Cyclothymie, BP-II et risque suicidaire

 

 

Cyclothymie, BP-II et risque suicidaire

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Cyclothymie

Les cyclothymiques et les bipolaires II sont-ils plus sujets au suicide que les autres ?

Je lisais cette semaine un article dans la presse intitulé "21ème suicidé à Bridgend". Dans cette ville des Pays de Galle, on observe une mystérieuse épidémie de suicide. Depuis janvier 2007, 21 jeunes de cette ville se sont suicidés tous par pendaison. L’article précise "qu’il y a des points communs entre ces suicidés : la pauvreté, l’alcool, le cannabis et le valium, censé soigner les dépressions. Ils avaient eu des problèmes d’automutilations ou de faux suicides".

Facteurs de risque suicidaire

Les conduites suicidaires représentent un problème majeur de santé public et de nombreuses études se sont focalisées sur ce problème. On connaît maintenant tout un ensemble de facteurs liés au risque suicidaire. Dans l’histoire de Bridgend, on retient la dépression, l’abus de substance, les mauvaises conditions sociales et la permissivité. "ils connaissaient quelqu’un qui l’avait fait avant. Un suicide autorise un autre".
Des études récentes montrent des liens entre le risque suicidaire et des dimensions psychologiques et des facteurs de personnalité (niveau bas de l’estime de soi, traits borderline, impulsivité, hostilité, peu d’extraversion, plus d’ouverture, trop de traits névrotiques, automutilations). Il est curieux que le grand absent soit le trouble BP-II et la cyclothymie qui peuvent encadrer la majorité des éléments prédictifs du suicide (2, 6, 7). En effet, le trouble BP-II est caractérisé par une fréquence plus importante de récurrence dépressive, d’abus de substance (alcool et autres) et d’impacts péjoratifs sur le fonctionnement socioprofessionnel. A Budapest, ville connue pour son taux élevé de suicide, le Pr Rihmer a observé un lien significatif du risque suicidaire avec le trouble BP-II (7).

Dans l’étude française EPIDEP (1), on a observé que le risque suicidaire est plus important dans les dépressions cyclothymiques (47%) par rapport au BP-II sans cyclothymie (33%) et aux dépressions unipolaires (26%). Un résultat similaire a été observé dans le TOC associé avec une cyclothymie où le taux des tentatives de suicide est pratiquement le double : 20% contre 12% dans le groupe TOC sans cyclothymie (données de l’enquête nationale •ABC-TOC• réalisée en collaboration avec l’Aftoc) (3).

Cyclothymie et risque suicidaire chez les jeunes

Dans un travail réalisé par le Dr F. Kochman, pédopsychiatre, on a recherché l’impact de la cyclothymie chez des enfants et adolescents dépressifs (5). L’étude a consisté de suivre sur une période de 2 ans, une cohorte de jeunes dépressifs. Des données complètes ont été obtenues chez 80 jeunes dépressifs évalués avec l’entretien Kiddie-SADS (critères DSM-IV), avec un nouveau questionnaire sur le tempérament cyclothymique - hypersensibilité (CHT) et d’autres instruments comme l’inventaire de dépression chez l’enfant (CDI), l’échelle de manie de Young l’échelle d’évaluation clinique globale (CGAS) et l’échelle d’agressivité ouverte (OAS). Les résultats ont montré que chez 80 jeunes dépressifs, 35 jeunes (soit 43%) sont reconnus comme bipolaires au terme du suivi de 2 ans. Ce type d’évolution a été significativement fréquent chez les jeunes cyclothymiques : 64% des jeunes avec le tempérament cyclothymique sont devenus bipolaires contre 15% des jeunes sans ce tempérament. Les jeunes cyclothymiques souffraient d’une forme particulière de bipolarité avec des passages brusques des niveaux d’humeur associés â des troubles des conduites, des syndromes psychotiques, une agressivité et des tendances suicidaires. Contrairement aux épisodes hypomaniaques difficiles à dépister chez les jeunes, la cyclothymie est une variable persistante et facile à dépister.
Pour explorer les liens entre le tempérament cyclothymique et le risque suicidaire, une étude contrôlée a été mise en place à Sfax, Tunisie (6). Cette étude a inclus un groupe de 51 sujets suicidants et un autre groupe de 51 sujets témoins sains. Cette étude a montré une nette différence des scores de la cyclothymie entre les deux groupes : score moyen de 12,5 ?3,8 dans le groupe des suicidants contre 5,0 ?3,6 dans le groupe témoin. En tenant compte du score seuil de 10 sur le questionnaire de cyclothymie, 64% des suicidants sont positifs contre seulement 10% des témoins sains. De plus, on note que 54% des sujets du groupe suicidaire sont dépressifs. Les sujets suicidaires dépressifs ont un score plus élevé sur le tempérament cyclothymique par rapport aux suicidants non dépressifs. De plus, l’intentionnalité suicidaire demeure plus importante chez les sujets cyclothymiques. Cette étude tunisienne montre que les conduites suicidaires sont liées â la dépression associée à un tempérament cyclothymique.

Si l’on accepte ces liens étroits entre le risque suicidaire et le trouble BP-II ? Cyclothymie, la prévention du suicide devient alors un projet atteignable, une cible spécifique â condition que les psychiatres tapent dans le mille (7). Il devient urgent que la recherche de cyclothymie soit systématique chez les jeunes dépressifs et spécialement chez les jeunes suicidants (2).

Au lieu de retenir comme seule explication du drame de Bridgend, celle de la permissivité (à mon sens assez faible, le suicide n’est pas contagieux), j’insisterai sur la piste de la cyclothymie. Et je rappelle que ce trouble est fréquent et surtout qu’il débute â un âge précoce, même avant la puberté (4). Son dépistage permet de prédire une transformation bipolaire chez les jeunes dépressifs. Le rôle de la cyclothymie apparaît plus grand quand il s’agit d’évaluer les risques en psychiatrie, notamment chez les jeunes : conduites agressives et de violence, impulsivité, risque suicidaire, abus de substance, conduites sexuelles erratiques et à risque.

Références

  • Akiskal HS, Akiskal KK, Lancrenon S, Hantouche EG. Validating the soft bipolar spectrum in the French National EPIDEP study ; the prominence of BP-II ?. Journal of Affective Disorders, 2006 ; 96 : 207-213.
  • Akiskal HS. Targeting suicide prevention to modifiable risk factors : has bipolar II been overlooked ? Acta Psychiatr Scand 2007 ; 116 : 395-402.
  • Hantouche EG, Angst J, Demonfaucon C, Perugi G, Akiskal HS (2003). Cyclothymic OCD: a distinct form? J Affect Disord 75 : 1-10.
  • Hantouche EG, Houyvet B. (2007) •Cyclothymie : Troubles bipolaires chez les enfants et adolescents au quotidien•, Josette Lyon, Paris.
  • Kochman FJ, Hantouche EG, Ferrari P, Lancrenon S, Bayart D, Akiskal HS. Cyclothymic temperament as a prospective predictor of bipolarity and suicidality in children and adolescents with major depressive disorder. J Affect Disord. 2005 ; 85 :181-9.
  • Masmoudi J. Suicidal Intentionality, Attempts and Cyclothymic Temperament. Brain & Behavior Congress, Thessaloniki, 28 nov. 2007
  • Rihmer Z, Suicide risk in mood disorders. Current Opinion in Psychiatry 2007 ; 20 : 17-22.


02/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek