Le trouble de personnalité limite, une maladie neuropsychologique qui se précise

 

Le trouble de personnalité limite, une maladie neuropsychologique qui se précise

Chez les personnes souffrant du trouble de personnalité limite (TPL), aussi appelé trouble de la personnalité borderline, il y a des différences de densité dans la matière grise (constituée par les cellules nerveuses et leurs connexions) de deux régions clés du circuit de régulation des émotions. Ces différences se reflètent par des anomalies dans le fonctionnement de ces régions.

Les personnes souffrant de TPL ont un excès de matière grise dans l'amygdale, une structure du cerveau liée à la peur et à l'anxiété. Cette région est sur-activée en réponse à certains stimuli perçus comme menaçants.
 
À l'inverse, une région qui régule l'amygdale, le cortex cingulaire antérieur situé à l'avant du cerveau, présente une déficience en cellules nerveuses et est sous-active. Cette région échoue à jouer son rôle qui serait normalement de mettre un frein à l'emballement de la réponse de peur, expliquent les chercheurs (1).

Des altérations similaires dans les mêmes circuits ont été associées à la dépression et aux troubles anxieux, indiquant que le TPL peut partager des mécanismes communs avec ces troubles qui ont traditionnellement été abordés par la lorgnette de la biologie. Rappelons que les troubles de la personnalité ne sont traditionnellement pas considérés comme reliés à des problèmes organiques du cerveau.

Les chercheurs ont mené cette recherche avec 12 adultes ayant un diagnostic de TPL et 12 personnes en santé. Leurs réactions cérébrales à des images montrant des figures exprimant la peur, la colère ou aucune émotion étaient comparées.

En réponse aux figures exprimant la peur, l'activité de l'amygdale était anormalement élevée chez les participants ayant le TPL alors que celle du cortex cingulaire antérieur était anormalement faible. Normalement, l'activité de cette dernière région aurait dû augmenter afin de tempérer celle de l'amygdale, ce qui suggère une faible régulation des émotions dans le circuit.

Afin de vérifier si cette différence d'activité reflétait une différence anatomique, les chercheurs ont utilisé une technologie permettant de comparer la quantité de matière grise dans ces régions. La densité des cellules nerveuses était plus grande dans certaines parties de l'amygdale et plus faible dans le cortex cingulaire chez les personnes ayant le trouble de personnalité limite.

Des recherches antérieures ont lié les anomalies de fonctionnement de ces régions à la sérotonine, un neurotransmetteur qui joue un rôle dans la régulation de l'humeur.

(1) Michael Minzenberg, Antonia S. New, Larry J. Siever. Les résultats de leurs travaux ont été rapportés dans le Journal of Psychiatric Research et la revue Psychiatric Research Neuroimaging.

Psychomédia avec source:
National Institute of Mental Health (États-Unis), Science Update


22/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek