L'hyperphagie, trouble alimentaire plus fréquent que l'anorexie et la boulimie

 

 

L'hyperphagie, trouble alimentaire plus fréquent que l'anorexie et la boulimie

L'hyperphagie, un trouble alimentaire plus fréquent que l'anorexie et la boulimie
L'hyperphagie boulimique (1) est le trouble alimentaire le plus fréquent, dépassant l'anorexie et la boulimie, selon des chercheurs de l'Université Harvard. Ce trouble est caractérisé par des crises de boulimie récurrentes avec un sentiment de perte de contrôle mais sans les comportements compensatoires inappropriés qui caractérisent le diagnostic de boulimie. Ce trouble est fortement lié à l'obésité.

Dans un épisode d'hyperphagie, une personne peut, par exemple, prendre un repas complet, suivi d'un litre de crème glacée pour dessert et d'un sac de chip sans être capable de s'arrêter.
Selon cette étude, dans laquelle 9000 participants ont été interrogés, 3.5% des femmes et 2% des hommes font de l'hyperphagie, définie comme des épisodes de consommation excessive et incontrôlée de nourriture, bien au-delà de la satiété, qui se produisent au moins deux fois par semaine.

Comparativement, l'anorexie est présente chez moins de 1% des femmes et 0.3% des hommes et la boulimie se retrouve chez 1.5% des femmes et 0.5% des hommes.

L'hyperphagie met à risque élevé d'obésité, de diabète, de maladie cardiaque, d'accident cérébro-vasculaire et de certains cancers.

Selon James I. Hudson, co-auteur, il s'agit bel et bien d'un trouble alimentaire et il mériterait plus d'attention de la part des professionnels de la santé.

Les comportements d'hyperphagie persisteraient en moyenne environ 8 ans, tout comme la boulimie, comparativement à une moyenne d'environ 2 ans pour l'anorexie.

Les trois troubles, hyperphagie, boulimie et anorexie coïncident souvent avec des troubles de l'humeur comme la dépression et l'anxiété selon les chercheurs.

La prévalence de troubles alimentaires est la plus grande chez les 18-29 ans et la moins grande chez les plus de 60 ans.

Les chercheurs considèrent que ces résultats amènent des arguments scientifiques supplémentaires en faveur de l'inclusion de l'hyperphagie dans la prochaine édition du DSM IV.

Cette étude a été publiée dans le Journal Biological Psychiatry, February 2007.


19/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek