Le rêve télépathique. Avancées expérimentales et cliniques - Partie 2

Implications psychiatriques

Lorsqu’un individu, en raison de facteurs psychologiques ou émotionnels limitants, échoue à garder le sentiment de sa participation effective à l’ici et maintenant, il peut arriver que des effets psi se produisent. Mon expérience m’a montré que des patients fragiles et vulnérables du point de vue de leur emprise sur la réalité avaient assez fréquemment des expériences paranormales étonnantes. En 1949, j’écrivais :

... Des individus très malades, sur le point de basculer dans la psychose, mais qui n’y sont pas encore entrés, montrent une habilité psi remarquable au cours de l’analyse... Une fois que la psychose ou la perte totale de relation effective avec l’entourage est installée, les phénomènes psi n’ont plus rien d’exceptionnel, non plus qu’en situation clinique, en tout cas si j’en crois mon expérience de praticien. De façon logique, les psychotiques, dans le cadre de leurs fantaisies, font montre d’une prétention élaborée quant à leurs aptitudes psi, parfois presque ouvertement, parfois d’une manière plus discrète (Ullman 1949).

A la lumière de ce message, les facultés paranormales apparaissent comme une ultime tentative de connectivité lorsque les facteurs de personnalité interfèrent avec un contact plus effectif. Une fois que l’individu a repris ses tentatives de sauvegarder son sens relationnel, les fantasmes reprennent leur place, et il se produit des illusions de télépathie plus que des aptitudes réelles et démontrables à la télépathie. A un niveau concret, les gains techniques et instrumentaux sont réels, lorsqu’il y a reconnaissance explicite de l’hypothèse télépathique et de son application thérapeutique possible. Quiconque un tant soi peu sensible à de telles manifestations serait en position de reconnaître et traiter des difficultés surgissant dans un contre-transfert relativement rapidement et franchement. Les travaux de Jourard (1971) montrent que l’ouverture personnelle est un élément fondamental favorisant l’ouverture chez les autres. Les manifestations psi font qu’il est possible de s’engager à un haut niveau d’ouverture mutuelle lorsqu’une telle ouverture se produit dans le cadre d’une situation thérapeutique. Les résultats de Eisenbud sont particulièrement intéressants à l’égard du sentiment de liberté qu’il a ressenti en exprimant son propre intérêt pour la télépathie et pour la façon dont cet intérêt influençait la dynamique du transfert non seulement avec le patient (télépathie à deux*) mais parfois également avec un troisième patient (télépathie à trois) (Eisenbud 1970).

Après une période quelque peu léthargique du point de vue de l’intérêt porté par la psychanalyse au rêve télépathique, une récente publication fait état de plusieurs formes de collusion entre l’inconscient du patient et l’inconscient de l’analyste, qui équivaudrait parfois à de prétendus échanges télépathiques (Bass 2001). L’auteur attire l’attention sur le lien qu’il y aurait à faire avec deux concepts de base de la mécanique quantique. Le premier est que les observations faites au niveau quantique sont, d’une façon qui reste encore mal comprise, dépendantes d’arrangements qui se produisent au cours de l’observation. On ne peut objectivement séparer l’observateur de ce qui est observé. Le second concerne la relation possible entre le transfert télépathique et le fait aujourd’hui avéré de la non localité. Lorsque deux particules atomiques sont « enchevêtrées » puis séparées, elles subissent des changements simultanés et correspondants, dès lors qu’une caractéristique de l’une, par exemple, le spin**, est altérée. Or, aucune force connue n’est capable de réaliser cela spontanément (7).

Il existe également un autre aspect du travail sur la télépathie, peut-être quelque peu marginal, mais néanmoins important. Ceux d’entre nous qui se sont publiquement prononcés en faveur de la réalité des événements psi savent qu’il existe énormément de gens ayant eu des rêves télépathiques, paraissant à la fois authentiques et significatifs par rapport aux événements concomitants de leurs vies, et que ces rêves les ont laissés dans un tel état de confusion qu’ils en sont arrivés à se poser des questions sur leur propre état de santé. Partager de tels rêves avec l’entourage revient à prendre certains risques. En général, les gens ne se vantent pas de ce genre d’expériences. J’ai connu des situations où la détresse était telle que l’individu recherchait une aide psychologique, mais se trouvait confronté à l’incompétence de son praticien à discerner ou à prendre en considération la différence qu’il y a entre une expérience authentiquement télépathique et la prétention à de véritables pouvoirs télépathiques en tant que symptôme de la schizophrénie (noté comme tel au nombre des critères de diagnostic de la schizophrénie de l’American Psychiatric Association, DSM III). Prisonniers de cette difficulté, de tels individus finissent par se rapprocher de groupes marginaux, dans la quête du soutien dont ils ont besoin. On peut penser qu’une meilleure connaissance et une plus grande compréhension de la partie du travail thérapeutique ressortissant à la réalité psi sauvera peut-être un jour ces personnes de la difficulté et de la détresse où les plonge leur quête inaboutie, ce qui ne pourrait dans le même temps qu’élargir les horizons de la profession elle-même.

* En français dans le texte (NdT) ** Degré de liberté interne (NdT)

Notes

1. Psi est le terme utilisé pour désigner les principaux domaines de la recherche parapsychologique, que sont la télépathie, la clairvoyance, la connaissance anticipée ou précognition, et la psychokinésie.

2. Voir compte rendu détaillé in Ullman (1993, 1994 a & b, 1995).

3. Jung désigne sous ce terme l’ensemble des occurrences simultanées, significatives et acausales, qui relient, par le sens qu’elles portent, les événements extérieurs à la vie intérieure des individus.

4. Jung s’est montré intéressé par les phénomènes paranormaux très tôt et pendant très longtemps.

5. Voir l’étude complète dans Ullman et al. (1989)

6. Les exemples 1, 2 et 3 sont extraits des études déjà mentionnées.

7. Pour la pertinence des concepts de la physique quantique tels que la complémentarité, le principe d’incertitude, la relation de l’observateur avec ce qu’il observe, et la non-localité

* En français dans le texte (Ndt). ** Degré de liberté interne (NdT).

Bibliographie

Bass, A. (2001). It takes one to know one. Psychoanalytic Dialogues, 11 : 683-701.

Bohm, D. (1987). Wholeness and the Implicate Order. London : Routledge & Kegan Paul.

Child, I. L. (1985). Psychology and anomalous observation : The question of ESP in dreams. American Psychologist, 40 : 1219-1220.

Dewan, E. M. (1969). The Programming (P) Hypothesis for REMs, Res. Rep., Air Force. Bedford, Mass. : Cambridge Research Laboratories.

Ehrenwald, J. (1955). New Dimensions of Deep Analysis. New York : Grune & Stratton.

Eisenbud, J. (1970). Psi and Psychoanalysis. New York : Grune & Stratton.

Eriksen, C. W. (1958). Unconscious processes. In : M. R. Jones (Ed.), Nebraska Symposium on Motivation (p. 169). Lincoln : University of Nebraska Press.

Evans, C. R. (1967a). Fragmentation phenomena associated with binocular stabilization. British Journal of Physiol. Optics, 24 : 242-248.

Evans, C. R. (1967b). Further studies of pattern perception and a stabilised retinal image : The use of prolonged after-images to achieve perfect stabilisation. British Journal of Psychology, 58 : 315-327.

Freud, S. (1963). Sigmund Freud : Studies in Parapsychology, P. Rief (Ed.).New York : Collier Books.

Jourard, S. M. (1971). Self-disclosure, an Experimental Analysis of the Transparent Self. New York : Wiley.

Klein, G. S. (1959). Consciousness in psychoanalytic theory : Some implications for current research in perception. Journal of the American Psychoanalytical Association, 7 : 5-34.

Myers, F. W. H. (1903). Personality and its Survival of Bodily Death. London : Longmans, Green.

Servadio, E. A. (1956). Transference and thought transference. International Journal of Psychoanalysis, 37 : 392-395.

Sinclair, U. (1930). Mental Radio. New York : Albert and Charles Boni.

Stekel, W. (1921). Der Telepatische Traum. Berlin : JohannesBaum Verlag.

Tolaas, J. (1986). Vigilance theory and psi. Part I : Ethological and phylogenetic aspects. The Journal of the American Society for Psychical Research, 80 : 357-391.

Ullman, M. (1949). On the nature of psi processes. Journal of Parapsychology, 13 : 59-62.

Ullman, M. (1966). An experimental study of the telepathic dream. Corrective Psychiat. Journal Soc. Therapy, 12 : 115-139.

Ullman, M. (1973). A theory of vigilance and dreaming. In : V. Zikmund (Ed.), The Oculomotor System and Brain Function (pp. 452-456). London : Butterworths.

Ullman, M. (1980). Parapsychology. In : H. I. Kaplan, A. M. Freedman & B. J. Saddock (Eds.), Comprehensive Textbook of Psychiatry (3rd edn). Baltimore : Williams and Wilkins.

Ullman, M. (1986). Vigilance theory and psi. Part II : Physiological, psychological and parapsychological aspects. The Journal of the American Society for Psychical Research, 80 : 375-391.

Ullman, M. (1987). Wholeness and dreaming. In : B. S. Hiley & F. David Peat (Eds.), Quantum Implications. London : Routledge & Kegan Paul.

Ullman, M. (1993). The Bindelof story, Part I. Exceptional Human Experiences, 11 : 17-28.

Ullman, M. (1994a). The Bindelof story, Part II. Exceptional Human Experiences, 12 : 2531.

Ullman, M. (1994b). The Bindelof story, Part III. Exceptional Human Experiences, 12 : 208-221.

Ullman, M. (1995). The Bindelof story, Part IV. Exceptional Human Experiences, 13 : 1-12.

Ullman, M. (1999). Dreaming consciousness : More than a bit player in the search for answers to the mind/body problem. Journal of Scientific Exploration, 13 : 91-112.

Ullman, M., Krippner, S., & Felstein, S. (1 ?66). Experimentally induced telepathic dreams : Two studies using EEG-REM monitoring technique. International Journal of Neuropsychiatry, 24 : 420-437.

Ullman, M., & Krippner, S. (1969). A laboratory approach to the nocturnal dimension of paranormal experience : Report of a confirmatory study using the REM monitoring technique. Biological Psychiatry, 2 : 259-270.

Ullman, M., & Krippner, S. (1970). Telepathy and dreams : A controlled experiment with EEG-REM monitoring. Journal of Nervous and Mental Disorders, 151 : 394-403.

Ullman, M., Krippner, S., & Vaughan, A. (1989). Dream Telepathy : Experiments in Nocturnal ESP (2nd edn). Jefferson, N.C. : McFarland.

Warcollier, R. (1938). Experiments in Telepathy. New York : Harper and Brothers.

***

L’IMI remercie Montague Ullman pour son aimable autorisation de traduction et de publication de cet article.

From : Psychoanalysis and the Paranormal : Lands of Darkness - Edited by Nick Totton. February 2003. Karnac Books La psychanalyse et le paranormal : terres de l’ombre. Ed. Nick Totton, 2003, Karnac Books

Pour en savoir plus :

Traduction de Sandrine Lamotte

Mots clés associés à cet article : Parapsychologie expérimentale | Psi réceptif | Télépathie |



08/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek