L'automutilation chez le bipolaire

 

http://www.premiumwanadoo.com/smb-prod/info/index.php?option=com_content&task=view&id=57&Itemid=146

L'automutilation chez le bipolaire :

 

L'automutilation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

L'automutilation consiste, comme son nom l'indique, à s'infliger des blessures de manière intentionnelle. Cela passe par de petites coupures avec un rasoir ou un cutter, des brûlures, des morsures…

La personne s'impose généralement cette souffrance à l'abri des regards de son entourage, en se cachant dans sa chambre ou la salle de bain. Ces blessures pratiquées de manière répétée n'ont pas pour objet d'attirer l'attention, mais semble-t-il de permettre de contrôler ses émotions, ses angoisses, ses colères… à moins qu'il ne s'agisse d'un moyen de se réapproprier son corps.

Généralement, l'automutilation s'atténue avec l'âge, et disparaît après quelques années. Mais dans quelques cas, elle peut constituer le signe annonciateur de troubles plus graves.

Cerner l’automutilation  

L’automutilation commence à 90% aux alentours de 14 ans. Elle s’aggrave en moyenne avec l’âge jusqu’à 20 ans. Et plus le temps passe, plus il est difficile de perdre cette habitude.
A titre d’exemple, 0,75% de la population américaine souffre d’automutilation. Difficile de trouver des chiffres fiables pour la France ou l'Europe. En tout cas, selon toute probabilité, nous connaissons au moins une personne qui a pratiqué l’automutilation. 11,2% des jeunes femmes confient s’être infligé des douleurs physiques volontaires, contre 3,2% des jeunes hommes. C’est donc une expression plus féminine d’un mal être.
Selon les études et les témoignages, ce qui déclenche le geste fatidique c’est que la personne n’est plus en mesure de verbaliser ses émotions. Elle ne peut plus communiquer alors elle se fait du mal.
On peut noter aussi qu’il existe une interaction entre les troubles du comportement alimentaire et l’automutilation. D’un point de vue statistique, ces deux soucis psychologiques se succèdent, voire se cumulent assez souvent. L’explication donnée par les interviewés révèle que pour elles, la peau est un contenant pas trop supportable, comme une frontière vers leur intérieur propre.
Dans beaucoup de cas, la vue du sang apaise, et la douleur n’est pas un élément abordé de manière directe, frontale, mais détournée. La douleur physique devient l’expression d’une douleur intérieure.
 
Anorexie, boulimie et automutilation

Il semble y avoir des liens forts entre l'automutilation et les troubles du comportement alimentaires. Ainsi, ce besoin de se faire mal est souvent observé dans les problèmes d'anorexie. On le retrouve également dans les cas de boulimie. Cela semble logique, car troubles du comportement alimentaire et automutilation ont des causes similaires : expression d'un mal-être, volonté de maîtriser les changements de son corps… A noter, l'automutilation est également liée à l'abus d'alcool et de drogues. Mais bien sûr, il n'existe pas de règles en la matière.

Approche biologique

Kemperman et al. (1997) ont recensé dans la littérature deux principales hypothèses neurophysiologiques et biochimiques qui pourraient être mises en cause dans la compréhension de l'automutilation. Une première hypothèse met l'accent sur les aspects impulsifs et agressifs de l'automutilation et implique une défaillance du système sérotoninergique. D'après certaines études animales, la sérotonine serait impliquée dans la régulation de l'humeur. Simeon, Stanley, Frances, Mann, Winchel et Stanley (1992) ont trouvé que parmi un groupe de patients qui s'automutilaient, il y a une corrélation négative significative entre la gravité du comportement automutilatoire et le degré d'impulsivité ainsi que le nombre de sites de transmission de sérotonine. Cependant, cette étude a été réalisée à partir d'un petit échantillon de patients (26) ayant un diagnostic sur l'axe II du DSM-IV, incluant ainsi une catégorie plus large que le trouble limite.
La seconde hypothèse concerne un possible mécanisme d'autodépendance. L'automutilation augmenterait le niveau d'opioïdes endogènes ce qui provoquerait un état de bien-être. Une répétition de ce comportement serait nécessaire afin de maintenir cet état agréable (Winchel et Stanley, 1991). Ces anomalies biologiques pourraient être dues à des vulnérabilités innées (Dubo et al., 1997).
Les hypothèses biologiques semblent être aujourd'hui un champ d'investigation suscitant l'intérêt de plusieurs chercheurs. L'hypothèse sérotoninergique impliquant l'impulsivité ne répond pas à cette question. La notion de douleur (se faire du mal) impliquée dans l'hypothèse des opioïdes endogènes semble correspondre de façon plus juste avec l'automutilation. Cette dernière hypothèse pourrait contribuer à l'explication du maintien du comportement mais pas nécessairement au développement de celui-ci.


Extrait de :
http://tplenprojection.iquebec.com/automutilation1.html

Si vous souffrez de ce trouble, faites nous part de votre expérience en cliquant ici



10/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek