Le Baclofène, médicament miracle contre l'alcool n’est plus hors la loi

 

Dépendance à l’alcool : Le Baclofène n’est plus hors la loi

Dépendance à l’alcool : Le Baclofène n’est plus hors la loi

La dépendance à l’alcool peut enfin être soignée officiellement en France avec le Baclofène, ce médicament que le Dr Olivier Ameisen avait expérimenté avec succès sur lui-même dans cette indication. C’est une véritable première qui voit le combat de patients et de médecins être reconnu officiellement par l’AFSSAPS pour le nouvel usage d’un médicament.

Baclofène et dépendance à l’alcool : « Le dernier verre »

Souvenez-vous : la parution du livre du Dr Olivier Ameisen, "Le dernier verre", avait fait beaucoup parler d’elle en 2008 (Edition Denoël). Ce cardiologue courageux, victime d’une dépendance à l’alcool terrible, avait testé sur lui le Baclofène avec succès. Une fois guéri, il a publié plusieurs papiers scientifiques et ce livre, parutions qui lui valurent notamment de perdre son job de Professeur en cardiologie dans un hôpital américain. Du coup Olivier Ameisen s’engagea à fond dans ce nouveau combat : ne plus laisser les alcooliques seuls dans leur détresse, les considérer comme les victimes d’une dépendance à l’alcool, dépendance pour laquelle un médicament, le Baclofène, doit être essayé car il est souvent très efficace.

Le Baclofène : un combat collectif

Avec cette nouvelle démarche et ce médicament, l’alcoolisme devient une maladie comme une autre, la dépendance à l’alcool, avec une composante génétique probable et enfin un traitement de la cause disponible, le Baclofène.

Le combat du Dr Olivier Ameisen a été relayé par de nombreux patients et de nombreux médecins puisque 500 d’entre eux prescrivent à ce jour du Baclofène en France dans cette indication. Dans ce combat, il faut signaler celui du Pr Philippe Jaury qui a publié, le mois dernier, dans la revue Alcohol and Alcoholism, une étude évoquant un taux de succès de 58% avec le Baclofène.

Il faut signaler aussi l’appel en mars dernier du Pr Bernard Granger, psychiatre, chef de service à l’hôpital Tarnier à Paris, qui dans une lettre ouverte à l’AFSSAPS affirmait : « Il y a un moment où vos procédures doivent céder le pas à votre éthique de médecin. Des dizaines de malades meurent tous les mois parce que la prescription de Baclofène est découragée par vos services." (Le Pr Granger est également auteur du blog "La saga du Baclofène" sur books.fr).

Maladie alcoolique : 45000 décès par an

Car la maladie alcoolique tue beaucoup de gens, soit 45.000 personnes par an ou 3750 personnes par mois. Une véritable hécatombe face à laquelle la médecine était plutôt impuissante à ce jour, les patients souffrant beaucoup, rechutant souvent, et déprimant toujours.

L’arrivée du Baclofène a donc ouvert un véritable espoir, mais peu de patients purent vraiment en bénéficier car seuls 500 médecins en France ont osé le prescrire en l’absence d’avis favorable de l’AFSSAPS. Rappelons que l’AFSSAPS ou Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, est l’organisme qui autorise ou pas les indications des médicaments en France. D’où l’importance de ce nouvel avis de l’AFSSAPS qui constate que « de nouvelles données observationnelles montrent des bénéfices cliniques chez certains patients. » Et que « les données de pharmacovigilance sont très limitées mais ne remettent pas en cause la poursuite de ce type de traitement. » La position de l’AFSSAPS doit donc être saluée comme s’inscrivant dans une démarche de vérité au service des patients.

Les conséquences de cet avis sont très importantes :

  • Les médecins qui prescrivent du Baclofène dans la dépendance à l’alcool ne sont plus « hors la loi ».
  • Les patients déjà sous Baclofène vont pouvoir continuer leur traitement plus sereinement et notamment se faire délivrer leur médicament dans toutes les pharmacies.
  • Les patients pourront demander à leurs médecins traitants une telle prescription, ou, à défaut, leur demander de leur indiquer un confrère pouvant la leur faire.

Si vous voulez en savoir plus sur le Baclofène, je ne saurais que vous conseiller de lire le livre du Dr Olivier Ameisen : « Le dernier verre ». Vous découvrirez une histoire passionnante et courageuse.

(Source : Actualité de l’AFSSAPS du 24 avril 2012 - www.afssaps.fr.)

Article publié par Dr Philippe Presles le 30/04/2012

Ce billet fait partie du blog de Dr Philippe Presles, Le blog de la Rédaction



27/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek