Générale de Santé (110 établissements), Premier groupe d'hospitalisation (spécialisée santé mentale et chirurgie obsétrique) privée de France,

 

http://www.generale-de-sante.fr/

 

 

 

Générale de Santé (110 établissements), Premier groupe d'hospitalisation (spécialisée santé mentale et chirurgie obsétrique) privée de France,

  

 

Pour trouver une clinique ou un hôpital privé :

http://www.generale-de-sante.fr/Contact

 

 

 

Liste de 27 établissements faisant de la santé mentale et faisant partie du groupe :

Clinique de l' Ange Gardien

01 60 24 58 00
Rue Léopold Bellan
77260 Chamigny

> Accéder au site Internet

 

 

Scroll upScroll down

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plan
Satellite
Afficher les noms
Relief
100 miles
200 km
A+ / A-

 

 

Pour Générale de Santé, le patient est une personne qui ne saurait être réduite à un «cas médical».

Sa prise en charge suppose de l’inscrire dans une continuité de soins, d’attentions et de considérations. Dans chacun de ses établissements, le patient est une personne respectée. Acteur fondamental du soin, il est associé à toutes les phases de sa prise en charge. Le rôle de Générale de Santé est de l’aider à prendre soins de sa santé au mieux tout au long de sa vie.

 

Un accompagnement personnalisé, avant, pendant et après l’hospitalisation

Pour mener à bien cette mission, le premier Groupe hospitalier privé français développe une offre de soins originale où la prise en charge du patient prend en compte toutes ces dimensions avec un accompagnement personnalisé, avant, pendant et après l’hospitalisation . L'ensemble de la chaîne de soins est couverte : médecine-chirurgie-obstétrique, cancérologie, soins de suite et de réadaptation, santé mentale et hospitalisation à domicile.

A fin 2010, Générale de santé emploie près de 23 800 salariés dont 8 300 infirmier(e)s et 5 200 aides soignant(e)s qui interviennent avec 5 000 praticiens libéraux, première communauté libérale en France dans 110 hôpitaux privés, cliniques ou centres principalement implantés dans des agglomérations de grande taille. La capacité d’accueil du Groupe est de 16 194 lits et places.

Acteur majeur du maillage sanitaire du territoire

En France, les établissements de Générale de Santé sont répartis sur une grande partie du territoire avec une concentration marquée dans neuf régions :

  • Aquitaine,
  • Basse Normandie,
  • Bourgogne,
  • Bretagne,
  • Haute Normandie,
  • Ile-de-France,
  • Nord-Pas-de-Calais,
  • Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • et Rhône-Alpes.

Ses établissements sont, ainsi, principalement situés dans des régions à forte densité de population et à croissance démographique supérieure à la moyenne nationale.

Par ailleurs, les établissements de Générale de Santé sont principalement implantés dans des agglomérations de grande taille.

En 2010, Générale de Santé a enregistré 960 830 séjours

  • 925 765 en chirurgie, médecine et obstétrique,
  • 16 325 en soins de suite et réadaptation et 18 740 en santé mentale),
  • 173 176 venues en hospitalisation de jour en SSR et PSY,
  • 386 242 passages dans ses services d’urgence,
  • 99 416 séances en chimiothérapie,179 366 séances en radiothérapie, 281 286 séances de dialyse,
  • 33 887 accouchements.

 

-------------------------------------

 

Santé Mentale

 

Au-delà du patient, la prise en charge globale et coordonnée de la personne

Générale de Santé nourrit l’ambition, dans toutes ses branches d’activité, d’assurer une prise en charge globale et coordonnée de la personne, qui prenne en compte toutes ses dimensions : psychique, somatique, sociale, familiale, etc. Cette approche prend tout son sens en psychiatrie, où l’écoute, la disponibilité et l’investissement humain sont au cœur du soin. Ainsi, nos équipes se situent-elles dans une perspective plus globale de santé mentale. Il s’agit d’aller au-delà de la psychiatrie, de la psychothérapie et de la prescription de psychotropes, pour mettre en œuvre des projets de soins individualisés, allant de la prévention à l’accompagnement. 

L’évolution des mentalités et l’environnement réglementaire semblent aujourd'hui favorables à cette ambition : la « loi Kouchner » de mars 2002 sur l’information des patients a induit un changement de pratiques et ouvert de grandes perspectives. Elle offre désormais la possibilité d’une « alliance thérapeutique » entre le médecin, le patient et sa famille, tous acteurs de la prise en charge. Avec la prochaine création des Agences Régionales de Santé (ARS), les frontières entre le sanitaire et le médico-social auront tendance, encore, à s’estomper.

Un véritable continuum de soins longitudinal

Dans ce contexte, Générale de Santé et sa filiale Santé Mentale entendent à terme proposer une offre de soins longitudinale formant un véritable continuum, du dépistage en soins aigus jusqu’à la réhabilitation cognitive et sociale.

Au service d’un patient placé au centre du dispositif, cette offre inclurait :

  • les consultations ;
  • les urgences ;
  • des lits d’hospitalisation complète ;
  • des lits d’hospitalisation à temps partiel ;
  • des dispositifs de réhabilitation et d’accompagnement ;
  • de l’hospitalisation à domicile ;
  • des appartements thérapeutiques….

Evaluer, informer, développer des prises en charges adaptées

Les établissements Générale de Santé/Santé Mentale travaillent actuellement à la mise en place de procédures d’admission permettant d’évaluer d’emblée, l’ensemble des besoins du patient, d’identifier les personnes ou les structures ressources (médecin généraliste, psychiatre libéral, centres médico-psychologiques…) et d’imaginer les conditions de sortie les plus indiquées pour éviter les rechutes : retour direct à domicile, transfert dans un établissement de repos, prise en charge ambulatoire, suivi médical par un médecin généraliste suffisamment investi, etc.

Au cours de la prise en charge, une attention particulière est apportée à l’information des patients et des familles. Plusieurs cliniques Générale de Santé/Santé Mentale délivrent aux proches des malades des livrets d’information décrivant la maladie, expliquant l’action des médicaments ou prodiguant quelques conseils sur les attitudes à adopter face à certaines situations. D’une manière générale, les familles sont de plus en plus impliquées dans la prise en charge, à travers des groupes de travail avec les conjoints, ou des rencontres, au sein de la clinique, avec des associations telles que l’Union nationale des amis et familles de malades psychiques (Unafam).

Le patient lui-même, qui a choisi son admission, est plus à même d’adhérer à son projet thérapeutique. Il y est associé par des programmes de psychoéducation, qui lui permettent de comprendre sa maladie, de l’accepter, et de la surmonter. Des ateliers thérapeutiques sont intégrés au parcours de soins. Ils aident le patient à dépasser sa souffrance, son sentiment d’isolement et d’incapacité par des activités collectives, créatives et artistiques. Certains établissements, comme la Clinique Belle Allée près d’Orléans, font de la participation et de la responsabilisation des patients un élément essentiel de sa prise en charge, en vue d’un retour à la vie extérieure.

Développer des approches toujours plus personnalisées

Générale de Santé développe et met en oeuvre, à travers sa filiale Santé mentale, des solutions innovantes en matière de prise en charge des maladies mentales.

  • Sa démarche : le développement d’une offre de soins adaptée et complémentaire de l’organisation des soins de santé mentale en France, avec le souci de l’efficience organisationnelle.
  • Au centre de son dispositif : la prise en charge complète et coordonnée de la personne, partie prenante de son traitement, et la constitution de réseaux territoriaux public-privé d’unités de soins spécialisées et complémentaires.
  • En cela, le Groupe entend proposer une offre de soins longitudinale allant du dépistage en soins aigus jusqu’à la réinsertion sociale du patient.

Dans ce domaine, les établissements du Groupe accueillent des patients atteints d’épisodes aigus de maladies mentales passagères (dépression, troubles obsessionnels, névroses multiformes, etc) ou durables (schizophrénie, psychoses, maniaco-dépression, etc). Ils n’ont pas pour vocation de soigner des patients atteints de pathologies lourdes ou contraints, par les autorités publiques, à être hospitalisés, ni de participer aux programmes de traitements et de réadaptation mis en place pour les personnes ayant fait l’objet de condamnations pénales.

Le Groupe exerce son activité en complémentarité avec le Secteur Public Hospitalier et la prise en charge des maladies mentales dans le cadre des schémas régionaux d’organisation hospitalière. La part de marché du Groupe représente environ 17% en 2010 avec 25 établissements sur les 141 cliniques psychiatriques privées en France. Au 31 décembre 2010, la capacité totale des 25 établissements de psychiatrie du Groupe s’élevait à 2 212 lits et places.

 

-----------------------------------------

 

 



16/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek