Ô bourgeois morts informes


Ô bourgeois morts informes

 

Etoiles en feux, moi nu en flamme,
Enchainé aux nuits je déclamme,
ô bourgeois morts informes,
au mépris, vos hauts de formes,

 

Cette bassesse, vous rois et nobles,
vous riches et puissants,
vous vous en mettez de l'encolure,
pour finir en culs de basse fosse,

 

Seuls fleuriront les fleurs,
la prose, les poèmes,
pour oraison nous n'aurez,
que le goupillon, les vers,

 

Vos gnards vous suivront,
alors que les saisons
brûleront ciel et terre
aux pieds des paysans,

 

qui toute leur vie vous ont servi,
et ces filles aux yeux si beaux,
seront les muses de vos serfs
qui danseront la farandole,

 

La nature renprendra ses droits,
et nos mères semèront le grain,
et les champs onduleront sous le vent,
qui fera ployer les cyprès, vos tombeaux,

 

Au loin tonnera le tambour,
les odes aux poètes fous,
les chants des troubadours,
et les filles se donneront à nous,

 

Vos catains oublieront
vos fêtes, votre arrogance,
et la vie reprendra ses droits,
comme un soleil sa longue course.

 



11/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek