Le trouble de personnalité limite souvent diagnostiqué comme trouble bipolaire

 

 

Le trouble de personnalité limite souvent diagnostiqué comme trouble bipolaire

 

 

 

 

                               
       
Il y a un an, une étude de l'Université Brown (É.U.) montrait que moins de la moitié  des personnes ayant reçu un diagnostic de  trouble bipolaire (aussi appelé  maniaco-dépression ou psychose maniaco-dépressive) recevait une confirmation de ce  diagnostic lorsqu'une évaluation rigoureuse était réalisée avec un outil d'entrevue  clinique (1). Dans une deuxième phase de cette étude, publiée dans le  Journal of Clinical Psychiatry, Mark Zimmerman et ses collègues ont déterminé les  diagnostics exacts de ces personnes. 

Le diagnostic le plus fréquent chez 82 personnes ayant reçu erronément un  diagnostic de trouble bipolaire était  le trouble de la personnalité limite (ou borderline).    


  
    
                    D'autres diagnostics retrouvés chez les personnes ayant reçu un diagnostic erroné de  trouble bipolaire étaient la dépression majeure, le trouble du contrôle des impulsions, le trouble de personnalité antisociale, l' état de stress post-traumatique et les troubles alimentaires

Un quart des personnes ayant reçu un diagnostic erroné de trouble bipolaire  rencontraient les critères du trouble de personnalité limite. Alors  que 40% des personnes recevant un diagnostic de trouble de la personnalité limite de  la part des chercheurs avaient précédemment reçu un diagnostic erroné de trouble  bipolaire. 

"Nous faisons l'hypothèse que chez les patients présentant une instabilité de l'humeur, les médecins sont enclins à diagnostiquer un trouble potentiellement sensible aux médicaments tel que le trouble bipolaire plutôt qu'un trouble comme le trouble de personnalité borderline qui répond moins aux médicaments", écrivent Zimmerman et ses collègues. 

Le surdiagnostic du trouble bipolaire peut entraîner une exposition non nécessaire à de sérieux effets secondaires des médicaments, dont des effets sur les fonctions rénale, endocrine, hépatique, immunologique et métabolique, disent-ils. 

"Parce que de plus en plus de données établissent l'efficacité de certaines formes de psychothérapie pour le trouble de personnalité limite, surdiagnostiquer le trouble bipolaire chez des personnes présentant plutôt un trouble de personnalité limite peut empêcher de recommander la forme la plus appropriée de traitement", concluent-ils. 

(1) En utilisant le Structured Clinical Interview for DSM-IV (SCID). 

Psychomédia avec source:
Science Daily


04/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek