Le travail des enfants dans la Fédération de Russie

 

Le travail des enfants
dans la Fédération de Russie




La Fédération de Russie a connu au cours de la dernière décennie des transformations politiques, économiques et sociales très importantes. Cette transition se caractérise par une augmentation importante de la pauvreté des familles. En 2000, le Goskomstat (Comité d’Etat à la Statistique de Russie) estimait que 48% des enfants (0-16 ans) vivaient dans la pauvreté, soit 10 points de plus que les adultes. Cet écart d’environ 10 points est stable depuis plusieurs années, malgré des évolutions du pourcentage global de personnes considérées comme « pauvres ». Bien sûr, ces chiffres  restent toujours sujets à discussion même s'ils sont plus ou moins corroborés par les ONG (Organisations Non-Gouvernementales). L'une des premières conséquences de cette pauvreté est d'avoir jeté un nombre important d'enfants dans la rue.
Ils sont estimés entre 100 à 200 mille enfants, et jusqu’à 2 millions d’enfants selon certaines ONG. Selon le Ministère de l’Intérieur Russe, ils seraient 150 000. On les rencontre fréquemment dans les grandes villes, et autour des gares. Dans ce pays gangrené par les réseaux souterrains, " le travail des enfants est étroitement lié à la mafia ", souligne le Bureau international du travail (BIT). La loi Russe interdit le travail des enfants. Mais, pour survivre, beaucoup d'enfants des rues travaillent en mettant en danger leur vie et leur santé, leur développement physique et moral. Les garçons s'emploient comme porteurs, éboueurs, laveurs de voitures alors que les filles sont vouées à l'exploitation sexuelle. Les enfants doivent fournir de gros efforts physiques quand ils travaillent pour un employeur et subir toutes sortes de chantages quand ils sont aux mains de la mafia.
Chaque jour des milliers de familles émigrent vers les grandes villes pour tenter de survivre. D'autres restent à la maison, mais travaille dans la rue pour soutenir
leurs parents. Ainsi les enfants s'engagent dans une  multitude d'activités : petit commerce, mendicité par le chant avec ou sans instrument de musique, laver des pare-brise de voiture aux carrefours,  certains se livrent à la prostitution tandis qu'on peut en trouver d'autres dans les lupanars. Dans certains secteurs, les enfants doivent rivaliser avec les adultes pour trouver un emploi. C'est notamment le cas dans le secteur de la vente de rue (par exemple la drogue).
Le Gouvernement de la Fédération de Russie a estimé que près d'un million d'enfants travaillent dans le pays. L'OIT a estimé que 16 000 d'entre eux travaillent à
Saint-Pétersbourg et 50 000 à Moscou.



Rappel de la réglementation

Age minimum : 16 ans (14 ans est toléré sous certaines conditions)
Durée maximum de travail : pas de dispositions particulières sauf pour ceux qui poursuivent des études
Travail de nuit : pas de données
Repos hebdomadaires : pas de données
Repos quotidiens : pas de données
Temps de pause par jour : pas de données


pour imprimer : cliquer !

Copyright © 1999-2006
Reproduction autorisée avec la mention :
"diffusé sur le site de Jean-Charles Champagnat : www.droitsenfant.com"Retour



06/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek