Contraception

Contraception

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sexologie et sexualité
Sexualité
Sexualité humaine
Amour - Libido
Rapport sexuel - Position
Genre sexuel - Jouet
Aspects sociaux
Éducation
Pornographie - Prostitution
Agression et Discrimination
Infractions sexuelles
Littérature - Cinéma
Mythologie - Religion
Santé
Contraception - Avortement
Impuissance - Frigidité
Circoncision - Excision
MST
Sexologues
Ellis Havelock - Forel Auguste
Kinsey Alfred - Leleu Gérard
Reich Wilhelm - Robert Jocelyne
William Masters et Virginia Johnson
Méta
Le projet sexologie
Participez !

L'Organisation Mondiale de la Santé définit la contraception comme « l'utilisation d’agents, de dispositifs, de méthodes ou de procédures pour diminuer la probabilité de conception ou l’éviter ».

Ce terme est réservé aux êtres humains et, parfois, à certains animaux. Il n'est pas utilisé pour les végétaux.

La contraception désigne les procédés temporaires et réversibles, sinon il s'agit de stérilisation : castration, vasectomie ou ligature des trompes.

Sommaire

[masquer]

Étymologie [modifier]

Le terme contraception a pour origine:

  • contra: contre
  • (con)ception, du latin conceptio, de concipere: concevoir: formation d'un nouvel être.

Quelques méthodes de contraception [modifier]

De nombreuses méthodes de contraception sont utilisées par les humains, dont la disponibilité, l'efficacité et la facilité d'utilisation varient grandement.

L'efficacité des différentes méthodes est résumée dans l'article Efficacité des méthodes de contrôle des naissances.

Les méthodes de contraception peuvent se décliner en plusieurs catégories :

Les méthodes dites naturelles ne sont parfois pas considérées comme des moyens de contraception. Cela dit, elles entrent dans la définition donnée par l'OMS comme "méthode ou procédures permettant de diminuer la probabilité de conception" et semblent donc à ce titre avoir leur place dans cet article.

Pour mémoire, les pratiques sexuelles excluant la pénétration vaginale telles que la sodomie, la fellation ou la masturbation réciproque, ne conduisent normalement pas à une fécondation, mais il n'est pas exclu que du sperme entre incidentalement en contact avec le vagin.

Il existe de plus deux moyens de contraception dits "d'urgence", à savoir la pilule du lendemain et la pose d'un DIU.

Jusqu'aux années 1960, la contraception était pratiquement exclusivement du ressort de l'homme. Elle est devenue massivement féminine avec l'apparition des traitements hormonaux (« la pilule »).

Enjeu et polémiques [modifier]

De par ses implications sur la population, la contraception est un enjeu philosophique, religieux et politique majeur, sujet à polémique (voir aussi les polémiques sur l'interruption volontaire de grossesse).

La contraception a longtemps été considérée comme indésirable, et parfois interdite, chaque humain supplémentaire étant considéré comme une richesse et les rapports sexuels en tant que plaisir étant considérés comme honteux et réprimables. Au XXe siècle, les mouvements de libération sexuelle occidentaux ont fait évoluer cette perception. La contraception est maintenant souvent perçue comme un moyen de maîtrise individuelle de la fécondité et de la reproduction permettant l'épanouissement individuel.

Certains groupes religieux refusent l'usage de la contraception. Les autorités musulmanes et protestantes n'ont pas adopté de position unique. Le catholicisme est opposé à l'usage de toute contraception, et prône le contrôle des naissances par les méthodes de planification familiale naturelle. Le pape Paul VI a défini la position de l'Église catholique sur ce sujet dans l'encyclique Humanæ vitæ (25 juillet 1968).

La promotion de la maîtrise des populations (en partie soutenue par des organisations internationales comme l'Organisation mondiale de la santé) a mené à déployer la contraception dans des pays à économie fragile et à population en forte croissance après la révolution agricole (augmentation de la capacité à nourrir les populations) et la révolution médicale (déploiement international de médicaments, de règles d'hygiène et de pratiques réduisant sensiblement la mortalité).

C'est ainsi que les deux pays les plus peuplés du XXe siècle (la Chine et l'Inde) ont eu massivement recours à la contraception afin de limiter la croissance de leur population. Ainsi, dans le canton chinois de Linyi (province de Shandong), une campagne de stérilisations et d'avortements forcés a affecté 7000 femmes en 2005. Les fonctionnaires du planning familial ont voulu rectifier de force les mauvais chiffres de la natalité dans cette région. On notera que, dans certains cas, la contraception forcée a aussi été employée. La scolarisation, l'accès aux soins, l'augmentation de la durée du célibat des femmes et l'urbanisation réduisent la natalité. Dans de telles conditions, la plupart des populations adoptent un taux de natalité proche du taux occidental.

Voir aussi [modifier]

Liens externes [modifier]




31/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek