Bipolarité : Hypothèse cognitivo-comportementale

 

Troubles bipolaires : trouble bipolaire, maniaco-dépressif, maladie bipolaire, depression, manie, humeur, maniaque, bipolarité  
Accueil
 
  Les causes de la maladie bipolaire
  Rôle des évènements de vie
     stressants

  Hypothèse cognitivo-
     comportementale

  Hypothèse neuro-développementale
  Hypothèse neurobiologique
  Hypothèse neuro-endocrinienne
  Hypothèse génétique
  Hypothèse psychanalytique
 

Hypothèse cognitivo-comportementale

Issu des travaux de Skinner dans les années 1940, le comportementalisme (Behaviorisme pour les anglo-saxons) a pour objet d’étude les comportements. Il étudie les processus d'apprentissage et de développement via les mécanismes de gratifications et de punitions en distinguant d’une part les comportements et d’autre part les « états internes » insuffisamment observables pour être étudiés scientifiquement.

   
La psychologie cognitive qui lui succède trouve, elle, ses origines dans les travaux de John Von Neumann dans les années 50. Elle étudie le cerveau humain comme un processeur (ou un ensemble de processeurs), et s'intéresse donc aux processus mentaux, c'est-à-dire aux mécanismes de mémorisation, de raisonnement, etc… Le cognitivisme succède donc au behaviorisme en réintégrant l’étude des « états internes ».
   
Ces théories ont permis d’identifier un certain nombre de « dysfonctionnements du traitement des pensées » par les sujets, à l’origine de diverses difficultés psychiques. Ainsi, dans les troubles anxieux notamment, cette approche a ouvert le champ des thérapies comportementales et cognitives (TCC).
   
Dans l’approche cognitiviste, les évènements de vie peuvent être lus comme une menace dépressive chez les sujets présentant une faible estime de soi, menant aux idées de mégalomanie et finalement à la manie qui serait une forme de défense face à la dépression. Manie et dépression seraient donc deux états cognitivement proches. Dans la maladie bipolaire, si ces théories ne permettent pas d’expliquer l’ensemble des troubles, elles ont tout de même permis de mettre en évidence un certain nombre de « dysfonctionnements » cognitifs, à l’origine d’une mauvaise observance médicamenteuse, de difficultés à reconnaître précocement les fluctuations de l'humeur et à gérer stress personnels et environnementaux… Les TCC se révèlent donc une approche complémentaire intéressante de la prise en charge des patients atteints de troubles bipolaires.
   
 
   
 
 
 



02/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek