Nouveaux diagnostics psychiatriques du DSM-5: restera-t-il des gens normaux? s'inquiètent des experts

 

 

Nouveaux diagnostics psychiatriques du DSM-5: restera-t-il des gens normaux?  s'inquiètent des experts

 

                               
       
Des experts britanniques en santé mentale ont mis en garde mardi, dans une conférence de presse, contre les conséquences négatives potentielles de l'ajout de plusieurs nouveaux diagnostics dans la nouvelle édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), le principal manuel de référence utilisé internationalement, qui est actuellement en cours de révision pour publication en 2013. Presque tout le monde pourrait, avec le DSM-5, se voir attribuer une étiquette de trouble mental, disent-ils.

Ils ont aussi publié un commentaire exprimant leur inquiétude dans un numéro spécial du Journal of Mental Health. Une dizaine d'articles d'autres experts s'inquiètent également des changements proposés dans la nouvelle édition du DSM.    


  
    
                    Le DSM est publié par l'American Psychiatric Association (APA). Les diagnostics reconnus et définis dans ce manuel sont notamment déterminants pour la prescription de médicaments et leur remboursement par les compagnies d'assurance. 

Avec les nouveaux diagnostics ajoutés, tels que par exemples la «dépression anxieuse légère», le «syndrome de risque de psychose» et le «trouble de dérèglement de humeur», beaucoup de personnes auparavant considérées comme parfaitement saines, disent-ils, pourraient à l'avenir se faire dire qu'elles sont malades. "La nouvelle édition du manuel réduit la piscine de ce qui est normal à une flaque d'eau", a déclaré Til Wykes du King's College London.

Wykes et ses collègues Felicity Callard, également du King's College London, et Nick Craddock de l'Université Cardiff disent que plusieurs dans la communauté psychiatrique s'inquiètent de l'élargissement des diagnostics. "(...) avec l'ajout de tant de nouveaux troubles, (...) cela peut conduire à la conviction que beaucoup d'entre nous ont "besoin" de médicaments pour traiter leurs «conditions», et beaucoup de ces médicaments auront des effets secondaires désagréables ou dangereux".

Le diagnostic de "syndrome de risque de psychose" est particulièrement inquiétant, considèrent-ils, puisqu'il peut étiqueter à tort des jeunes qui peuvent n'avoir qu'un faible risque de développer une maladie. "C'est un peu comme dire à 10 personnes ayant un rhume ordinaire qu'ils sont « à risque pour le syndrome de pneumonie » quand une seule est susceptible de développer la maladie», dit Wykes. "Imaginez une jeune personne se faisant dire qu'elle est à risque de développer une maladie mentale ...", dit Felicity Callard.

Si les comportements normaux sont de plus en plus catégorisés comme maladie mentale cela crée un fardeau pour les individus, les familles et la société dans son ensemble, explique Til Wykes.

Les scientifiques ont donné les exemples, de la révision précédente (DSM-IV), qui a inclus des diagnostics et des catégories plus larges pour le trouble déficit d'attention et hyperactivité (TDAH), l'autisme et le trouble bipolaire chez les enfants. Cela, disent-ils, a contribué à trois fausses épidémies de ces conditions, particulièrement aux États-Unis. 

Des millions de personnes à travers le monde, dont de nombreux enfants, prennent des médicaments pour le TDAH, dont le Ritalin de Novartis (méthylphénidate) et d'autres médicaments similaires tels que Adderall et Vyvanse de Shire Plc. Aux États-Unis seulement, les ventes de ces médicaments étaient d'environ 4,8 milliards de dollars 2008. 


04/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek