Liste des Paraphilies

 

La Paraphilie

Posté le 27.05.2007 par lavoixdelaphilosophienaturelle

La paraphilie est un terme en usage dans les milieux psychiatriques aux États-Unis, qui désigne toute conduite sexuelle déviante par rapport au monopole d'une l'hétérosexualité puritaine. Le terme de paraphilie peut donc désigner, suivant qu'on l'emploie dans le sens fort ou faible, soit toute pratique sexuelle différente de l'acte sexuel hétérosexuel le plus classique (la pénétration du pénis dans le vagin), ce qui rend sa pertinence clinique inopérante, soit l'ensemble plus restreint de ce qu'on aurait coutume d'appeler des perversions.

Si la seule attirance ou le fantasme paraphilique n'est généralement pas condamnable dans les sociétés modernes, surtout en occident, les actes que peuvent induire certaines paraphilies sont souvent réprimés par la loi.


Liste de paraphilies
Parmi les paraphilies les plus répandues, on peut citer :

l'exhibitionnisme, c'est-à-dire le fait d'obtenir du plaisir sexuel en se montrant (surtout en public), notamment en exhibant ses organes génitaux ou en se montrant lors d'une relation sexuelle, généralement illégale dans les lieux publics non prévus à cet effet ;
la pédérastie et plus généralement l'éphébophilie, c’est-à-dire l'attirance sexuelle pour les adolescents, dont la légalité de l'acte dépend de l'âge de la majorité sexuelle ;
le voyeurisme, c'est-à-dire le fait d'obtenir du plaisir sexuel en observant d'autres personnes, notamment dans leurs relations intimes, généralement illégale lorsque ces autres personnes sont observées à leur insu dans un lieu privé ;
l'homosexualité, c’est-à-dire l'attirance sexuelle pour un individu du même sexe ;était considéré jusqu'en 1973 comme paraphilie par la DSM
Certaines paraphilies font référence à l'autorité, la douleur ou à l'humiliation :

le sadisme est le fait d'obtenir du plaisir en infligeant de la douleur ou des humiliations.
le masochisme est le fait d'obtenir du plaisir en subissant de la douleur ou des humiliations ;
le sado-masochisme (S.M.)
le bondage, ou la pratique consistant à empêcher un partenaire de se mouvoir, à l'entraver, l'attacher au moyen de chaines, de sangles ou de cordes dans des positions simples ou complexes ;
l' auto-bondage, ou la pratique du bondage sans partenaire ;
la scatophilie, ou l'attirance sexuelle pour les excréments, ou pour les actes d'excrétion ;
les douches (douches dorées), pratique sexuelle qui consiste à asperger son partenaire de ses liquides corporels (voir urophilie) ;
l'urophilie ou ondinisme, ou l'attirance sexuelle pour l'urine ou pour la miction ;
les crachats, une pratique d'humiliation et de fétichisme ;
l'émétophilie, ou l'attirance sexuelle pour le vomi ;
l'hygrophilie (comprenant la nasomycinophilie, la dacryphilie, la salirophilie, l'urophilie, la coprophilie, ...), ou l'attirance pour les sécrétions corporelles humides, gluantes ou visqueuses ;
Citons encore :

l'acomoclitisme, ou l'attirance sexuelle pour les pubis rasés ;
l'acrotomophilie, ou l'excitation par l'idée d'avoir des relations sexuelles avec une personne amputée ;
l'acupression, ou la stimulation par pression directe des doigts de certains centres nerveux correspondant généralement aux points définis par l'acupuncture ;
l'anisonogamie: voir chronophilie;
L'autonepiophilie est l'attirance sexuelle pour les couches-culottes et par le désir d'être traité comme un enfant.
l'axilisme, ou l'attirance sexuelle pour les aisselles ;
le bouboupisme, ou le pincement des tétons du partenaire ou de soi-même.
la chronophilie, ou l'attirance pour un partenaire d'âge complètement différent
le coït intercrural, ou l'excitation ressentie en insérant le pénis entre les cuisses du partenaire ;
la cryophilie, excitation due au froid ;
l'échangisme, ou la sexualité de groupe avec échange de partenaire ;
l'exobiophilie, ou l'attirance pour les extraterrestres;
le fétichisme sexuel, c'est-à-dire l'attirance sexuelle pour certains objets ou catégories d'objets ou sa variante le fétichisme gay de l'uniforme;
le fist-fucking, ou l'insertion de la main ou du poing fermé dans le vagin ou l'anus ;
le frottement (ou pelotage), l'acte de se frotter contre le corps de quelqu'un ou contre un objet à des fins érotiques ;
la gérontophilie, c'est-à-dire l'attirance sexuelle pour les personnes âgées ;
le godivisme, pulsion conduisant à s'exhiber à cheval. Par extension, amateur/voyeur de cavalières nues (le mot est construit en référence à la légende de Lady Godiva). L'exhibition à bicyclette peut être considérée comme une forme de godivisme ;
l'harpaxophilie, ou l'excitation sexuelle à l'idée d'un vol ;
la hiérophilie, ou l'attirance érotique vers les choses sacrées ;
l'infantilisme, ou l'excitation ressentie en jouant le rôle d'un enfant ou d'un bébé ;
la klysmaphilie, ou l'attirance sexuelle pour les lavements ;
la lactophilie, ou l'attirance sexuelle pour les femmes allaitantes ;
la lictiophilie, excitation sexuelle provoquée par l'action de lécher une personne ;
la maïeusophilie, ou l'attirance sexuelle pour les femmes enceintes ;
le mélangisme, ou la sexualité de groupe sans échange de partenaire ;
la nanophilie, ou l'attirance sexuelle pour les gens de petite taille ;
la nécrophilie, ou l'attirance sexuelle pour les cadavres ;
la nécrodendrophilie, ou l'attirance sexuelle pour les arbres morts ;
l'oracolophilie, ou l'attirance sexuelle pour les oreilles ;
la pédiophilie, ou l'attirance pour les poupées, les ours en peluche, les jouets zoomorphes ou anthropomorphes ;
la pédophilie, c'est-à-dire l'attirance sexuelle pour les enfants ;
la podiaphilie : ou le fétichisme des tabliers de femme (et par extension des tenues de soubrettes). Très souvent couplé avec une passion immodérée pour les amours ancillaires.
la podophilie, ou le fétichisme du pied ;
la pygmalionisme, ou le fétichisme des statues ;
la schoïnopentaxophile, ou l'attirance pour les cordes de pendus ;
la scopophilie, ou l'attirance fortement marquée pour tous les spectacles sexuels : en support média (revues, cinéma, vidéo, internet, …) ou en réel (strip-tease, peep-show, …) ; le scopophile ne cherche pas à se cacher ni à surprendre et se distingue en cela du voyeur ;
la sidérodromophilie, ou l'excitation sexuelle procurée par les trains ; ce fantasme conjugue plusieurs facteurs : l'intimité du compartiment et sa promiscuité obligée, l'exhibitionnisme sans risque du train passant devant les habitations mais aussi les trépidations du train ; de nombreux récits érotiques ont le train pour cadre (notamment les toilettes des trains) ;
la sitophilie, ou l'utilisation de la nourriture à des fins sexuelles ;
la somnophilie, excitation érotique provoquée par une personne qui dort, attirance sexuelle pour cette personne ;
la spermophilie, attirance sexuelle du sperme (et par extension de sa manipulation et de son ingestion). ;
la tératophilie, ou l'art de l'amour avec des êtres socialement considérés comme difformes, monstrueux, voire inhumains ;
la trichophilie, ou l'excitation sexuelle par les poils, les cheveux ;
la trimammophilie, ou le fantasme de la femme à trois seins ;
le vampirisme, ou excitation sexuelle provoquée à l'idée de sucer le sang de son/sa partenaire (ou vice versa) pendant l'acte sexuel.
la zoophilie, c'est-à-dire l'attirance sexuelle pour les animaux, dont l'acte n'est pas systématiquement illégal en fonction des pays.
la zoo-necrophilie, c'est à dire avoir une attirance sexuelle pour les animaux morts.


02/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek