Protocole d'études du Paranormal : le Ganzfeld

Ganzfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Ganzfeld (champ sensoriel uniforme) est le protocole le plus utilisé en parapsychologie à l’heure actuelle pour étudier les perceptions extra-sensorielles, et plus particulièrement la télépathie. Il a notamment été développé par les parapsychologues Charles Honorton et Robert Morris.


Sommaire

[masquer]

Description du protocole [modifier]

Le protocole se déroule de la sorte : le percipient est confortablement installé dans un fauteuil, il a les yeux fermés et porte un casque audio émettant un bruit blanc. Il décrit ce qu’il perçoit tandis qu’un agent, situé dans une autre pièce, regarde une cible (une image ou un film en général) sélectionnée aléatoirement.

Le percipient doit ensuite classer quatre cibles (la vraie cible + trois leurres) selon leurs similitudes avec ce qu’il a pu voir et ressentir lors de la session de Ganzfeld. S’il classe en première position la cible initiale, c’est un "hit", dans l’autre cas, c’est un "miss".

Le protocole est donc globalement le même que celui utilisé pour les expériences portant sur les rêves télépathiques sauf que le sujet n’est pas endormi, il est dans un état second. D’autres modifications ont été apportées, notamment au niveau des cibles qui sont pour la plupart dynamiques (des extraits de film par exemple).

Les résultats du Ganzfeld [modifier]

Au fil des années, et des critiques (notamment de sceptiques, comme Ray Hyman), le protocole a été amélioré et automatisé en vue d’éviter toute fuite sensorielle éventuelle. Les résultats du Ganzfeld sont cependant encore sujet à controverse aujourd’hui car :

- Suite aux critiques de Ray Hyman (un psychologue sceptique membre du Committee for Skeptical Inquiry), le protocole a été affiné afin d’éviter des biais potentiels. Il a été reproduit par plusieurs laboratoires et les résultats sont jugés très significatifs par ses adeptes (on obtenait alors, en moyenne, une réussite de 33,2 % au lieu des 25 % attendus, soit 1 million de milliards de chance contre 1 que ce résultat soit dû au hasard pour les 762 sessions réalisées).

- De nouvelles expériences ont ensuite été faites en modifiant le protocole initial. Dans certains cas, elles n’ont pas conduit à des statistiques significatives. Les résultats des méta-analyses (des analyses statistiques qui rassemblent un grand nombre de recherches) du Ganzfeld ont donc chuté.

- Des Ganzfelds selon la charte d’origine ont été reproduits et ont donné lieu à nouveau des résultats significatifs menant par là même à de nouvelles meta-analyses significatives. Cependant, le problème de la sélection des données pour réaliser les méta-analyses subsiste comme le souligne les récentes controverses à ce sujet.

Près de 130 Ganzfeld ont été réalisés et, chaque année, environ cinq sont conduits dans des laboratoires de parapsychologie, notamment à l’université d’Edimbourg, dans le but de faire varier différents paramètres comme la nature des cibles, l’influence du feedback, la présence d’un agent, etc.[réf. nécessaire]

Etats des lieux du débat [modifier]

  • Les sceptiques considèrent que les résultats obtenus par la méthodologie Ganzfeld sont décevants, et ne prouvent pas l'existence du Psi[1]. L'usage des méta-analyses est vivement critiquées dans ce domaine, comme étant inadéquate.

Sélection de publications [modifier]

  • Dalton, K. (1997). Exploring the Links: Creativity and Psi in the Ganzfeld, Proceedings of the 40th Parapsychological Association convention, Brighton, UK.
  • Morris, R.L., Cunningham, S., McAlpine, S. and Taylor, R. (1993). Towards replication and extension of autoganzfeld results, Proceedings of the 36th Parapsychological Association convention, Toronto, Canada.
  • Bem, Daryl J. and Honorton, Charles (1994). Does Psi Exist? Replicable Evidence for an Anomalous Process of Information Transfer, Psychological Bulletin, 115(1): 4-18
  • Milton, J. and Wiseman, R. (1999). Does Psi Exist? Lack of Replication of an Anomalous Process of Information Transfer, Psychological Bulletin, 125(4): 387-391
  • Milton, J. (1999). Should Ganzfeld Research Continue to be Crucial in the Search for a Replicable Psi Effect? Part I. Discussion Paper and Introduction to an Electronic Mail Discussion. Journal of Parapsychology, 63, 309-335.
  • Schmeidler, G.R. & Edge, H. (1999). Should Ganzfeld Research Continue to be Crucial in the Search for a Replicable Psi Effect? Part II. Edited Ganzfeld Debate. Journal of Parapsychology, 63, 335-388.
  • Bem, D.J., Palmer, J. & Broughton, R.S. (2001). Updating the Ganzfeld database: A victim of its own success? Journal of Parapsychology, 65, 207-218.
  • Storm, L. (2000). Research Note: Replicable Evidence of Psi: A Revision of Milton's (1999) Meta-analysis of the Ganzfeld Databases. Journal of Parapsychology, 64, 411-416.
  • Storm, L. & Ertel, S. (2001). Does Psi Exist? Comments on Milton and Wiseman's (1999) Meta-Analysis of Ganzfeld Research. Psychological Bulletin, 127, 424-433.
  • Milton, J. & Wiseman, R. (2001). Does Psi Exist? Reply to Storm and Ertel (2001). Psychological Bulletin, 127, 434-438.
  • Bem, D.J, Palmer, J. and Broughton, R.S. (2001). Updating the Ganzfeld database: a victim of its own success? Journal of Parapsychology, 65, 207-218.


Liens externes [modifier]

Notes et références [modifier]



08/08/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek