Virilité

Virilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La virilité désigne :

  1. les caractéristiques physiques de l'homme adulte, au sens biologique ; en ce sens, il peut être synonyme de maturité.
  2. il désigne également le comportement sexuel de l'homme, en particulier sa vigueur et sa capacité de procréer (en ce sens, il peut désigner directement le membre viril).
  3. les caractères moraux de l'homme, en tant que genre sexuel, qui lui sont culturellement associés (voir traits).
  • La perception de la virilité comme vertu, dans les sociétés où elle est valorisée, est en soi un jugement de valeur, qui consiste a préférer la force et le courage, plutôt que la faiblesse et la lâcheté. Dans ce cas, la virilité au sens 3 est une symbolique des deux premiers sens. Ces associations sont la base du développement de la personnalité masculine et permettent donc de la structurer et de l'établir dans les sociétés qui soutiennent ces valeurs, comme les sociétés patriarcales qui valorisent le plus la fonction de guerrier. La remise en cause de ces valeurs constitue une source de stress sur le plan individuel pour qui tente de s'y identifier (voir stress).
  • En Occident, un tel modèle est parfois estimé archaïque et ne correspondant plus à la vie des hommes modernes. La perception de la virilité semble ainsi avoir évolué dans le monde post-moderne (voir perception d'une crise).
le David de Michel-Ange, glorification du héros  tutélaire autant que personnification de la virilité protectrice dans une société patriarcale
le David de Michel-Ange, glorification du héros tutélaire autant que personnification de la virilité protectrice dans une société patriarcale

Le développement de cet article donne une vision occidentale du sujet.

Sommaire

[masquer]

Étymologie [modifier]

A côté du terme générique homo (l'être humain, terme qui s'applique donc aux femmes : homo sum - je suis un homme - peut dire une femme), le terme vir désigne le mâle avec les spécificités qu'on lui attribuait par opposition à femina, la femme (radical indo-européen : dheH1, allaiter, enfanter), terme auquel se rattache des termes comme filius (fils), felicitas (bonheur), ou encore felix (fécond, heureux). Ce terme, vir, est lié au mot virtus (vir-tus), qui signifie, non pas la vertu au sens moderne, mais le courage, la qualité.

Sens antique [modifier]

Cet idéal est représenté depuis dans les Arts, au même titre que la féminité.

Cette représentation de vertus morales s'est combinée avec une exaltation de la force physique au moment des migrations de peuples. A titre d'exemple, les femmes de la société franque admiraient les guerriers qui savaient exercer le lancer de la francisque.

Représentation [modifier]

Il est à noter que la virilité est transcendée dans les représentations diverses des types masculins (demi-dieux, héros, nobles, etc.) mises en avant par les civilisations ayant contribué historiquement à la formation de l'Occident, alors que la féminité ne faisait pas l'objet d'une telle adulation : la femme et l'image de la femme qui lui est associée représente des allégories ou d'autres vertus idéales, mais rarement la féminité en elle-même, ou une personnification telle qu'une héroïne.

Traits associés à la virilité [modifier]

Rahan triomphera, oui un triomphe du tonnerre de zeus ; Il s'agit de représentations traditionnelles parmi les plus répandues.

La virilité est souvent associée à la puissance et la robustesse, ce qui tend à identifier les hommes à leurs capacités physiques et aux aptitudes psychologiques qui en découleraient (courage, énergie, etc.), de même que la féminité est souvent conçue comme un ensemble de caractères physiques et physiologiques associés à des aptitudes psychologiques en découleraient : chaque être humain détiendrait dans cette conception, partie des deux dimensions constitutives de l'être humain intimement liées. Bien qu'ayant une longue histoire, cette association est bien moins acceptée dans le monde occidental qu'autrefois.

La virilité, selon les sociétés, est associée à la force et au courage, à la résolution et à la constance, au respect de soi et au sens de l'honneur, etc. On l'attribue généralement aux hommes, quelquefois à certaines femmes, tantôt de manière positive (exemples de Romaines admirées pour leur constance et leur fermeté dans une société où il arrivait que les mères dussent éduquer leurs fils aux vertus militaires), tantôt de manière péjorative (une vir-ago : une femme qui a des qualités d'homme, viriles, morales et physiques - allure, taille ; le sens littéraire n'est pas nécessairement péjoratif, mais le terme signifie habituellement : femme autoritaire, harpie, mégère).

Comme la féminité, la virilité a ses qualités et ses défauts : la vertu étant pour les Anciens un idéal de mesure (cf. Aristote), ou une conformité à un ordre naturel (cf. stoïcisme), les déviances relatives à la virilité étaient dans l'Antiquité perçues de deux manières, suivant qu'il y avait excès ou défaut. La virilité par excès : la violence et l'agressivité inappropriée, le manque de subtilité dans la pensée, la vanité masculine de dominer, d'être le plus fort, etc., l'incapacité de reconnaître ses erreurs, surtout devant une femme, et le refus d'admettre quelque aspect que ce soit de sa personnalité qui pourrait être "faible" (absence de pitié, d'indulgence, dureté inhumaine, etc). L'excès de virilité rapproche, dans l'esprit des Anciens, l'homme de la brute et de la bête. En sens contraire, le défaut de virilité rapproche l'homme de la femme ou de l'enfant : ce défaut se voit en effet qualifié d'efféminé, l'homme étant conçu, par exemple chez les Grecs, comme une plénitude par rapport à l'imperfection féminine.

Cette "imperfection" largement admise de la féminité dans son rapport à la virilité est visible par exemple dans l'expression française de sexe faible, expression qui se dit également sexe imbécile, c'est-à-dire faible (ancien sens du mot imbécile), et, étymologiquement, sans bâton (du latin in - bacullum), donc, dans cette conception, sans virilité.

Cet article est en réécriture ou restructuration importante. Une version de qualité supérieure sera disponible prochainement. Discutez-en et participez !

Stress lié à la compétition [modifier]

Cet article est en réécriture ou restructuration importante. Une version de qualité supérieure sera disponible prochainement. Discutez-en et participez !

Perception d'une crise de la masculinité [modifier]

Affirmation de la magnificence du corps masculin - 1855.
Affirmation de la magnificence du corps masculin - 1855.

Après les années 1970 et leur cortège revendicatif, la virilité fut associée au machisme tel que décrié pendant la révolution sexuelle. Cette idée de crise est subjective mais certains hommes la ressentent et l'expriment. Elle provient d'une inversion des valeurs liée à la promulgation des idées soutenues par les courants féministes dans le corps social, inversion qui a induit un questionnement identitaire relatif aux traits constitutifs de la virilité, tels que la volonté de domination [cf. genre sexuel, lien en bas d'article], qui n'auraient plus lieu de s'exprimer dans l'avènement de la société postmoderne.

Perception d'une crise de la masculinité

Ce questionnement a conduit pour un certain nombre d'hommes à des positionnements très différents entre eux :

- une crispation identitaire, par exemple dans certaines bandes d'adolescents vivant en banlieue, associant la virilité à la délinquance et à la violence, en particulier à l'encontre des jeunes filles. [réf. nécessaire]

- un renoncement à toute forme d'affirmation masculine : hippies, babas cool, hommes roses, métrosexuels.

- une recherche d'un équilibre entre virilité, authenticité et sensibilité : l'hominisme.


Voir aussi [modifier]



31/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek