World Wide Web

 

World Wide Web

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le World Wide Web, littéralement la « toile (d'araignée)[1] mondiale », est communément appelé le Web, parfois la Toile ou le WWW. C'est un système hypertexte public fonctionnant sur Internet et qui permet de consulter, avec un navigateur, des pages mises en ligne dans des sites. L'image de la toile vient des hyperliens qui lient les pages Web entre elles.

Le Web n'est qu'une des applications d'Internet. D'autres applications d'Internet sont le courrier électronique, la messagerie instantanée, Usenet, etc. Le Web a été inventé plusieurs années après Internet, mais c'est le Web qui a rendu les médias grand public attentifs à Internet. Depuis, le Web est fréquemment confondu avec Internet ; en particulier, le mot Toile est souvent utilisé dans le langage courant sans qu'il soit clair s'il désigne le Web ou Internet.

logo historique du WWW par Robert Cailliau
logo historique du WWW par Robert Cailliau

Sommaire

[masquer]

Terminologie [modifier]

Termes désignant le World Wide Web [modifier]

Le World Wide Web est et a été désigné par de nombreux noms et abréviations synonymes : WorldWideWeb, World Wide Web, World-wide Web, Web, WWW, W3, Toile d'araignée mondiale, Toile mondiale, Toile.

Le nom du projet originel était WorldWideWeb[2]. Les mots ont été rapidement séparés en World Wide Web pour améliorer la lisibilité. Le nom World-Wide Web a également été utilisé par les inventeurs du Web, mais le nom désormais préconisé par le World Wide Web Consortium sépare les trois mots sans trait d'union[3]. Bien que « mondial » s'écrive world-wide ou worldwide en anglais, l'orthographe World Wide Web et l'abréviation Web sont maintenant bien établis.

En inventant le Web, Tim Berners-Lee avait aussi pensé à d'autres noms, comme Information Mesh (maillage d'informations), Mine of Information ou encore The Information Mine (la mine d'informations, dont le sigle serait Tim).

Le sigle WWW a été largement utilisé pour abréger World Wide Web avant que l'abréviation Web ne prenne le pas. La prononciation laborieuse en français comme en anglais de WWW a sans doute précipité son déclin. Les lettres www restent cependant très utilisées dans les adresses Web et quelques autres usages formels ou techniques, bien que cela ne réponde à aucune contrainte technique. Dans la seconde moitié des années 1990, alors que les réseaux étaient engorgés par la popularité grandissante du Web, une blague répandue prétendait que WWW signifiait World Wide Wait, soit « attente mondiale ». WWW est parfois abrégé en W3, abréviation qu'on retrouve dans le sigle W3C du World Wide Web Consortium.

Pour écrire « le Web », l'usage de la minuscule (« le web ») est de plus en plus courant. L'Office québécois de la langue française préconise la majuscule[4], le Journal officiel français préconise « la toile d'araignée mondiale »[5]. Cet article fait la distinction entre « le Web » et « un web », aussi la majuscule est toujours utilisée pour désigner le Web.

Termes rattachés au Web [modifier]

La terminologie propre au Web contient plusieurs dizaines de termes. Ce chapitre expose ceux qui sont utilisés dans cet article.

L'expression en ligne signifie « connecté à un réseau », en l'occurrence le réseau informatique Internet. Cette expression n'est pas propre au Web, on la retrouve à propos du téléphone.

Un hôte est un ordinateur en ligne. Chaque hôte d'Internet est identifié par une adresse IP à laquelle correspondent zéro, un ou plusieurs noms d'hôte. Cette terminologie n'est pas propre au Web, mais à Internet.

Une ressource du Web est une entité informatique (texte, image, forum Usenet, boîte aux lettres électronique, etc.) accessible indépendamment d'autres ressources. Une ressource en accès public est librement accessible depuis Internet. Une ressource locale est présente sur l'ordinateur utilisé, par opposition à une ressource distante (ou en ligne), accessible à travers un réseau.

On ne peut accéder à une ressource distante qu'en respectant un protocole de communication. Les fonctionnalités de chaque protocole varient : réception, envoi, voire échange continu d'informations.

HTTP (pour HyperText Transfer Protocol) est le protocole de communication communément utilisé pour transférer les ressources du Web. HTTPS est la variante sécurisée de ce protocole.

Une URL (pour Uniform Resource Locator) pointe sur une ressource. C'est une chaîne de caractères permettant d'indiquer un protocole de communication et un emplacement pour toute ressource du Web.

Un hyperlien (ou lien) est un élément dans une ressource associé à une URL. Les hyperliens du Web sont orientés : ils permettent d'aller d'une source à une destination. Seule la ressource à la source contient les données définissant l'hyperlien, la ressource de destination n'en porte aucune trace. Il existe deux types d'hyperlien : ceux du premier type doivent être activés pour accéder à la destination ; ceux du second causent un accès automatique à la destination.

HTML (pour HyperText Markup Language) est un langage informatique permettant de décrire le contenu d'un document (titres, paragraphes, disposition des images, etc.) et d'y inclure des hyperliens. Un document HTML est un document décrit avec le langage HTML. Les documents HTML sont les ressources les plus consultées du Web.

Dans un mode de communication client-serveur, un serveur est un hôte sur lequel fonctionne un logiciel serveur auquel peuvent se connecter des logiciels clients fonctionnant sur des hôtes clients.

Un serveur Web est un hôte sur lequel fonctionne un serveur HTTP (ou serveur Web). Un serveur Web héberge les ressources qu'il dessert.

Un navigateur Web est un logiciel client HTTP conçu pour accéder aux ressources du Web. Sa fonction de base est de permettre la consultation des documents HTML disponibles sur les serveurs HTTP. Le support d'autres types de ressource et d'autres protocoles de communication dépend du navigateur considéré.

Une page Web (ou page) est un document destiné à être consulté avec un navigateur Web. Une page Web est toujours constituée d'une ressource centrale (généralement un document HTML) et d'éventuelles ressources liées automatiquement accédées (typiquement des images).

Un éditeur HTML (ou éditeur Web) est un logiciel conçu pour faciliter l'écriture de documents HTML et de pages Web en général.

Un site Web (ou site) est un ensemble de pages Web et d'éventuelles autres ressources, liées dans une structure cohérente, publiées par un propriétaire (une entreprise, une administration, une association, un particulier, etc.) et hébergées sur un ou plusieurs serveurs Web.

Visiter un site Web signifie « consulter ses pages ». Le terme visite vient du fait que l'on consulte généralement plusieurs pages d'un site, comme on visite les pièces d'un bâtiment. La visite est menée par un utilisateur (ou visiteur ou internaute). La mesure d'audience est obtenue en copiant le code en javascript d’un lien vers le site d'un prestataire spécialisé suivant la technique du marqueur à distance.

Une adresse Web est une URL de page Web, généralement écrite sous une forme simplifiée limitée à un nom d'hôte. Une adresse de site Web est en fait l'adresse d'une page du site prévue pour accueillir les visiteurs.

Un hébergeur Web est une entreprise de services informatiques hébergeant (mettant en ligne) sur ses serveurs Web les ressources constituant les sites Web de ses clients.

Une agence Web est une entreprise de services informatiques réalisant des sites Web pour ses clients.

L'expression surfer sur le Web signifie « consulter le Web ». Elle a été inventée pour mettre l'accent sur le fait que consulter le Web consiste à suivre de nombreux hyperliens de page en page. Elle est principalement utilisée par les médias ; elle n'appartient pas au vocabulaire technique.

Un annuaire Web est un site Web répertoriant des sites Web.

Un portail Web est un site Web tentant de regrouper la plus large palette d'informations et de services possibles dans un site Web. Certains portails sont thématiques.

Un service Web est une technologie client-serveur basée sur les protocoles du Web.

Architecture [modifier]

Modèle mathématique [modifier]

Le World Wide Web, en tant qu'ensemble de ressources hypertextes, est modélisable en graphe orienté avec les ressources pour sommets et les hyperliens pour arcs. Du fait que le graphe est orienté, certaines ressources peuvent constituer des puits (ou des cul-de-sac, moins formellement) : il n'existe aucun chemin vers le reste du Web. À l'inverse, certaines ressources peuvent constituer des sources : il n'existe aucun chemin depuis le reste du Web.

Techniquement, rien ne distingue le World Wide Web d'un quelconque autre web utilisant les mêmes technologies ; d'ailleurs d'innombrables webs privés existent. Dans la pratique, on considère qu'une page d'un site Web populaire, comme un annuaire Web, fait partie du Web. Le Web peut alors être défini comme étant l'ensemble des ressources et des hyperliens que l'on peut récursivement découvrir à partir de cette page, ce qui exclut les sources et les webs privés.

Exploration du Web [modifier]

L'exploration récursive du Web à partir de ressources bien choisies est la méthode de base des robots d'indexation des moteurs de recherche. Dans la pratique, plusieurs catégories de ressources découvertes sont souvent ignorées :

  • les ressources sans accès public, notamment les pages personnelles, administratives ou payantes, protégées par un mot de passe ;
  • les ressources appartenant à des systèmes distincts et souvent plus anciens que le Web (courrier électronique, Usenet, sites FTP), voire simplement les ressources non servies par un serveur HTTP ou HTTPS ;
  • les ressources de format de données non supportés ;
  • les ressources listées dans un fichier d'exclusion des robots ;
  • les ressources vers lesquels les hyperliens sont créés dynamiquement en réponse aux interrogations des visiteurs.

En 2004, les moteurs de recherche indexent environ 4 milliards de ressources.

Web profond [modifier]

Article détaillé : Web profond.

Le « Web profond » ou « Web invisible » est la partie du Web qui n'est pas explorée par les robots d'indexation et donc introuvable avec les moteurs de recherche généralistes. Des études indiquent que la partie invisible du Web représente plus de 99% du Web.[6] Le Web profond est notamment fait des ressources dans un format de donnée incompatible avec les moteurs de recherche, des ressources contenues dans des sites Web si grands que les robots d'indexation renoncent à les indexer entièrement et des ressources qui n'ont pas d'adresse connue. Ces dernières ressources proviennent généralement de bases de données et sont servies en réponse aux requêtes entrées par les visiteurs.

Serveurs publics [modifier]

L'exploration récursive n'est pas le seul moyen utilisé pour indexer le Web et mesurer sa taille. L'autre solution consiste à mesurer l'infrastructure informatique connectée à Internet pour héberger des sites Web. Au lieu de suivre des hyperliens, cette méthode consiste à utiliser les noms de domaine enregistrés dans le Domain Name System et essayer de se connecter à tous les serveurs Web potentiels. C'est notamment la méthode utilisée par la société Netcraft, qui publie régulièrement les résultats de ses explorations, dont les mesures de popularité des serveurs HTTP. Cette mesure porte plus sur l'utilisation des technologies du Web que sur le Web lui-même. Elle permet notamment de trouver des sites publics qui ne sont pas liés au World Wide Web.

Intranets et webs privés [modifier]

Un web disponible sur un intranet est privé. Il est soit totalement séparé du Web, soit une source du Web. Il est une source lorsque l'intranet est relié à Internet et qu'un hyperlien du web pointe sur une ressource du Web. Les liens depuis le Web sont en revanche impossibles car par définition un intranet n'offre pas d'accès public.

Une source peut aussi se trouver sur Internet. En ce cas, elle constitue un web virtuellement privé, car le public ne peut pas le découvrir en suivant des hyperliens.

Archivage [modifier]

Article détaillé : Archivage du Web.

Le Web change constamment : les ressources ne cessent d'être créées, modifiées et supprimées. Il existe quelques initiatives d'archive du Web dont le but est de permettre de retrouver ce que contenait un site à une date donnée. Le projet Internet Archive est l'un d'eux.

Types de ressource [modifier]

Les divers types de ressource du Web ont des usages assez distincts :

Documents HTML [modifier]

Le document HTML est la principale ressource d'une page Web, celle qui contient les hyperliens, qui contient et structure le texte, qui lie et dispose les ressources multimédias. Un document HTML contient uniquement du texte : le texte consulté, le texte en langage HTML plus d'éventuels autres langages de script ou de style.

La présentation de documents HTML est la principale fonctionnalité d'un navigateur Web. HTML laisse au navigateur le soin d'exploiter au mieux les capacités de l'ordinateur pour présenter les ressources. Typiquement, la police de caractère, la longueur des lignes de texte, les couleurs, etc, doivent être adaptées au périphérique de sortie (écran, imprimante, etc).

Multimédia [modifier]

Les éléments multimédias proviennent toujours de ressources indépendantes du document HTML. Les documents HTML contiennent des hyperliens pointant sur les ressources multimédias, qui peuvent donc être éparpillées sur Internet. Les éléments multimédias liés sont automatiquement transférés pour présenter une page Web.

Seul l'usage des images et des petites animations est standardisé. Le support du son, de la vidéo, d'espaces tridimensionnels ou d'autres éléments multimédias repose encore sur des technologies non standardisées. De nombreux navigateurs Web proposent la possibilité de greffer des logiciels (plugin) pour étendre leurs fonctionnalités, notamment le support de types de média non standard.

Les flux (audio, vidéo) nécessitent un protocole de communication au fonctionnement différent de HTTP. C'est une des raisons pour lesquelles ce type de ressource nécessite souvent un plugin et est mal intégré aux pages Web.

Images [modifier]

Ce chapitre concerne les images intégrées aux pages Web.

L'usage du format de données JPEG est indiqué pour les images naturelles, principalement les photographies.

L'usage du format de données PNG est indiqué pour les images synthétiques (logos, éléments graphiques). Il est aussi indiqué pour les images naturelles, mais uniquement lorsque la qualité prime totalement sur la durée du transfert.

L'usage du format de données GIF est indiqué pour les petites animations. Pour les images synthétiques, la popularité ancienne de GIF le fait souvent préférer à PNG. Cependant, GIF souffre de quelques désavantages, notamment la limitation du nombre de couleurs et un degré de compression généralement moindre. En outre une controverse a entouré l'usage de GIF de 1994 à 2004 car Unisys a fait valoir un brevet couvrant la méthode de compression.

L'usage d'images de format de données XBM est obsolète.

Scripts [modifier]

Un langage de script permet d'écrire le texte d'un programme directement exécuté par un logiciel. Dans le cadre du Web, un script est exécuté par un navigateur Web et programme des actions répondant à l'usage que le visiteur fait de la page Web consultée. Un script peut être intégré au document HTML ou provenir d'une ressource liée. Le premier langage de script du Web fut JavaScript, développé par Netscape. Ensuite Microsoft a développé une variante concurrente sous le nom de JScript. Finalement, la norme ECMAScript a été proposée pour la syntaxe du langage, et les normes DOM pour l'interface avec les documents.

Styles [modifier]

Le langage CSS a été développé pour gérer en détail la présentation des documents HTML. Le texte en langage CSS peut être intégré au document HTML ou provenir de ressources liées, les feuilles de style. Cette séparation permet une gestion séparée de l'information (contenue dans des documents HTML) et de sa présentation (contenue dans des feuilles de style). On parle aussi de « séparation du fond et de la forme ».

Autres [modifier]

La gestion des autres types de ressource dépend des logiciels installés sur l'hôte client et de leurs réglages.

Lorsque le logiciel correspondant est disponible, les documents et images de tout types sont généralement automatiquement présentés, selon des modalités (fenêtrage, dialogues) dépendant du navigateur Web et du logiciel gérant le type. Lorsque le type de la ressource n'est pas géré, il est généralement possible de la sauver dans un fichier local.

Pour gérer les ressources de systèmes différents du Web comme le courrier électronique, les navigateurs font habituellement appel à des logiciels séparés. Si aucun logiciel ne gère un type de ressource, un simple message d'erreur l'indique.

Conception [modifier]

Universalité [modifier]

Le Web a été conçu pour être accessible avec les équipements informatiques les plus divers : station de travail, terminal informatique en mode texte, ordinateur personnel, PDA, etc. Cette universalité d'accès dépend en premier lieu de l'universalité des protocoles Internet. En second lieu, elle dépend de la flexibilité de présentation des pages Web, offerte par HTML. En outre, HTTP offre aux navigateurs la possibilité de négocier le type de chaque ressource. Enfin, CSS permet de proposer différentes présentations, sélectionnées pour leur adéquation avec l'équipement utilisé.

L'accessibilité du Web pour les individus handicapés est aussi l'objet d'attentions particulières comme la Web Accessibility Initiative.

Décentralisation [modifier]

Les technologies du Web n'imposent pas d'organisation entre les pages Web, ni a fortiori entre les sites Web. Toute page du Web peut contenir un hyperlien vers toute autre ressource accessible d'Internet. L'établissement d'un hyperlien ne requiert absolument aucune action du côté de la ressource pointée. Il n'y a pas de registre centralisé d'hyperliens, de pages ou de sites. Le seul registre utilisé est celui du DNS, c'est une base de donnée distribuée qui répertorie des hôtes et est utile à tous les systèmes basés sur Internet.

Cette conception décentralisée devait favoriser, et a favorisé, une augmentation rapide de la taille du Web. Elle a aussi favorisé l'essor de sites spécialisés dans les informations sur les autres sites : les annuaires et les moteurs de recherche. Sans ces sites, la recherche d'information dans le Web serait extrêmement laborieuse. La démarche inverse, le portail Web, tente de concentrer un maximum d'informations et de services dans un seul site.

Une faiblesse de la décentralisation est le manque de suivi lorsqu'une ressource est déplacée ou supprimée : les hyperliens qui la pointaient se retrouvent cassés. Et cela n'est visible qu'en activant l'hyperlien, le résultat le plus courant étant le message d'erreur 404.

Technologies [modifier]

Pré-existantes [modifier]

Le Web repose sur les technologies d'Internet, notamment TCP/IP pour assurer le transfert des données, DNS pour convertir les noms d'hôte en adresses IP et MIME pour indiquer le type des données. Les formats d'image numérique GIF et JPEG ont été développé indépendamment.

Spécifiques [modifier]

Trois technologies ont dû être développées pour le World Wide Web :

Ces premières technologies ont été normalisées comme les autres technologies d'Internet : en utilisant le processus des Request for Comments. Cela a donné le RFC 1738 pour les URL, le RFC 1866 pour HTML 2.0 et le RFC 1945 pour HTTP/1.0.

Le World Wide Web Consortium (W3C) a été fondé en 1994 pour développer et promouvoir les nouveaux standards du Web. Son rôle est notamment de veiller à l'universalité des nouvelles technologies. Des technologies ont également été développées par des entreprises privées.

Actuelles [modifier]

Les principaux standards actuels sont :

Historique [modifier]

Tim Berners-Lee travaille comme informaticien à l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) lorsqu’il propose, en 1989, de créer un système hypertexte distribué sur le réseau informatique pour que les collaborateurs puissent partager les informations au sein du CERN.[7] Cette même année, les responsables du réseau du CERN décident d'utiliser le protocole de communication //

11/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek