Apocalypse Now

Apocalypse Now

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Apocalypse Now est un film américain de Francis Ford Coppola sorti en 1979. Il est classé 28e du Top 100 de l'American Film Institute. Un nouveau montage du film est sorti en 2001, Apocalypse Now Redux.

Sommaire

[masquer]

Synopsis [modifier]

Librement adapté du roman de Joseph Conrad (Au cœur des ténèbres), le film de Francis Ford Coppola Apocalypse Now raconte le périple au Viêt Nam du capitaine de l'armée américaine Willard à qui les services secrets militaires américains confient la mission de trouver et d'exécuter le colonel Kurtz dont les méthodes sont jugées « malsaines ». Etabli au-delà de la frontière avec le Cambodge, il a pris la tête d'un groupe d'indigènes et mène des opérations contre l'ennemi avec une sauvagerie terrifiante.

Au moyen d'un aviso (bateau léger) mis à sa disposition, ainsi que son équipage, Willard doit donc remonter le fleuve jusqu'au plus profond de la jungle pour éliminer l'officier. Au cours de ce voyage, il découvre en étudiant le dossier de Kurtz un homme très différent de l'idée qu'il s'en faisait. Comment cet officier au parcours exemplaire a-t-il pu devenir le fou sanguinaire qu'on lui a décrit ?

Commentaire [modifier]

Plus qu'un film de guerre, Apocalypse Now est un voyage initiatique, une quête du double, une réflexion sur l'homme dont la portée va bien au-delà du contexte de la guerre du Viêt Nam. Au fur et à mesure que le bateau remonte le cours du fleuve et s'enfonce dans la jungle, les personnages se transforment et leurs instincts les plus archaïques refont surface. C'est un film sur la folie humaine.

Ainsi tous basculent ou ont basculé : Kurtz bien sûr, mais aussi Kilgore obsédé par le surf au mépris des vies humaines, Clean le rocker qui ne sait pas retenir sa gachette, Lance qui s'évade dans les drogues, les colons français immergés jusqu'au cou dans la paranoïa, les playmates, les deux camps abandonnés sans commandement...

Musique pesante, immense travail sur les couleurs (nombreux jeux avec les fumigènes) et sur la lumière (tour à tour éclatante, mourante - dans la scène du dîner avec les colons français - et intermittente - le passage du pont de Do Lang) : le film déborde d'une sensualité expansive comme la végétation de la jungle, qui plonge les personnages et le spectateur dans une torpeur obsessionnelle.

Fiche technique [modifier]

Distribution [modifier]

Récompenses [modifier]

Apocalypse Now fut pour la première fois projeté au Festival de Cannes 1979 en tant que work in progress et partagea la Palme d'or avec Le Tambour (Die Blechtrommel) de Volker Schlöndorff.

  • Oscar de la "Meilleure photographie" et du "Meilleur son"
  • Golden Globe du "Meilleur second rôle masculin" pour Robert Duvall, "Meilleur réalisateur" et "Meilleure musique".
  • César du Meilleur film étranger en 1980.

Autour du film [modifier]

  • Le tournage, basé aux Philippines, fut particulièrement éprouvant. Après avoir tenté de confier le rôle de Willard à différents acteurs, dont Steve McQueen qui le refusa, Coppola sélectionne Harvey Keitel et tourne les premières scènes avec lui. À la vision de ces premières prises, mécontent de l'acteur, il décidera finalement de le remplacer au pied levé par Martin Sheen, qui fera un infarctus lors de la réalisation du film. Les conditions du tournage étaient extrêmement difficiles et le plateau dans la jungle fut ravagé par un ouragan. Les hélicoptères, prétés par l'armée des Philippines devaient être peints le matin aux couleurs de ceux de l'armée américaine, puis repeints le soir dans leurs couleurs officielles. Au final, le tournage dura 238 jours et le budget qui était initialement de 17 millions de dollars passa à 30 millions. Le succès du film et en particulier sa palme d'Or au Festival de Cannes 1979 (partagée avec le film allemand Le Tambour) sauvèrent Coppola du désastre financier auquel il se sentait voué.
  • Copolla a investi une grande partie de sa fortune personnelle dans cette aventure. Il a été décrit par de nombreux témoins comme de plus en plus mégalomane et paranoïaque au fur et à mesure du tournage, a perdu plus de 40 kilos et aurait même menacé de se suicider à plusieurs reprises.
  • Le tournage du film a fait l'objet d'un documentaire sorti en 1991 : Au Cœur des ténèbres (Hearts of Darkness: A Filmmaker's Apocalypse) réalisé par Fax Bahr et George Hickenlooper sur la base des films amateurs tournés sur les plateaux par l'épouse de Coppola, Eleanor Coppola.
  • Une nouvelle version considérablement rallongée (49 minutes supplémentaires) a été distribuée en 2001 sous la dénomination Apocalypse Now Redux. Cette version inclut de nombreuses scènes supplémentaires (en particulier celle de la plantation française malgré le fait que peu d'américains aient les connaissances suffisantes pour comprendre ce passage étroitement lié à l'histoire française dans cette région) et a été accueillie de manières diverses. Certains considèrent que le sens du film y est clarifié et que des détails flous dans la première version retrouvent leur place. D'autres ont vu les ajouts comme des digressions qui amoindrissaient la force du récit car elles constituent des pauses dans la remontée du fleuve et l'obsession de Willard pour Kurtz. Quoiqu'il en soit, la version de 2001 est désormais l'unique version du film, Coppola ayant travaillé le nouveau montage à partir des éléments originaux.
  • Le livre de Joseph Conrad a fait l'objet d'une adaptation beaucoup plus fidèle, réalisée pour la télévision par Nicolas Roeg en 1994 : Heart of Darkness avec Tim Roth, John Malkovich, Isaach de Bankolé, James Fox.
  • « Apocalypse Now n'est pas un film sur le Viêt Nam, c'est le Viêt Nam. Et la façon dont nous avons réalisé Apocalypse Now ressemble à ce qu'étaient les Américains au Viêt Nam. Nous étions dans la jungle, nous étions trop nombreux, nous avions trop d'argent, trop de matériel et petit à petit, nous sommes devenus fous »[1].
  • « Qu'une culture puisse mentir sur ce qui se passe en temps de guerre, que des êtres humains soient brutalisés, torturés, mutilés et tués et que tout cela soit présenté comme moral, voilà ce qui m'horrifie[2] ».
  • « Mon but avec Apocalypse Now Redux est de présenter une expérience plus riche, plus ample, plus texturée du film, qui comme l'original à l'époque donne aux spectateurs la sensation de ce que fut le Viêt Nam ; l'immédiateté, l'insanité, la griserie, l'horreur, la sensualité et le dilemme moral de la guerre la plus surréaliste et la plus cauchemardesque de l'Amérique [3] ».

Notes [modifier]

  1. Francis Ford Coppola, Festival de Cannes, mai 1979
  2. Francis Ford Coppola, Festival de Cannes, mai 2001
  3. Francis Ford Coppola, Festival de Cannes, mai 2001

Voir aussi [modifier]




27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek