Quand la cyclothymie s’invite dans la vie scolaire de mon enfant

 

 

Quand la cyclothymie s’invite dans la vie scolaire de mon enfant

1/09/2011

Témoignages > La cyclothymie juvénile

La scolarité de mon enfant avait super bien commencée… Puis la bipolarité s’est invitée !
La scolarité de mon enfant avait super bien commencée… Puis la bipolarité s’est invitée !

En primaire, nous avons réussi à maintenir les choses, parce que les enfants sont petits, parce qu’ils n’ont qu’une seule instit et que la structure est petite. Que les enfants sont les enfants, que les débordements sont classés dans les choses « normales ».

En 2 mois de vacances tout bascule, ils entrent au collège, dans la fosse aux lions :
@@Plein de monde, du bruit incessant qui s’invite même pendant le cours.
  • Une discipline succincte, une incapacité à faire la part des choses, tout écart de la part d’un élève est vu comme un crime très grave !
  • Une organisation difficile à acquérir où le plus souvent les élèves sont peu aidés.
  • Des camarades en préadolescences, prompt à critiquer le moindre bouton sur le nez. Alors pensez ce que cela peut donner sur les particularités de nos enfants bipolaires !
  • Des profs qui changent sans cesse. Un prof, au bout d’une heure il ne voyait plus, alors quel était son intérêt d’arranger la situation ?
Pourtant certains si sont attelés et je les en remercie chaleureusement ici.

Au collège, les adultes sont incapables de parler aux enfants sans crier.
C’est l’agression permanente !

J’ai été convoquée mille fois pour manque de travail, absentéisme, problème de comportement. Rien que l’année dernière lors de son redoublement de 4ième j’en ai totalisé plus de 30 !
« Mais, vous m’appelez pour ça… ok, ce n’est pas bien de traiter une pionne sensible de « maya l’abeille », mais enfin, vous pouvez le gérer ça… je ne sais pas, mettez le « de corvée de chiotte » et réservez vos appels pour les choses importantes ! Ah un avertissement… bon, envoyez… bien sur que j’en parlerais avec lui ! »

Absentéisme, parce qu’il avait des maux de tête l’empêchant de travailler.
Problème de concentration qu’il tentait de dompter en dessinant tout en écoutant le cours.
Problème de mémorisation chaotique.
Il oubliait beaucoup de choses, de noter ses devoirs, ses affaires, ses devoirs à rendre…

J’ai décidé de parler de sa bipolarité. Je trouvais ça juste que les profs ne se remettent pas en cause quand ils s’agissaient de symptômes imputables à la maladie.
J’ai plutôt eut une écoute favorable.
Mais certains profs refusaient d’y croire : « Il en joue de sa soi-disant bipolarité ! »
Je crois que ce qui freine, c’est ce changement sans cesse de leur capacités : un coup génial, un coup nul, un coup capable de tout mémoriser, le lendemain ne comprenant rien, ne se souvenant plus de rien !
Les profs interprétaient cela comme un manque de travail, ce qui a fini réellement par arriver : « A quoi ça sert de travailler, ils ne me croient pas, je me fais taper par les autres quand je suis le premier de la classe »

Pourtant avec quelques adaptations :
  • Un suivi plus près de son organisation au travail
  • Pas de bras de fer
  • Du silence
  • Utiliser des schémas qu’ils mémorisent mieux…

Ce serait utile à tous, même aux non-bipolaires !

Amélie.


10/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek