Psychométrie

Psychométrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La psychométrie est la science étudiant l'ensemble des techniques de mesures pratiquées en psychologie, ainsi que les techniques de validation des ces mesures. Ces techniques concernent tous les champs de la psychologie, ainsi que d'autres domaines de sciences connexes (comme la recherche en comportement du consommateur par exemple) mais elles ont été surtout développées, à l'origine, pour la mesure des performances intellectuelles (âges mentaux ou quotient intellectuel, quotients de développement dans la petite enfance, etc.) ou bien pour l'analyse des composantes de la personnalité (affectivité, émotions, relations avec les autres, etc.). Elle est la science de la mesure de l'esprit, qui devient une science en introduisant l'arithmétique et le calcul dans les phénomènes de l'esprit car son fondateur était un mathématicien.

Sommaire

[masquer]

Concepts de validation [modifier]

Fidélité [modifier]

La fidélité (reliability) d'un test concerne sa capacité à mesurer un construit de manière cohérente. En d'autres termes, il est nécessaire avant toute chose qu'un test psychologique soit cohérent avec lui-même, et que chacune de ces composantes réagisse de manière cohérente à une même réponse (par exemple, un test concernant l'humeur de quelqu'un doit montrer que les questions « je suis triste » et « je suis heureux » obtiennent des réponses inverses d'un même sujet). En pratique, la fidélité est estimée par le coefficient alpha de Cronbach. Celui-ci calcule de manière synthétique la moyenne des corrélations des réponses aux questions différentes d'un même questionnaire mesurant une même dimension. Le résultat est généralement présenté sous la forme d'un nombre entre 0 et 1, 1 représentant en théorie une cohérence entre questions qui est parfaite.

L'American Psychological Association considère un questionnaire comme acceptable quand le coefficient alpha est au dessus de 0,7. Cependant, au dessus de 0,9, en pratique, on peut commencer à avoir des doutes sur la nature de cette validité (en particulier en vérifiant que les questions mesurant le construit ne sont pas les mêmes avec l'usage de synonymes).

La Validation Externe du construit (ou "construct validity") [modifier]

Cette validation est beaucoup plus complexe que la validation interne, et elle vient après cette dernière: il s'agit de savoir dans quelle mesure le test proposé permet d'identifier de manière certaine le construit mesuré (par exemple, pour reprendre l'exemple ci-dessus, mon test est probablement capable de mesurer l'humeur, mais même si les deux questions sont inversement corrélées, il donne vraisemblablement une mesure faible (ou fausse) de la taille ou de l'intelligence des sujets, donc une faible validité externe en tant que tests de taille ou d'intelligence, mais une forte validité en tant que test de l'humeur)

Plusieurs types de validation peuvent et doivent être entrepris avant de prétendre a la validation d'un construit

Validité de contenu ou validité faciale [modifier]

Premier niveau d'une procédure de validation, elle consiste a vérifier que les questions d'un test sont en rapport avec le construit qui est censé être mesure. Par exemple, "êtes vous de bonne humeur" semble avoir une validité faciale pour un test mesurant l'humeur. En revanche "quelle taille avez vous?" ne l'a pas. Les problèmes de ce type de validation vient de sa subjectivité (mais on peut confier l'appréciation a un, voire plusieurs observateurs non-impliques dans le design du test). Il est également a noter que les tests projectifs (par exemple le test de Rorschach ou le TAT) n'ont généralement, par définition, aucune validité faciale.

Validité convergente [modifier]

Composante indispensable d'une étude de validité, la validité convergente concerne la capacité d'un test à pointer les sujets dans les catégories réalisées. Elles sont réalisées avec l'appui d'autres critères diagnostiques, notamment en psychopathologie. Par exemple, il suffit qu'un test de schizophrénie vérifie que tous les schizophrènes diagnostiqués au cours d'entretiens cliniques avec un professionnel aient un score similaire pour prouver la validité convergente dudit test.

Cependant la validité convergente, parfois confondue avec la validité du construit, ne suffit pas, et rend un test particulièrement incertain en l'absence de validité discriminante.

Validité discriminante [modifier]

La validité discriminante vérifie l'envers de la validité convergente: il s'agit de savoir si seul le construit mesure est mesure par le test. En d'autres termes, il s'agit de savoir si le test fait bien la différence entre le construit mesure et n'importe quel autre. Par exemple, un test mesurant la dimension schizophrène de la personnalité n'atteint la validité discriminante que si les schizophrènes sont les seuls à avoir un score supérieur ou inférieur a une certaine moyenne. Par exemple, si un test obtient une même réponse de tous les schizophrènes mesures, il atteint la validité convergente, mais si des personnes originales ou normales font également la même réponse, le test n'aura pas de validité discriminante.

Validité nomologique [modifier]

La validité nomologique est le dernier élément permettant de conclure a la validité externe d'un test. On atteint la validité nomologique en prouvant une corrélation entre le test a valider et un autre test, déjà valide, qui mesure un construit qui devrait théoriquement être corrélé avec le construit mesure (sans être le même construit). Par exemple, un test mesurant l'alcoolisme peut atteindre la validité nomologique si on peut prouver une corrélation statistiquement significative avec un test mesurant l'impulsivité des sujets, une relation théorique existant entre les deux construits alcoolisme et impulsivité.

Bibliographie [modifier]

Manuels et textes généraux [modifier]

  • Dickes, P., Tournois, J., Flieller, A., & Kop, J.-L. (1994). La psychométrie. Paris : Presses universitaires de France.
  • Colette Duflot : "L'expertise psychologique: Procédures et méthodes", Dunod, 1999, ISBN 210004222X

Articles universitaires [modifier]

  • Cronbach, L.J. (1951). Coefficient alpha and the internal structure of tests, Psychometrika, 16, 297-333.
  • Cronbach L.J., & Meehl, P.E. (1955). Construct Validity in Psychological Tests, Psychological Bulletin, 52, 281-302.

Voir aussi [modifier]

Liens internes [modifier]

Liens externes [modifier]



08/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek