James Cameron

James Cameron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes?, voir Cameron.

James Francis Cameron est né le 16 août 1954 à Kapuskasing (Ontario, Canada). Il est réalisateur, scénariste et producteur américain.

Sommaire

[masquer]

Biographie [modifier]

James Cameron, fils de Phillip, un ingénieur électrique, et Shirley, une artiste, est né et a passé son enfance au Canada, près des chutes du Niagara (d'où lui vient peut-être son goût de la démesure). En 1971, il déménage à Brea (Californie, États-Unis), où il sera diplômé de physique à la California State University. Mais ses premiers jobs alimentaires seront mécanicien et conducteur de camions car il nourrit une toute autre ambition : le cinéma. Son premier court métrage : Xenogenesis, est financé par un consortium de dentistes.

Il officie alors comme réalisateur, producteur, co-scénariste, monteur, directeur de la photographie, maquettiste et superviseur des effets spéciaux. Cette expérience lui permet de se faire remarquer en 1980 par Roger Corman qui l'engage dans sa compagnie New World Picture. Une légende urbaine raconte qu'il est devenu franc-maçon. [1]

James Cameron travaille alors principalement sur les effets spéciaux avant d'être nommé directeur artistique sur Les Mercenaires de l'espace puis directeur de la photographie et réalisateur de deuxième équipe sur Galaxy of terror. Il travaille également aux effets spéciaux de New York 1997 de John Carpenter

Remarqué, il est nommé réalisateur de Piranha 2 : Les Tueurs volants, une coproduction italo-américaine. Mais ses relations avec le producteur Ovidio G. Assonitis se dégradent, tant et si bien que celui-ci lui retire le contrôle artistique du film. James Cameron tente bien de pénétrer par effraction, la nuit, dans la salle de montage mais ses modifications sont systématiquement écartées par le producteur. Bien qu'étant co-crédité comme réalisateur, il reniera le film (souvent absent de ses filmographies officielles). Comme la plupart de ses oeuvres suivantes, il existe deux versions du film, celle du producteur, la plus répandue, et le très rare remontage du réalisateur, exploité autrefois aux USA en video et laserdisc.

Cette mauvaise expérience ne freine en rien ses ambitions. Sur les cendres de son premier film, Cameron entame l'écriture du scénario de Terminator. Tourné pour 6 millions de dollars, Terminator en rapportera 80. Le film est produit par Gale Anne Hurd, qui devient ensuite sa femme. Mais bien avant cet immense succès, Hollywood l'avait remarqué, et les sollicitations se multiplient. Il écrit avant de tourner Terminator' la première mouture de Rambo II : La Mission, réécrit ensuite par Sylvester Stallone. Qualifié de reaganien par les critiques, ce film vaudra longtemps à James Cameron sa réputation de cinéaste bourrin, mais Sylvester Stallone avouera plus tard qu'il regrettait de ne pas avoir tourné la version originale du script, plus subtile dans son approche.

Pour la société de production Brandywine, il écrit Aliens le retour, avant de se voir proposer l'opportunité de le réaliser lui-même, suite au succès de Terminator. C'est sur ce tournage, dans les fameux Studios Pinewood en Angleterre, qu'il se mettra à dos les techniciens, les traitant de « syndicalistes fainéants », ceux-ci se vengeant en arborant des tee-shirts « je peux tout supporter : j'ai travaillé avec James Cameron ». Il renverra le premier directeur de la photographie, assurant lui-même la fonction avant qu'un remplaçant n'arrive. Finalement le film est un succès qui le conforte dans sa position de nouveau génie d'Hollywood, et lui permet de monter avec Gale Anne Hurd un nouveau projet…

Pour tourner Abyss, James Cameron se donnera les moyens de ses ambitions : budget hollywoodien, tournage dans un silo nucléaire en cours de construction noyé par plus de 26 000 m³ d'eau, invention (avec son frère Mike) de caméras révolutionnaires pour filmer sous l'eau, effets spéciaux en images de synthèses derniers cris. Il pousse ses acteurs à bout, dans des conditions de tournage déjà éprouvantes (Ed Harris craquera à plusieurs reprises). Pourtant le film ne recevra qu'un accueil mitigé.

A cet époque, il a déjà eu deux épouses. La troisième sera Kathryn Bigelow, réalisatrice au style assez violent, dont le goût pour les scènes d'action musclées la rapproche indéniablement de son mari. Celui-ci produira pour elle Point Break et Strange Days, tout en écrivant également ce dernier. Son prochain projet personnel sera Terminator 2 : Le jugement dernier, suite des aventures de Sarah Connor campée par Linda Hamilton, sa quatrième épouse. Comme il l'avait prouvé avec ses films précédents, James Cameron est un pionnier des images de synthèse, repoussant toujours plus loin les limites du possible. T2 n'y fera pas exception. Pour un budget record à l'époque de 100 millions de dollars, cette nouvelle association avec Arnold Schwarzenegger rapportera plus de 500 millions de dollars à travers le monde, tant et si bien que lorsque l'acteur essuie un de ses premiers échecs avec Last Action Hero, c'est tout naturellement qu'il se tournera vers son réalisateur fétiche pour redorer son blason.

Après la tentative avortée de monter un film autour du personnage de Spider-man, avec l'autrichien dans le rôle du super-vilain, la troisième collaboration entre les deux hommes sera finalement True Lies, remake de la comédie française La Totale ! de Claude Zidi. La comparaison entre les deux films s'arrête là. Bénéficiant d'un budget à peine comparable, le film multiplie les scènes d'action épiques, dans une ambiance bon enfant tranchant avec le reste de sa filmographie. Une partie des effets spéciaux numériques est pour la première fois assurée par Digital Domain, compagnie qu'il a fondée en 1993, et qu'il quittera en 1998.

Après déjà une décennie passée à révolutionner les effets spéciaux et à monter des projets toujours plus fous, James Cameron n'est toujours pas comblé. Lors de la production d'Abyss, il a accumulé une abondante documentation à propos du destin tragique du Titanic. L'idée a fait son chemin, et il s'attelle à réaliser ce qui s'avèrera être le film de tous les excès. Co-produit par deux studios « frères ennemis », 20th Century Fox et Paramount, le film, budgeté à 150 millions de dollars, en coûtera finalement plus de 200, un nouveau record, soit plus que le prix qu'avait coûté la fabrication du Titanic en son temps. Le paquebot est reconstruit presque à l'identique (échelle 9/10), on dit même que le caviar dans les assiettes était vrai. Les rumeurs les plus folles circuleront sur ce film : on racontera qu'il sera un gouffre financier, menant à une faillite certaine les deux studios qui en assurent le financement. James Cameron sera d'ailleurs obligé de sacrifier son salaire de réalisateur et son intéressement aux recettes afin de prouver sa foi dans le projet. Finalement, Titanic sera le plus gros succès de l'histoire du cinéma avec plus de 1,8 milliard de dollars de recettes et le réalisateur en sera largement récompensé, financièrement d'abord, mais aussi par 11 oscars dont 3 pour lui-même (seuls Ben-Hur et Le Retour du Roi en ont obtenu autant).

Par la suite, James Cameron décide d'élargir ses visées, avec la série TV Dark Angel pour commencer, qu'il produit et dont il réalise l'épisode final, puis avec une série de documentaires : Les Fantômes du Titanic dans lequel il expérimente le tournage en trois dimensions, Expedition: Bismarck sur un autre naufrage célèbre, Aliens of the deep sur les étranges créatures des fonds sous-marins, et Volcanoes of the Deep Sea. Il fut même question qu'il embarque à bord d'un Soyouz russe à destination de la station Mir, épopée qu'il n'aurait sans doute pas manqué de filmer. En outre, il produira le film Solaris pour Steven Soderbergh, en sa qualité d'expert en science-fiction et en effets spéciaux.

En mai 2006 James Cameron revend à la firme d'investissement WyndCrest (dont fait notamment parti le réalisateur Michael Bay) Digital Domain, la compagnie spécialisée dans les effets spéciaux en images de synthèse qu'il avait cofondée avec son collaborateur de longue date Stan Winston. Parmi les nombreux films auxquels Digital Domain aura contribué depuis sa création en 1993, on peut citer notamment : Apollo 13, Armageddon, Le Jour d'après, ou I, Robot.

Actuellement, James Cameron n'a pas moins de 6 films en préparation :

  • Une adaptation des neuf premiers tomes du manga Gunnm (Battle Angel en anglais), sous la forme d'une trilogie. Ces films seront tournés en trois dimensions grâce aux technologies que Cameron a déjà expérimentées sur Les Fantômes du Titanic. Cameron mise sur le fait que d'ici à la sortie du premier film (estimée à 2009), de nombreuses salles de cinéma se seront équipées du matériel adéquat pour projeter ce type de métrage, et seront ainsi en mesure d'accueillir le fruit de son travail. Autre détail intéressant, l'héroïne de l'histoire (Gally) sera un personnage entièrement en images de synthèse (à la manière de Gollum dans la trilogie du Seigneur des Anneaux).
  • The Dive, qui devrait se tourner en 2007 pour une sortie en 2008, racontera l'histoire vraie des apnéistes Francisco "Pipin" Ferreras (italien), et Audrey Mestre (française), qui furent compétiteurs et amants.
  • Avant-dernier projet, le mystérieux Project 880 serait en fait une adaptation d'Avatar, un scénario qu'il avait écrit au début des années 90, mais qu'il n'avait pu tourner pour des raisons techniques. En effet, la rumeur de l'époque voulait que ce film nécessite la mise au point de personnages en images de synthèses photoréalistes (le titre sous-entend que ces trompe-l'œil seraient au cœur de l'histoire), chose alors impossible. Aujourd'hui encore ce genre de prouesse paraît irréalisable, mais on peut attendre beaucoup d'un homme comme James Cameron qui a beaucoup contribué à développer les effets spéciaux en images de synthèse au cinéma ces deux dernières décennies. Autre détail intéressant, la sortie du film (trop éloignée pour être estimée) devrait être accompagnée de celle d'un jeu vidéo de type MMORPG, invitant les joueurs à vivre des aventures dans l'univers du film, en parallèle de l'histoire développée dans celui-ci.

Vie matrimoniale [modifier]

Filmographie [modifier]

Réalisateur [modifier]

Années 1970 [modifier]

  • 1978 : Xenogenesis (court métrage)

Années 1980 [modifier]

Années 1990 [modifier]

Années 2000 [modifier]

Scénariste [modifier]

Années 1970 [modifier]

Années 1980 [modifier]

Années 1990 [modifier]

Années 2000 [modifier]

Producteur [modifier]

Années 1980 [modifier]

Années 1990 [modifier]

Années 2000 [modifier]

Nominations et récompenses [modifier]

Anecdotes [modifier]

  • Ses films se caractérisent souvent par des personnages principaux féminins forts : Sarah Connor dans Terminator, Ellen Ripley dans Aliens le retour, Lindsey Brigman dans Abyss, Helen Tasker dans True Lies, Rose Dewitt Bukater dans Titanic, ou Max Guevera, l'héroïne de la série TV Dark Angel que James Cameron a créée.
  • Il fut le premier réalisateur à tourner un film d'un budget de plus de 100 millions de dollars (Terminator 2 : Le jugement dernier), puis d'un budget de plus de 200 millions de dollars (Titanic).
  • Il est surnommé Iron Jim sur les tournages.
  • Il possède sa propre société de production : Lightstorm Entertainment.
  • Ses acteurs fétiches sont Michael Biehn, Bill Paxton, Arnold Schwarzenegger et Lance Henriksen.
  • James Cameron raconte qu'il fut remarqué par des producteurs alors qu'il officiait comme réalisateur de deuxième équipe sur Galaxy of terror. Il devait tourner ce jour-là des gros plans de vers grouillant dans un bras démembré et avait pour cela attaché un câble électrique sur le faux bras. Un assistant devait brancher le câble lorsqu'il criait « Action ! », afin que les vers se mettent à remuer. Les producteurs furent tellement stupéfaits par sa maîtrise technique qu'ils commencèrent à lui parler de plus gros projets.
  • N'étant pas membre de la guilde américaine des monteurs, il ne reçut pas de crédits pour son travail sur le montage de Strange Days. Ayant effectué les démarches nécessaires auprès de la même guilde avant le tournage de Titanic, il a reçu un crédit pour le montage de celui-ci.
  • Sur l'écran de l'ordinateur qui lui servait à monter Titanic, il avait collé une lame de rasoir avec une mention « Use only if film sucks! » (A n'utiliser que si le film est raté!).
  • Salaire pour Titanic : 600 000 dollars comme scénariste, 8 millions de dollars comme réalisateur, plus un intéressement sur les recettes, font 115 millions de dollars.
  • Les négociations autour du salaire de Sigourney Weaver s'éternisant et celle-ci menaçant de ne pas faire le second Alien, James Cameron téléphona à l'agent d'Arnold Schwarzenegger, lui racontant qu'il était en train de réécrire le scénario sans le personnage de Ripley. Comme il l'espérait l'agent téléphona à son collègue qui représentait les intérêts de Sigourney Weaver, et quelques jours plus tard celle-ci se décidait enfin à signer son contrat.
  • Kate Winslet a déclaré que James Cameron est l'artiste qui l'a dessinée nue pour les besoins de Titanic. C'est aussi sa main que l'on voit dans les gros plans.
  • Les mandibules sur le visage du Predator sont son idée.
  • Il fut un temps envisagé pour réaliser Spider-Man avec Arnold Schwarzenegger dans le rôle du Docteur Octopus. Il avait même écrit un premier traitement plus violent que le film qui a finalement vu le jour et qui contenait déjà l'idée des lance-toiles organiques (plutôt que les mécaniques de la bande dessinée, jugeant qu'un simple étudiant ne devrait pas être capable de fabriquer de tels gadgets).
  • Il a écrit un scénario nommé A Crowded Room (Une Pièce Bondée) qui fait parti des plus célèbres


28/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek