’inquiéter. » En matière d’éducation sexuelle, comme d’éducation tout court, le dialogue entre l’adolescent et les adultes est le seul rempart contre toutes les dérives, toutes les interprétations.
Images fixes et animées : quelle différence ?
L’image fixe « fait sens et fait lien », explique le journaliste Jacques Henno(1), spécialiste des nouvelles technologies : en plus de la signification qu’elle porte en elle-même, l’image fixe permet à celui qui la regarde d’y projeter ses « expériences sensorielles, affectives et motrices ». En s’appropriant l’image fixe, l’individu peut ainsi laisser travailler son imagination. L’image animée, « moins riche en terme d’appropriations », ne permet pas ce processus. Elle prend par la main l’individu et le fait entrer dans une histoire déjà rythmée. Il est alors moins facile de construire ses propres scénarios à partir de ce que l’on voit. Dans le cas de la pornographie, Jacques Henno assure que « ces images détruisent l’imagination ».

1. Auteur de Pornographie, la vraie violence : les enfants face aux écrans (Editions Télémaque, 2004).
  Réagir à cet article
Pourquoi en parler autant ?
Les médias la mettent en lumière, les chercheurs se penchent sur le phénomène, les instances régulatrices en débattent. Mais pourquoi la pornographie est-elle autant sous les projecteurs ? Pour Michela Marzano, philosophe et chercheuse au Centre national de recherches scientifiques (CNRS), différents facteurs peuvent être avancés.

L’accès facile et gratuit à Internet
Alors qu’il était difficile de se procurer une cassette pornographique, il est devenu courant et aisé de télécharger des films X sur Internet. Ainsi, les jeunes peuvent en visionner de plus en plus tôt.
Une escalade des pratiques
Si la pornographie, lors deson apparition dans les années 1970, pouvait être qualifiée de « soft », elle est, depuis 1995, bien plus violente avec, entre autres, des scènes de zoophilie et de sadomasochisme.
Un envahissement des stéréotypes de la pornographie dans la société
On ne trouve pas du porno uniquement dans les films X ou les endroits réservés aux adultes. Désormais, il y en a partout, que ce soit à la télévision, dans la publicité ou encore dans les magazines, y compris ceux réservés aux adolescents.
A lire
Alice au pays du porno de Michela Marzano et Claude Rozier. Une enquête rigoureuse, qui permet de comprendre quelle vision les jeunes ont de la pornographie (Ramsay, 2005).
Les Bienfaits des images de Serge Tisseron. Les images ont un pouvoir sur nos vies. Cet ouvrage nous aide à reconnaître en quoi il peut être aussi bénéfique (Odile Jacob, 2002).
Défi à la pudeur de Gérard Bonnet. L’auteur montre le côté néfaste de la pornographie dans l’élaboration de la sexualité, où la pudeur tient un rôle majeur (Albin Michel, 2003).
page précédente

Capucine Junguenet
juin 2007


21/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek