CAUSE POSSIBLE echec scolaire : certains bébés vont développer une forme d’angoisse appelée troubles de l’angoisse de séparation‏

 


 
>> L’angoisse de séparation

Angoisse de séparation – réelle ou imaginaire ?
L’angoisse de séparation est une expérience très réelle, mais fréquente chez la majorité des enfants dans la période entre 8 et 16 mois. Un enfant en bas âge n’est pas capable de comprendre ce que signifie l’absence d’un parent. Pour un tout jeune enfant, « hors de la vue » peut être conceptualisé comme « parti pour toujours ». Entre l’âge de 4 et 6 ans, la nervosité et l’anxiété liées à l’angoisse de séparation normale ont tout sauf disparu.

Chaque enfant a toutefois besoin d’une période d’ajustement, et un enfant qui lutte avec l’angoisse de séparation a besoin de beaucoup de patience et de compréhension pour le rassurer. Les symptômes de l’angoisse de séparation peuvent inclure le fait de se cramponner à quelqu’un et la réticence à être laissé dans un milieu non familier, comme une crèche ou une garderie. Certains enfants ressentent une véritable peur des lieux et des visages inconnus.

Angoisse de séparation – comment aider mon enfant à y faire face ?
Les enfants ont besoin d’aide pour faire face à l’angoisse de séparation. Ils ont besoin de faire l’expérience du fait qu’une personne qui s’occupe d’eux ou un parent peut s’absenter et revenir. Beaucoup de parents sont réticents à l’idée de laisser quelqu’un d’autre s’occuper de leur enfant en bas âge. Mais ceci peut être un pas dans la bonne direction pour aider l’enfant à rencontrer d’autres personnes et à avoir confiance, non seulement dans les parents, mais aussi dans le monde à l’extérieur de la maison.

Les cas plus extrêmes d’angoisse de séparation sont souvent liés au malaise des parents et des autres personnes qui s’en occupent au moment de laisser un jeune enfant. Les petits sentent très vite la nervosité ou l’hésitation d’un parent qui exprime sa propre angoisse à la pensée de la séparation avec l’enfant. Un parent calme et rassurant est quelqu’un qui aide son enfant à accepter les personnes auxquelles il est confié et la nouveauté d’un environnement sûr.

La recherche soutient les efforts des communautés médicales et psychiatriques d’aider et de guérir ceux qui souffrent de différentes formes d’angoisse en s’occupant de tous les aspects de la personne – corps, pensée et esprit. Le Directeur de Samaritan Counseling Services et superviseur autorisé de l’AAMT, le Dr. Paul J. Melrose, relate que « la foi solide renforce le sens du courage, de l’espoir et de la confiance en soi et en la vie. » Cela suggère que les familles qui partagent le fondement de la foi peuvent aider leur enfant souffrant d’angoisse de séparation en puisant dans cette foi.

Angoisse de séparation – et si je ne vois pas d’amélioration ?
Selon le Bureau du Chef du Service fédéral de santé publique des Etats-Unis, environ 4% des jeunes enfants qui souffrent d’angoisse de séparation ne réussiront pas à surmonter les symptômes associés. Au lieu de cela, ils vont développer une forme d’angoisse plus sérieuse appelée troubles de l’angoisse de séparation. Une peur excessive qui se manifeste de façon continue pendant plusieurs semaines peut signaler la présence de ces troubles. Lorsqu’un enfant en âge d’aller à l’école est incapable de participer aux activités normales ou refuse d’aller à l’école à cause de son angoisse de la séparation, les parents devraient envisager de chercher une aide professionnelle pour déterminer et traiter les symptômes des troubles de l’angoisse de séparation.
 
 



28/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek