Bondage et discipline, domination et soumission et sado-masochisme

Bondage et discipline, domination et soumission et sado-masochisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le contenu (textes, images, sons) de cet article peut heurter la sensibilité de certaines personnes.

Le collier est un des principaux symboles du BDSM
Le collier est un des principaux symboles du BDSM

Le BDSM, acronyme de Bondage et Discipline, Domination et Soumission, Sado-Masochisme, est un ensemble de pratiques sexuelles marginales, fondées sur une relation consentante de dominant à dominé. Cette domination pouvant s'exercer de façon psychologique et/ou par le biais de contraintes physiques. On parle aussi en termes plus modernes de « jeux d'échanges de pouvoir ». Les pratiques BDSM peuvent avoir lieu dans un couple, mais aussi entre groupes de plusieurs dominés et dominants.

Elles sont de deux types : domination, entrave, pour le premier type, et parfois, en plus, lorsque la douleur et l'humiliation interviennent, elles entrent dans le deuxième type.

Les partenaires pratiquent ces jeux afin d'obtenir par l'exacerbation de leurs sens et de leurs fantasmes un plaisir sexuel plus intense. Mais, dans certains cas, anaphrodisie, il ne s'agit que de parvenir à une ébauche de plaisir sexuel.

Pour certains, ce plaisir sexuel se double d'une décharge d'endorphine : la douleur provoque la sécrétion de cette morphine naturelle, qui peut plonger le sujet dans un état d'euphorie. D'autres font appel à des « adjuvants » (alcool, « toniques » divers, voire drogues).

Sommaire

[masquer]

Principales pratiques [modifier]

On peut rencontrer, dans les pratiques BDSM :

Et plus rarement :

  • des humiliations faites (entartage, arrosage d'eau froide, tonte et rasage des aisselles, du corps, du pubis, des cheveux) ;
  • de la diffusion des séances en vidéo sur Internet ;
  • des coups, qui sont parfois pratiqués (fouet, fessée), de la brûlure à la cire de bougie, etc.

Précisions [modifier]

Législations [modifier]

Les législations des principaux pays occidentaux n'interdisent plus les pratiques sexuelles BDSM. Toutefois, le Royaume-Uni définit un seuil de pratiques au-delà desquelles le BDSM tombe sous le coup de la loi. L'affaire Spanner (années 1990) qui a consisté en la criminalisation d'hommes consentants, alors qu'aucune plainte de quiconque n'avait été déposée, a jugé coupables des "dominants" sur la seule base des marques laissées sur les "soumis". Une fessée un peu appuyée, un bondage serré sont potentiellement illégaux ; (ce jugement a été avalisé par la Cour européenne en 1997). [1]

Il ne faut pas confondre la soumission volontaire, pratique sexuelle, et les violences conjugales. Comme il ne faut pas confondre BDSM avec sado-masochisme, la dimension de douleur est nettement moins présente dans le BDSM qui se centre principalement sur l'aspect domination, ie. la dimension psychologique.

Santé et sécurité [modifier]

Certaines de ces pratiques peuvent, lorsqu'elles se font sans la connaissance des limites des participants, êtres dangereuses, telles que le fouet, les aiguilles, la cire chaude, etc. Elles peuvent provoquer des blessures allant parfois jusqu'à l'éborgnement, des brûlures, des coupures et peuvent devenir des risques d'infections ou de transmission de maladies (VIH, hépatites B et C, etc.). Cependant, il faut souligner que ces blessures surviennent rarement dans les scénarios de domination. Une bonne entente entre les participants est de ce fait primordiale.

Il est à noter que la cire chaude est une pratique courante dans le BDSM. Toutefois, ce sont généralement des cires blanches, ou des cires colorées spéciales qui fondent à basse température qui sont employées. Tout comme les menottes sont pour la plupart dotées de renforts afin de protéger les poignets.

Il peut être sécurisant de filmer la scène. Cela permet de montrer dès le début, par un enregistrement, la pleine et entière volonté de la pratique par les participants. De plus, en cas d'abus, un recours à la video permet de voir qui a fauté, quelles règles n'ont pas été respectées.

Quoi qu'il en soit, la pratique du BDSM — comme toute pratique sexuelle — ne dispense ni ne remplace les sentiments des partenaires l'un envers l'autre. Il n'existe pas de « code » à respecter pour « être » ou non BDSM, seule la confiance mutuelle des partenaires, et les sentiments qu'ils se vouent mutuellement en définissent le cadre.

Safeword, ou code de sécurité [modifier]

Le safeword est un signal d’urgence, le « pouce ! On arrête ! » du jeu BDSM qui, utilisé par la personne qui se soumet, indique au partenaire qu’il doit immédiatement et sans discussion interrompre l’action en cours, et la délivrer de toutes contraintes éventuelles aussi rapidement et prudemment que possible.

En substitut de l’anglophone safeword est parfois proposé le plus francophone veto, qui était, dans la Rome antique, la formule utilisée par les tribuns du peuple pour s’opposer aux décrets du Sénat.
Le « droit de veto », dans le BDSM, désigne l’éventuelle possibilité de refus catégorique que peut opposer la personne qui se fait dominer envers une action qui lui déplaît, et ne doit pas, en ce sens, être confondu avec le code de sécurité – destiné, lui, à alerter le partenaire d’un danger potentiel dont il n’aurait pas conscience.
Certaines personnes choisissent d’abolir le safeword dans leurs jeux, en omettant trop souvent la distinction qui existe entre droit de veto et code de sécurité… le principe revenant alors, pêle-mêle, à priver les tribuns de crier aussi bien « Veto ! » en cas de désaccord, qu’« au feu ! » lorsqu’ils voient un incendie menacer de ravager le sénat…

Dans un souci d’éviter toute confusion avec d’éventuelles suppliques qui seraient simulées dans le cadre du jeu SM, les partenaires conviennent en général d’un « mot magique » qui sera sans ambiguïté reconnu en tant que safeword verbal. « Stop ! », par exemple. Ou « safeword ! », « pouce ! », « veto ! », « pitié », ou tout bonnement le prénom de la personne dominante, qui appelle rapidement à l’abandon des rôles incarnés, ou bien encore une codification par couleurs inspirée des feux rouges.
Quant aux safewords non verbaux, rendus nécessaires par l’usage des bâillons, une pratique couramment répandue consiste, pour celui qui domine, à placer un trousseau de clés dans la main de la personne qu’il prive de la parole : que celle-ci le laisse tomber à terre, et l’alerte d’urgence sera implicitement donnée – ou le droit de veto invoqué.

Code de sécurité ou droit de veto, le safeword est toujours à considérer comme appelant une réaction de la plus haute urgence, quelle que soit la situation, et aussi anodine puisse-t-elle paraître aux yeux de celui qui contrôle les événements.

Respect [modifier]

Il est très important, pour les deux partenaires (dominant et dominé) de toujours conserver à l'esprit le confort du partenaire dominé. On peut, par exemple, envisager la rédaction d'un contrat entre les deux partenaires afin d'établir clairement les limites à ne pas dépasser.

Citation [modifier]

Dans Pop model, les mémoires de Lio écrites avec Gilles Verlant on peut lire :

« Il existe des femmes qui aiment les rapports masos, ça les excite ; elles font très bien la différence entre l’acte sexuel, où elles apprécient certaines choses qui sont de l’ordre du lien, de la coercition, même accompagnée de fessée, de coups de cravache, dans le cadre d'un jeu librement consenti, et la violence conjugale qu’elles ne supportent absolument pas par ailleurs. »

Bibliographie [modifier]

  • Marie-Hélène Bourcier, Queer Zones, Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland « modernes », 2001.
  • Pat Califia et Robin Sweeney, The Second Coming : A Leatherdyke Reader, Los Angeles, Alyson, 1996.
  • Philippe Cousin, L’Encyclopédie du sadomasochisme, Paris, La Musardine, 2000.
  • Michel Foucault, Dits et écrits 1954-1988, 4 t., Paris, Gallimard, 1994.
  • Vanessa Duriès, Le Lien, J'ai Lu et Ed. Blanche
  • Lynda Hart, La Performance sadomasochiste, entre chair et corps (Between the Body and the Flesh, Performing Sadomasochism, New York, Columbia University Press, 1997), Paris, EPEL, 2003.
  • Geoff Mains, Urban Aboriginals, Gay Sunshine, 1984.
  • SAMOIS (éd.), Coming to Power : Writings and Graphics on Lesbian S/M, Boston, Alyson, 1988.
  • Véronique Poutrain, Sexe et pouvoir, enquête sur le sadomasochisme, Paris, Belin « Nouveaux mondes », 2003.
  • Mona Sammoun, Tendance SM, essai sur la représentation sadomasochiste, Paris, La Musardine « L’attrape-corps », 2004.
  • Mark Thompson (dir.), Leatherfolk, Boston, Alyson, 1991, rééd. 2001.
  • Elise Sutton, Female Domination: An exploration of the male desire for Loving Female Authority, Lulu.com, 2003. ISBN 1411603257

Voir aussi [modifier]

Articles connexes [modifier]




30/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek