Effet Prestidigitation

Prestidigitation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jérôme Bosch : L'Escamoteur, 1475-1480
Jérôme Bosch : L'Escamoteur, 1475-1480

Le mot prestidigitation (de presto digiti qui signifie agilité des doigts) a été créé par Jules de Rovère[1], qui ne voulait pas indiquer sur son affiche le mot d'escamoteur. Il a été rapidement utilisé pour désigner l'art du spectacle réalisant des illusions pour divertir.

Sommaire

[masquer]

Histoire [modifier]

Avant d'être appelée prestidigitation et d'être élaborée, la pratique était appelée escamotage, mais se limitait aussi à bien peu de choses. Le nom d'escamotage vient de l'arabe escamote qui désigne une petite balle de liège à laquelle on a donné plus tard le nom de muscade, à cause de sa ressemblance avec ce fruit. Dans le principe, l'escamotage s'appliquait uniquement aux gobelets[2]

Les pratiques magiques remonteraient à la préhistoire. Bien que les spécialistes ne soient pas tous d'accord sur leur signification[3], les gravures rupestres de sorciers et d'animaux mythiques semblent bien en attester. L'Ancien Testament décrit le « combat » que livrèrent Moïse et Aaron contre les magiciens de Pharaon. « Aaron jeta devant Pharaon son bâton qui se transforma en serpent. Pharaon a son tour, convoqua les sages et les enchanteurs. Et les magiciens d'Égypte, eux-aussi, accomplirent par leurs sortilèges le même prodige. Ils jetèrent chacun son bâton qui se changea en serpent, mais le bâton d'Aaron engloutit ceux des magiciens ».[4].

Les premiers objets magiques retrouvés intacts sont des coupes grecques truquées datant du VIe  siècle av. J.-C. [5]. Ce vase comporte un siphon permettant de le vider et de le remplir à plusieurs reprises. Un autre vase conservé au musée Allard Piierson D’Amsterdam daté du IVe siècle av. J.-C. permettait de verser à volonté deux liquides différents. Les écrits grecs et romains relatent leur intérêt pour les « faiseurs de prestiges ».

De la plus haute Antiquité à nos jours l’art de manipuler les objets, comme l’utilisation des marionnettes, et de prétendre que cette manipulation est le fruit d’un phénomène surnaturel, existe.

Manipulation et prestidigitation [modifier]

Avant d’être un divertissement, la prestidigitation a servi à matérialiser le divin et s’est assimilée à la magie noire, tandis qu’elle s’est peu à peu affirmée magie blanche pour s’éloigner des bûchers. Sa pratique a longtemps profité aux sorciers mais les a aussi souvent conduits à être poursuivis par l’inquisition. C’est d’ailleurs dans le but de démystifier les procédés employés par les escamoteurs et autres faiseurs de tours en vue de leur éviter le bucher, que Reginald Scott (1538-1599) publia en 1584 A Discovery of Witchcraft[6].

Aujourd’hui encore elle est parfois utilisée à des desseins peu avouables, pour tromper le quidam à un jeu d’argent,pour fanatiser des membres de sectes ou pour établir son ascendant sur une personne et en tirer profit.

La représentation de la première carte du jeu de tarot de Marseille est le bateleur, qui est la représentation du magicien, ancêtre de l’escamoteur devenu le prestidigitateur.

Elle est pratiquée le plus souvent par des artistes dans le cadre du monde du spectacle. Le magicien s’est entrainé pour créer les illusions qui leurrent nos sens : il fait apparaître et disparaître diverses choses, il défie la gravité, transforme la matière, lit dans les pensées, voit dans l’avenir. Avec ses astuces et son habileté, son adresse et son boniment, une mise en scène théâtrale, un éclairage subtil ou un fond musical, le magicien crée un contexte grâce auquel son trucage - au demeurant parfois fort simple - devient stupéfiant au point de créer l’illusion qu’un mystère vient de se produire sous nos yeux.

La prestidigitation semble avoir eu ses maîtres en Italie. C’est en tout cas de là que Jean-Eugène Robert-Houdin écrit avoir identifié l’origine, avec la venue d’Italie à Paris de faiseurs qui appelaient leurs tours des jeux. Il cite les pionniers restés en mémoire : Jonas, Androletti, Antonio Carlotti, puis l’un des fondateurs, Joseph Pinetti auquel son maître, le comte Edmond de Grisy, dit Torrini, devait tout, même s’il s’en vengea [7].

Les branches de la prestidigitation [modifier]

À son époque, Jean-Eugène Robert-Houdin a effectué un recensement des branches de sa discipline à laquelle il prédisait un bon avenir… [8]

  • tours d’adresses (mains et paroles)
  • expériences de magie simulée (trucs d’escamotage)
  • effets prodigieux de l’esprit (mentalisme)
  • magnétisme simulé (seconde vue, lucidité, divination, extase, catalepsie)
  • médium (spiritisme, évocation des esprits, tables tournantes, frappantes, parlantes et écrivantes, armoires et leurs mystères
  • récréation (quiproquos, subtilités ou combinaisons)

De nos jours, la magie, en tant qu’art du spectacle, revêt plusieurs formes en fonction du lieu où elle est pratiquée et du type d’illusion déployée.

Si les Théâtres magiques du XIXe siècle ont disparus, les spectacles de magie sont aujourd’hui présents à la télévision. En France : Attention Magie, Le plus grand cabaret du monde, Les Mandrakes d’Or. Ils ont trouvés un terrain propice dans les salles de spectacles des casinos de Las Vegas, devenue « la capitale mondiale de la Magie ». La magie se trouve aussi présente dans le renouveau des spectacles de cirque.

  • la magie rapprochée ou micromagie ou close-up qui fait souvent appel à la cartomagie et qui se pratique souvent en restaurant, cabarets, soirées privées.
  • la magie de rue qui a recours aux mêmes approches que la magie rapprochée, mais nécessite une aptitude particulière pour « accrocher » le passant.


Des termes de prestidigitation [modifier]

Quelques termes spécifiques à l’art magique et à la prestidigitation sont définis ci-dessous dans le respect de la règle du secret qui est de mise en ce domaine.

La règle du secret [modifier]

Le secret et le respect des autres magiciens sont à la base de l’éthique des magiciens.

Les postulants à l’Association française des artistes prestidigiteurs (AFAP) doivent prêter le serment solennel suivant :

« Je jure en tant que membre de l’AFAP d’observer fidèlement les règles de cette Association et de me soumettre à toutes décisions prises par le Conseil de l’Ordre.

De ne divulguer aucun secret ni de les décrire dans des ouvrages ou des publications pouvant être lus par des profanes.

De ne rien dire ou décrire de ce que je verrai ou entendrai aux réunions de l’AFAP à moins d’une autorisation expresse du Conseil de l’Ordre.

D’être loyal envers mes confrères et de pratiquer l’art de la Prestidigitation avec conscience et honneur. »

Quelques magiciens et prestidigitateurs célèbres [modifier]

Nés dans la première moitié du XVIIIe siècle [modifier]

Nicolas-Philippe Ledru dit Comus (1731 à 1807) Français

Henri Descremps (1746-1826) Français

Nés dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle [modifier]

Giuseppe Pinetti (1750-1800) Italien

Louis Comte (1783-1859) Français

Bartolomeo Bosco (1793-1863) Italien

Nés dans la première moitié du XIXe siècle [modifier]

Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871) Français

Jules de Rovère (XIXe siècle) Français

Joseph Velle (1837-1889) Hongrois

Buatier de Kolta (Joseph Buatier) (1847 - 1903) Français

Félicien Trewey (1848-1920) Français

Nés dans la deuxième moitié du XIXe siècle [modifier]

Georges Méliès (1861 - 1938) Français, notamment avec son premier film Escamotage d'une dame au théâtre Robert Houdin

Bénévol (Francesco Bénévole) (1865-1939) Italien [2]

Harry Houdini (Ehrich Weiss) (1874-1926) Américain d'origine hongroise

Dai Vernon (David Frederick Wingfield Verner) (1894-1992) Canadien

Nés dans la première moitié du XXe siècle [modifier]

James Randi (Randall James Hamilton Zwinge) (1928 ->) Canadien

Alex Elmsley (1929-2006) Anglais

Garcimore (José Garcia Moreno) (1940 - 2000) Espagnol

Gérard Majax (Gérard Faier) (1943 ->) Français

Dominique Duvivier (1950-> ) Français

Nés dans la deuxième moitié du XXe siècle [modifier]

Hjalmar (Hjalmar Johnsson-Faudon) (1951 ->) Français

David Copperfield (David Seth Kotkin) (1956 ->) Américain

Dani Lary (Hervé Bitoun) (1958 ->) Français

Lance Burton (1960 ->) Américain

Carlos Vaquera (1962 ->) Espagnol

Criss Angel (1967-> ) Américain

Derren Brown (1971 -> ) Anglais

David Stone (1972-> ) Français

Gilles Rollini (1950) Français

Festivals [modifier]

Prestidigitation au cinéma [modifier]

De nombreux films ont pour thème central la prestidigitation :

Références [modifier]

  1. Comment on devient sorcier, une vie d'artiste, L'art de gagner à tous les jeux, Magie de physique amusante, Le prieuré par Jean-Eugène Robert-Houdin, p.146, 2006, édition Omnibus [1]
  2. Ib. Jean-Eugène Robert-Houdin, p. 456 - 2006 - éditions Omnibus.
  3. Voir par exemple http://www.artcult.fr/_Artsprimitifs/Fiche/art-0-1235160.htm
  4. Ancien Testament - L'Exode, Les Plaies d’Égypte. Le bâton changé en serpent, Ps 78:105
  5. Satyre accroupi. Conservé au Louvre cote Comaste CA 454. Décrit par F. Guillemin in Imagic, 2002, N°35, page 19
  6. A Discovery of Witchcraft (1584) de Reginald Scott
  7. Ib. Jean-Eugène Robert-Houdin, p. 446 pour la liste et p. 97 pour la vengeance- 2006 - éditions Omnibus
  8. Ib. Jean-Eugène Robert-Houdin, p. 450 - 2006 - éditions Omnibus

Bibliographie (en français) [modifier]

  • Comment on devient sorcier, une vie d’artiste, L’art de gagner à tous les jeux, Magie de physique amusante, Le prieuré par Jean-Eugène Robert-Houdin - 2006 - éditions Omnibus[3]
  • La Magie blanche dévoilée Henri Decremps (1784),Amusements physiques Joseph Pinetti (1784), "Supplément à la Magie Blanche Dévoilée" Henri Decremps (1785. Réédition intégrale annotée par Philippe Saint Laurent, Editeur Joker de Luxe, Paris, 1998
  • Spirites et illusionnistes,M. Rémy, Editeur A. Leclerc, Paris, 1911
  • Cours Magica, La prestidigitation pour tous, R.Veno, Editions A. Mayette, Paris, 1954
  • Devenez un as des tours de cartes, Hjalmar, Bornemann, Paris, 1998
  • Histoire illustrée de la prestidigitation, Max Dif, Editions Maloine, Paris, 1986
  • L’Apprenti sorcier, Tahir Shah, Paris, Editions De Fallois, 2001
  • Robert Houdin, prestigieux magicien de Blois, C.A. Klein, Editions des Grandes Figures du Val de Loire, 2003
  • Close-up : les vrais secrets de la magie, David Stone, Pamadana Editions

Liens externes [modifier]



08/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek