L'allocation adulte handicapé (AAH)

 

Aides financières Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

attribuables en cas de handicap

Assurer le quotidien lorsqu'on ne peut plus travailler, seul ou en famille, n'est pas évident. Pour peu que l'ont soit très dépensier en période up, ça devient aussitôt la catastrophe.
Quelles sont les aides auxquelles vous pouvez prétendre ?

L'allocation adulte handicapé (AAH)
L'Allocation aux adultes handicapés (AAH), financée par l'État, est versée par la Caisse d'allocations familiales, sous conditions de ressources, aux personnes à partir de 20 ans atteintes d'une incapacité permanente égale ou supérieure à 80 % (ou de 50 à 80 % en cas d'impossibilité de se procurer un emploi). Un complément d'allocation peut être attribué aux bénéficiaires de l'AAH dont le taux d'incapacité permanente est au moins égal à 80 %. Il permet aux personnes adultes handicapées qui vivent dans un logement indépendant de couvrir les dépenses supplémentaires qu'elles ont à supporter pour les adaptations nécessaires à une vie à domicile. 
source : site du ministère :
http://www.handicap.gouv.fr/dossiers/ressources/ressources_aah1.htm

L'AAH, montant 2006.
Taux normal (80% de taux d'invalidité. 
Revalorisé chaque année au 1er janvier, ce montant s'élève depuis le 1er janvier 2006 à 610,28 € par mois (revalorisation de 1,8 %).
Taux réduits.
En dessous de 80%, vous touchez une somme en proportion.
En cas d’hospitalisation de plus de 60 jours, le montant de l’allocation est réduit de 20 % si l’allocataire vit en couple et de 35 % s’il est seul. Toutefois, aucune réduction n’est effectuée si l’intéressé a un enfant ou un ascendant à sa charge. En cas d’incarcération ou d’hébergement dans une maison d’accueil spécialisée, pendant plus de 45 jours, l’intéressé ne conserve que 12 % du montant de son allocation.
Hospitalisation = réduction
En cas de réduction de l'AAH, le montant minimum d'AAH que doit conserver la personne hospitalisée dans un établissement de santé ou accueillie en maison d'accueil spécialisée ou incarcérée depuis 45 jours est fixé à 30 % du montant mensuel de l'AAH, soit 183,08, à partir du 1er jour suivant une période de soixante jours révolus.
Logement = majoration, la MVA
Depuis le 1er juillet 2005, un complément « autonomie » est versé à la personne qui dispose d’un logement indépendant, pour lequel elle reçoit une aide personnalisée au logement (ALS, ALF ou APL). Ce complément, instauré par la loi du 11février 2005, est fixé à 16 % du montant mensuel de l’AAH, soit 101,80.
source :
http://www.cfdt.fr/pratique/vie_quotidienne/vie_pratique/allocation_adultes_handicapes.htm

En savoir +
Les voies de recours
Si le refus d’attribuer l’AAH tient au fait qu’une des conditions administratives n’est pas remplie, la voie de recours est le contentieux général de la Sécurité sociale : d’abord, la Commission de recours amiable (CRA et, en cas de rejet, le Tribunal des affaires de la Sécurité sociale (TASS), puis, éventuellement, la Cour d’appel sociale et la Cour de cassation.
S’il s’agit d’un refus médical, tenant au degré du handicap, la procédure est le recours amiable auprès de la Cotorep, cette dernière pouvant alors recevoir à nouveau le demandeur.
En cas de rejet du recours amiable, le demandeur peut encore saisir le Tribunal du contentieux de l’incapacité (TCI), en précisant le motif du recours. Le demandeur est alors convoqué auprès du TCI, lequel doit lui notifier sa décision (médicalement motivée) dans les 10 jours qui suivent la réunion. Des appels sont encore possibles auprès de la Cour nationale de l’incapacité, puis de la Cour de Cassation.

L'ALD
ALD signifie affection de longue durée. La bipolarité entre dans ce cadre. L'ALD vous dispense de payer les médicaments dont qui vous sont prescrits dans le cadre de la maladie.
Pour en bénéficier, demandez à votre médecin, c'est lui qui en fait la demande. Seuls seront au courant vos médecins et votre pharmacien, en aucun cas votre employeur.

L'APL
Il s'agit d'une aide pour payer son loyer pour les personnes à petits revenus.
La demande se fait auprès de la CAF (caisse d'allocation familiale). Son montant dépend de vos revenus. Sachez que l'ALD peut être perçue même si vous partagez un logement (colocation).
Pour plus de renseignements, mettez vous en contact avec la CAF dont vous dépendez.
Sur
http://www.caf.fr/, vous trouverez les documents nécessaires à votre demande en téléchargement et vous pourrez déclarer vos revenus en ligne.


Les aides départementales et communales
Un règlement d'aide sociale, propre à chaque Conseil Général définit les règles selon lesquelles sont accordées les prestations sociales relevant de sa responsabilité.
En fonction de la politique sociale de votre département vous pouvez obtenir des aides complémentaires
Les aides apportées peuvent concerner :
- la vie quotidienne : aide ménagère, allocation représentative de services ménagers, prise en charge de repas fournis en foyer-restaurant ou par un service de portage à domicile, allocation d'argent de poche, acquisition de matériel et d'équipement ;
- un accompagnement : allocation compensatrice tierce personne (A.C.T.P.), allocation de placement familial, services d'accompagnement et de suite
- un placement en établissement d'hébergement.
- une aide au transport
Une commission de surendettement existe dans chaque département, une assistante sociale vous guidera dans vos démarches.

En fonction de la politique sociale de votre commune vous pourrez également parfois être aidé.
Adressez-vous au CCAS (centre communal d'action sociale). Sachez que pour être au plus près des habitants, c'est le CCAS communal qui gère les aides sociales du département en ses lieu et place.

Aides aux handicapés
Tous les textes

 



03/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek