Point G

Point G

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Appareil reproducteur de la femme avec l'emplacement du point G (g-spot en anglais).
Appareil reproducteur de la femme avec l'emplacement du point G (g-spot en anglais).

Le point de Gräfenberg ou zone de Gräfenberg, communément appelé le "point G" désigne la zone antérieure du vagin correspondant aux glandes de Skene, appelée aussi prostate féminine.

Cette zone peut être une zone érogène. Sa stimulation peut provoquer une réaction sexuelle intense accompagnée d'orgasmes chez l'être humain. Malgré de nombreuses controverses résiduelles datant du XXe siècle, l'existence du point G est maintenant bien établie par la plupart des sexologues.[1]

Le nom point G vient du nom du sexologue Ernest Gräfenberg, le premier à avoir fait une étude scientifique sur le plaisir féminin en 1950[2].

Sommaire

[masquer]

Existence [modifier]

Le point G est une zone prétendument fortement érogène sur la paroi antérieure du vagin humain. Depuis que le concept est apparu pour la première fois dans un livre populaire sur la sexualité humaine en 1982, l'existence de la tache est devenue largement admise, particulièrement par le grand public. Les preuves sont trop faibles pour soutenir la réalité du point G. Entre autres, les observations anecdotiques et les études de cas faits sur la base d'un petit nombre de sujets ne sont pas soutenues par des études anatomiques et biochimiques subséquentes. [3]

La correspondance établie entre richesse anatomique et accroissement du plaisir n'a jamais été démontrée scientifiquement. Une étude[4] menée en France sur dix femmes (ce qui ne constitue donc pas un échantillon suffisant, l'étude n'étant par ailleurs pas en double aveugle à prendre donc avec précaution) a montré que la régénération de ce tissu chez des femmes se plaignant de dysfonction sexuelle féminine (DSF) augmentait leur nombre d'orgasmes de 40 à 50 %, avec une satisfaction de 70 % des patientes.

Situation [modifier]

Le point G se situe sur la face antérieure du vagin entre 1 et 4 cm à l'intérieur. Il a la forme d'une petite boule palpable de moins d'un centimètre qui augmente de taille lors d'une stimulation. Sans influence sur la qualité des sensations, la grosseur de cette zone varie considérablement d'une femme à l'autre. Pour certaines, l'ensemble de la paroi antérieure serait sensible.

Chez la femme [modifier]

Le point G féminin ou point de Gräfenberg est une zone située dans la paroi antérieure du vagin à 1 - 4 cm de profondeur.

Cette zone a la capacité de réagir en se gonflant quand elle est stimulée avec un doigt ou avec le pénis. La stimulation de cette zone peut provoquer des sensations intenses et favoriser la montée de l'excitation sexuelle.

Certaines positions sexuelles permettent une stimulation directe de cette zone en particulier si l'homme est derrière la femme lors du coït ou si, dans la position du missionnaire, elle pose ses jambes sur ses épaules. L'attention et le savoir-faire du partenaire sont cependant plus déterminants qu'une position particulière. Chez certaines femmes, la stimulation de ce point G conduit au cours de l'orgasme à des éjaculations féminines.[5].

Le point G est plus ou moins individualisé selon les femmes. Pour certaines, c'est la paroi antérieure dans son ensemble qui est sensible. Pour une minorité il semblerait que la paroi postérieure du vagin soit également réceptive aux stimulations.

Toutefois, beaucoup de femmes sont incapables de définir de manière précise ce qui provoque, pour elles, des émotions intenses.

Chez l’homme [modifier]

Aucune étude médicale n'a été réalisée à ce sujet, cependant, par analogie avec la zone prostatique féminine équivalente, il est de plus en plus courant de nommer la zone de la prostate masculine accessible au toucher « point G masculin ». Il est situé près de l’urètre et de la prostate, à l’intérieur du rectum, sur la paroi antérieure, celle qui sépare le corps de la verge de l’anus. Il est accessible en passant par l'anus.

Les études des sexologues démontrent que la stimulation de cette zone peut apporter une certaine forme d'orgasme.[6].

Anatomie [modifier]

D'un point de vue histologique, cette zone correspond à une zone de la prostate particulièrement riche en terminaisons nerveuses sensorielles.

Bibliographie [modifier]

La notion de point G devient populaire en 1981 avec la publication aux États-Unis de The G-Spot and other discoveries about human sexuality, d'Alice Ladas, Beverly Whipple, et John Perry. Shere Hite en parle dans la préface de son rapport : The Hite Report: A Nationwide Study on Female Sexuality.

Une bande dessinée, L'amour propre ne le reste jamais très longtemps de Martin Veyron, met en scène les aventures d'un homme à la découverte du point G féminin.

Notes et références [modifier]

Lien externe [modifier]


Système reproducteur
Féminin
Vulve (grandes lèvres, petites lèvres, clitoris) | Glandes de Bartholin | Hymen | Vagin | Utérus (dont le  col) | Trompes de Fallope | Ovaires| Urètre | Glandes de Skene | Point G |
Masculin
Scrotum | Testicules | Épididymes | Cordons spermatiques | Canaux déférents | Vésicules séminales | Canaux éjaculateurs | Urètre | Prostate | Glandes de Cowper | Pénis (dont glandfrenulumprépuce)



30/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek