Etat Chronique du stress

 

 

Suite à un évènement blessant, il y a un risque que le stress apparu amène à un état chronique  chez la victime. On peut en effet parfois assister à la "fixation" des réactions. En d'autres termes, de façon plus imagée et familière, on peut dire qu'il y a un risque que la victime ne "digère" pas le choc, que la personne "garde ça sur la patate". Explications.   

Pendant l’évènement traumatique, le corps réagit: c’est la réaction très courte d’immobilité ou « freezing » du système parasympathique, puis celle de fuite/combat du système sympathique (accélération du cœur, de la respiration).

Une fois l’évènement terminé, survient la phase de réaction du stress aigu (agitation, angoisse, souvenirs intrusifs, absence d’émotions,…). Ce sont des réactions normales et naturelles à court terme après une expérience traumatique. En principe, il suffit de les affronter, de gérer son stress, de mettre de l’ordre dans sa tête, d'accueillir ses émotions naturelles pour tourner la page et digérer l'évènement traumatique.  

Après une période, il peut également arriver que les réactions persistent et prennent la forme de symptômes tels que l’hyperexcitation somatique (agitation, angoisse), les souvenirs récurrents intrusifs, la dissociation (détachement) et l’évitement (anxiété situationnelle ou sociale). Ceci correspond à l’état de stress post-traumatique (ESPT). Finalement, cet état peut devenir chronique et être associé à d’autres problèmes (alcoolisme, dépression, anxiété, troubles du sommeil,….).

Pour éviter la fixation des réactions et faciliter la digestion du trauma, il existe des techniques de gestion du stress traumatique. Les pages suivantes sont là pour vous les présenter.



29/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek