Purification de la mémoire

Purification de la mémoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La purification de la mémoire est une démarche effectuée dans le cadre de la Repentance de l'Église catholique en l'an 2000 afin de :

Cette démarche faisait partie des souhaits du pape Jean-Paul II plusieurs années avant l'an 2000.

Des démarches préliminaires ont eu lieu :


Sommaire

[masquer]

Relation avec les Églises d'orient [modifier]

La purification de la mémoire a été évoquée par Jean-Paul II lors la visite de courtoisie à S.B. Christopoulos, archevêque d'Athènes et de toute la Grèce, le 4 mai 2000[1].

Relation entre science et foi [modifier]

Article détaillé : Relation entre science et foi.

La purification de la mémoire a été évoquée pour le Jubilé du monde de la recherche et de la science[2].

Bref rappel historique [modifier]

En 1632 et 1633 eut lieu le procès de Galilée, en raison de la publication du dialogue sur les deux grands systèmes du monde (dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo), ouvrage ouvertement procopernicien, qui enfreignait l'interdit de l'Inquisition sur les ouvrages favorables à l'héliocentrisme (1616). Galilée fut condamné à mort le 22 juin 1633, et sa peine fut immédiatement commuée en assignation à résidence par Urbain VIII.

Au XVIIIe siècle, devant la preuve optique de la trajectoire oritale de la terre, l'Église reconnut la valeur des travaux de Galée : le pape Benoît XIV fit donner l'imprimatur aux œuvres de Galilée en 1741, et leva l'index sur les œuvres ayant trait à l'héliocentrisme en 1757.

La dernière résistance se présenta dans les années 1820 : en 1820, le chanoine Settele s'apprêta à publier des éléments d'optique et d'astronomie. Après un premier refus du père Anfossi, l'auteur interjeta auprès du pape Pie VII qui accorda un avis favorable en 1822.

Après des travaux d'exégèse et d'herméneutique lancés par Léon XIII et Pie XII, les papes modernes ont tous rendu hommage au talent exceptionnel de Galilée.

L'Église reconnaît ses erreurs, et elle considère que l'on ne peut pas vraiment parler de réhabilitation, puisque l'institution qui a condamné Galilée n'existe plus. Les levées d'index de 1741 et 1757 sont implicitement des réhabilitations. [réf. nécessaire]

Pie XII a accueilli la théorie du big bang par cette expression : « Fiat lux ! »

Commission d'étude nommée par Jean-Paul II [modifier]

Le 10 novembre 1979 (célébration du centième anniversaire de la naissance d'Albert Einstein), le pape Jean-Paul II exprima le souhait que « des théologiens, des savants et des historiens, animés par un esprit de sincère collaboration, approfondissent l'examen du cas Galilée et, dans une reconnaissance loyale des torts de quelque côté qu'ils viennent, fassent disparaître la défiance que cette affaire oppose encore, dans beaucoup d'esprits, entre science et foi. »

Jean-Paul II a nommé le 3 juillet 1981 une « commission pontificale d'étude de la controverse ptoléméo-copernicienne aux XVIe-XVIIe siècles ».

Le 31 octobre 1992, le pape Jean-Paul II a rendu une nouvelle fois hommage à Galilée lors de son Discours aux participants à la session plénière de l'Académie pontificale des sciences.

Jean-Paul II a clairement reconnu les erreurs de certains théologiens du XVIIe siècle dans l'affaire lors de la mise à l'index des écrits héliocentriques (1616) et lors de la condamnation de Galilée (1633) :

« Ainsi la science nouvelle, avec ses méthodes et la liberté de recherche qu'elle suppose, obligeait les théologiens à s'interroger sur leurs propres critères d'interprétation de l'Écriture. La plupart n'ont pas su le faire.
Paradoxalement, Galilée, croyant sincère, s'est montré plus perspicace sur ce point que ses adversaires théologiens. "Si l'écriture ne peut errer, écrit-il à Benedetto Castelli, certains de ses interprètes et commentateurs le peuvent, et de plusieurs façons". On connaît aussi sa lettre à Christine de Lorraine (1615) qui est comme un petit traité d'herméneutique biblique. »
(extrait du discours de Jean-Paul II à l'Académie ponrtificale des sciences le 31 octobre 1992)

Un premier livre du cardinal Poupard sur l'affaire Galilée est paru en 1983.

Un second livre est paru en octobre 2005.

Shoah [modifier]

La purification de la mémoire a été évoquée au sujet de la Shoah. Le pape Jean-Paul II a appelé les chrétiens à prendre conscience de la spécificité de la Shoah[3]

Cet aspect est développé dans les articles :

Repentance et pardon en l'an 2000 [modifier]

En mars 2000, l'Église catholique a fait une cérémonie pour reconnaître publiquement les erreurs commises dans l'Histoire. [réf. nécessaire]

Article détaillé : Croisades.
Article détaillé : Inquisition.

Au sujet des Croisades, la civilisation occidentale doit reconnaître qu'elle doit beaucoup à la civilisation islamique, qui comptait d'excellents scientifiques entre le VIIIe et le XVe siècle (astronomes, mathématiciens, philosophes, médecins, chimistes...). [réf. nécessaire]

Les principales figures de ces échanges furent :

etc

Voir :

Notes [modifier]

  1. Voir Discours de Jean-Paul II à sa S.B. Christopoulos, archevêque d'Athènes et de toute la Grèce
  2. Voir Jubilé du monde de la recherche et de la science sur le site du Vatican
  3. On consultera également Commission théologique internationale " Mémoire et repentance " sur le site clerus.org

Voir aussi [modifier]



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek