La mosaïque bipolaire : ma réponse

 

 

La mosaïque bipolaire : ma réponse

26/09/2010
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Concepts / Classification

Ma réponse à lʼarticle -Mosaïque Bipolaire-
Dans un post antérieur, j’ai relaté un article sur  ˮla mosaïque bipolaireˮ

Voici ma défense :
- Revenir à Falret, pourquoi pas !Même Akiskal est actuellement l’avocat le plus chevronné de Falret ? il n’y a pas de psychiatres français ou européens qui n’en parlent autant qu’Akiskal ! Maintenant, comment être certain que Falret avait raison dans son travail sur la Folie Circulaire et qu’il a découvert lʼessence du trouble bipolaire ; pourquoi lui et pas les autres experts de son époque. Mais dans tous les cas possibles, le modèle de la folie circulaire me semble le plus adapté à la cyclothymie qu’aux autres formes de bipolarité. Donc, si Falret avait raison, notre hypothèse n’est alors que consolidée
  • L’hypothèse de la cyclothymie tient sa validité, non par les symptômes, mais par 2 points essentiels : la notion de tempérament et celle de la "marche" spécifique du trouble ; donc une double spécificité du processus phénoménologique partant de la prédisposition de base et respectant le mode évolutif au long cours (ce qui va contre la démarche des DSM, fondée essentiellement sur la description des épisodes et sur la bipolarité des épisodes). La cyclothymie est de loin plus riche et complexe qu’une simple alternance d’épisodes dépressifs et (hypo)manies. De plus, selon notre hypothèse, elle est à part, une forme distincte de bipolaritéé, totalement différente des formes classiques de BP-I et BP-II.
  • notre hypothèse est contre la prolifération des syndromes comme les TOC, la phobie sociale, le Trouble Panique, la Boulimie, Les Troubles de Contrôle des Impulsions, les personnalités Borderline  qui peuvent être, dans la moitié des cas, notamment en cas de co-morbidité, intégrés dans une seule entité : la cyclothymie. Au CTAH, on rencontre un nombre important de patients qui présentent, selon les critères du DSM-IV, plus de 5 troubles caractérisés. Pour moi, ça c’est artificiel et non acceptable. Donc, la critique judicieuse à faire doit s’adresser aux troubles désignés par des syndromes et non par une description globale et complète d’une maladie. Et je sais de quoi je parle, pour avoir soigné des centaines de patients souffrant de TOC et d’autres troubles anxieux
La cyclothymie n’est pas le fruit d’une machine qui fabrique des entités, comme les DSM (d’ailleurs ces machines ne connaissent pas encore la valeur des tempéraments). Au contraire, c’est un retour aux sources, aux observations des vrais maîtres de la psychiatrie des troubles de l’humeur, comme Falret, Baillarger, Khalbaum, Hecker, Kahn et surtout Kraepelin.

Le pire est de contester et critiquer sans avoir en main la totalité de l’histoire ou du problème ni l’expertise du domaine de la bipolarité. Un observateur profane a toutes les raisons de constater que "la bipolarité est aujourd’hui exagérée; on voit des bipolaires partout ".

Si c’est vrai, cette approche ne devrait pas survivre avec l’épreuve du temps, avec l’opinion des patients concernés et surtout nous verrons les limites de ses implications pratiques.
La question à poser : Est-ce que cette hypothèse est-elle capable d’améliorer la santé de nos patients ?
C’est la bonne question : les autres ne sont qu’éphémères, déranger des experts ou des universitaires, pourquoi pas ! Depuis le début, la cyclothymie n’a jamais été défendue par eux : il a fallu toujours des "ET" (extraterrestres ou mieux des EU, extra-universitaires), des psychiatres atypiques, enthousiastes et militants, pour garder le flambeau de la cyclothymie et nourrir son développement et surtout prendre de grands risques pour faire sa publicité.

La mosaïque bipolaire
 


30/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek