Brazil

Brazil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour des significations homonymes (ou éventuellement des articles homonymes), voir en bas d'article.
Titre original :
Brazil
Première sortie
mondiale :
20 février 1985 (France)
Pays d'origine :  Royaume-Uni
Réalisation : Terry Gilliam
Langue originale : anglais
Durée : 2h11 (version la plus courante)

Brazil est un film britannique réalisé par Terry Gilliam, sorti sur les écrans en 1985.

Sommaire

[masquer]

Fiche technique [modifier]

  • Titre original : Brazil

Distribution [modifier]

Commentaires [modifier]

Considéré comme un film « culte » par les fans de Terry Gilliam, ancien Monty Python, Brazil est un film noir, fourmillant de détails, décrivant un univers glauque et particulier. On retrouve cet univers dans ses autres films : Bandits, bandits, Jabberwocky ou encore L'Armée des 12 singes. Un film à voir et revoir pour en saisir toutes les subtilités.

Contrairement à ce que son titre laisserait supposer, le film n'a rien à voir avec le Brésil.

Il a été inspiré par le livre 1984 de George Orwell[1]. De l'œuvre d'Orwell, on retrouve l'aspect dictatorial d'un « empire bureaucratique » dans lequel Sam Lowry, personnage principal, travaille et cherche à se fondre dans la masse, notamment en refusant une promotion. Par la suite, en se confrontant de plus en plus à la réalité (ce qui se traduit par le réalisme et la brutalité de plus en plus exacerbée de ses rêves) il va suivre la trace de la femme qui le hante et qui se révèlera être un personnage plus ou moins insoumis et irrévérencieux ; c'est cette quête de la réalité qui l'éloignera de l'illusoire ambition bureaucratique et lui opposera une prise de conscience et de recul dans la découverte de choses simples et fondamentales. Tous ces éléments se retrouvent dans 1984 bien que la trame, certaines subtilités, et quelques éléments de l'univers créé, diffèrent.

Le film Brazil aborde également la problématique de la responsabilité individuelle dans l'hystérie collective comme la dictature bureaucratique décrite dans le film. Lorsque, par exemple, le meilleur ami du principal protagoniste, est chargé de procéder à la torture de ce dernier en lui lâchant un terrible « Ne rend pas les choses plus compliquées que ce qu'elles sont ». Voir à ce sujet l'expérience de Milgram.

La fin du tournage a vu un conflit entre Terry Gilliam et ses producteurs, notamment Sidney Sheinberg à l'époque à la tête de Universal, ce qui aboutit à trois versions différentes du film. Les producteurs trouvant la fin trop sombre, ont remanié le film avec une fin heureuse (un happy end) et une durée de 94 minutes, c'est Love conquers all. Cette version provoque la colère de Terry Gilliam, qui décide de retravailler Brazil avant sa sortie américaine en décembre 1985 et lui donne une durée de 132 minutes et la fin que l'on connaît. Pour l'Europe, il sortira une version de 142 minutes.

Le conflit fait désormais partie de l'histoire du cinéma et est relaté dans le documentaire The Battle of Brazil. Pressentant qu'une démarche juridique était vouée à l'échec, Terry Gilliam engage une véritable bataille médiatique au cours de laquelle il organisa des projections secrètes pour les journalistes, et acheta une pleine page dans Variety portant simplement le message :

« Dear Sid Sheinberg,
when are you going to
release my film “BRAZIL”?
Terry Gilliam. »
(« Cher Sid Sheinberg, quand allez-vous sortir mon film Brazil ? » Gilliam joue sur le double sens de release en anglais : à la fois libérer et sortir (un film)).

Voir aussi [modifier]

Certaines scènes ont été tournées en banlieue Parisienne, à Noisy le Grand, dans le complexe d'immeuble le "Palacio d’Abraxas" réalisé par Ricardo Bofill en 1982.

Homonymie [modifier]

Notes et références [modifier]

  1. un des titres de pré-production était : 1984 et demi

Liens externes [modifier]



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek